11/06/2014 01:52:57
Le Manidem ne veut pas de Soro au Cameroun
Après le SDF, c'est au tour du Manidem de protester contre la visite du chef rebelle au pays de Ruben Um Nyobe. Le Manidem dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Après le SDF, c'est au tour du Manidem de protester contre la visite du chef rebelle au pays de Ruben Um Nyobe. Le communiqué intégral:

____________

Visite de Guillaume Soro au Kamerun. Déclaration du bureau politique du Manidem

Soro go home!

Le 11 juin 2014 restera, dans l’histoire du peuple ivoirien, une journée noire. Celle où, le gouvernement kamerunais se disant démocratique et respectueux des droits de l’homme, après avoir cautionné le massacre par l’impérialisme français et ses mercenaires locaux, de plusieurs milliers de nos frères, se prépare toute honte bue, à recevoir Le Blaise Compaore ivoirien.

- Non content d’avoir organisé des massacres à la limite du génocide pour tenter de les faire ensuite endosser par le Président Laurent Gbagbo,

- Non content de détenir arbitrairement, au secret, depuis trois ans des militants du FPI ainsi que d’autres personnes soumises à la torture,

- Non content de soumettre la famille Gbagbo (Simone Gbagbo et ses fils) à la torture et à tous les abus inimaginables, au point d’être obligé de leur interdire toute visite,

- Non content de maintenir encore aujourd’hui, dans le pays, des milliers de mercenaires qui se sont illustrés par le viol systématique de milliers de jeunes filles à peine âgées de 12 à 15 ans et dont plus de 5000 portent des grossesses,

- Non content d’avoir poursuivi les arrestations et exécutions sommaires d’ivoiriens, notamment le 28 mars 2011à Dukoué lorsqu’il était encore Ministre de la Défense de Ouattara,

Guillaume Soro poursuit son plan machiavélique.

C’est donc un homme aux mains pleines de sang à qui notre Assemblée s’apprête à dérouler le tapis rouge. Est-ce ainsi que l’on traite les rebelles et les terroristes ? Est-ce ainsi que l’on s’apprête à traiter éventuellement les rebelles et terroristes kamerunais?

Conscients de ce qu’en cas d’élections libres et transparentes OUATTARA et SORO ne pourraient tout au plus compter que sur l’électorat du « nord » qui constituent à peine 20% de la population, les deux compères ont tenté de monter une opération consistant à organiser l’entrée de plusieurs millions de maliens en Côte d’Ivoire. Heureusement cette opération a rencontré le refus catégorique de IBK, inquiet de voir ces « émigrés » d’un autre genre devenir peut-être demain les forces rebelles chargées de le déstabiliser.

Le Manidem pour sa part a décidé de soutenir depuis 2002 avec l’UPC des Fidèles, la juste lutte du peuple ivoirien avec à sa tête le Président Laurent Gbagbo.

Le Manidem est heureux de constater qu’il a été rejoint dans sa position panafricaniste par ceux-là mêmes qui ont lâché Gbagbo, tout en étant membres de l’Internationale Socialiste comme le FPI. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Pour être conséquente, la direction du SDF doit exiger le boycott de la séance parlementaire qui va accueillir SORO.

Le Manidem demande également à tous les parlementaires patriotes africains de boycotter cette séance de l’Assemblée.

En outre le Manidem dénonce :

- Les manoeuvres politiques néocoloniales du gouvernement français de quelque coloration que ce soit,

- La répression et le harcèlement dont ne cessent d’être victimes les militants du FPI ainsi que les populations,

- La tentative du gouvernement illégitime de OUATTARA-SORO de faire du Kamerun une espèce de base arrière,
- L’accord conclu à coups de milliards de francs entre les gouvernements Français et Kamerunais pour la formation à l’EMIA d’officiers ivoiriens.

Le Manidem affirme tout son soutien au peuple ivoirien et à son président légitime Laurent Gbagbo dont il exige la libération immédiate qui constitue un gage primordial d’une réconciliation véritable dans ce pays frère.
Le Manidem rappelle à Guillaume SORO et à ses maîtres que le rêve du peuple ivoirien est devenu celui de tout le continent africain.

Un rêve qu’aucune force ne saura briser.

Le Manidem dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit.

Yaoundé , le 10 juin 2014

Pour le Bureau Politique
LE SECRETAIRE GENERAL                                                Le Secrétaire à la formation
Ntondo Martin Richard                                                        Jean Emmanuel Mpouma


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE