14/06/2017 11:12:35
« Quand MEDIAPART RÉVÈLE le VRAI VISAGE de JEUNE AFRIQUE » (contenu supprimé à la demande de Jeune Afrique)
A la suite de la diffusion sur nos pages d'un article d'opinion intitulé « Quand MEDIAPART RÉVÈLE le VRAI VISAGE de JEUNE AFRIQUE », qui, comme tout bon journaliste le sait, n'engage nullement l'éditeur, le journal Jeune Afrique a menacé Cameroonvoice d'un procès en justice, au cas où nous ne retirions pas l'article. Nous nous serions attendus à une mise au point, ou à un droit de réponse de la part de notre confrère du 57 Rue d'Auteuil à Paris, que nenni ! Le "grand frère" a opté de montrer les dents et les muscles.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

A la suite de la diffusion sur nos pages d'un article d'opinion intitulé « Quand MEDIAPART RÉVÈLE le VRAI VISAGE de JEUNE AFRIQUE », qui, comme tout bon journaliste le sait, n'engage nullement l'éditeur, le journal Jeune Afrique a menacé Cameroonvoice d'un procès en justice, au cas où nous ne retirions pas l'article. Nous nous serions attendus à une mise au point, ou à un droit de réponse de la part de notre confrère du 57 Rue d'Auteuil à Paris, que nenni ! Le "grand frère" a opté de montrer les dents et les muscles.

Nous en avons pris acte, et avons décidé du retrait pur et simple de l'article querellé –pourtant publié dans notre rubrique « Tribune Libre ».

Non pas par crainte d'une confrontation judiciaire que le journal de Béchir Ben Yahmed n'aurait pas du reste remportée, sauf à croire que Jeune Afrique lui-même peut-être traîné en justice pour les articles publiés dans sa rubrique consacrée aux courriers des lecteurs qui sont souvent truffés de propos insultants ou injurieux, voire diffamatoires, sans pour autant que cela engage sa responsabilité. Notre démarche est le plus simplement du monde justifiée par l'appropriation par nous de la maxime qui veut qu'un mauvais arrangement vaille mieux qu'un bon procès.

Bien plus, eu égard au lot d'encre et de salive qu'a charrié au sein de Jeune Afrique la publication de cet article qui daterait de 2012 selon les dernières vérifications que nous avons faites sur le Web et non de 2015 comme le croit Jeune Afrique, nous avons pris sur nous de nous conformer au devoir de solidarité confraternelle, tant il est vrai que si cet article n'est pas le fruit d'une enquête menée par des professionnels de l'information –Jeune Afrique nous a fait parvenir un tweet de Mediapart qui nie avoir jamais rien publié de tel, mais a oublié de nous communiquer le code Url de ce démenti, rendant ainsi sa vérification impossible-, mais l'opinion d'un observateur ou blogueur quelconque qui aurait une dent contre notre confrère, le caractère excessif de certains propos contenus dans cet article pourrait dénoter de la haine. Une "valeur"  que nous ne partageons ni ne cautionnons à Cameroonvoice, qui se veut une plateforme d'expression plurielle, indépendamment des sensibilités.


Ceci étant, l'honnêteté intellectuelle nous commande de faire savoir à nos lecteurs à quel degré de pression nous avons été soumis par notre confrère qui, ce faisant, veut nous faire accroire qu'il pourrait engager des poursuites judiciaires contre tous les sites du monde entier qui ont repris l'article supposément publié par Mediapart, mais qui serait en réalité le résultat de la masturbation intellectuelle de l'un de ses détracteurs.

Voici donc publiée in extenso, en encadré, la mise en demeure ayant pour objet « Signalement article diffamatoire », qui nous a été servie par le Service juridique du Groupe Jeune Afrique.

« Bonjour,
 Vous avez fait paraître  ce jour 8 juin 2017 un article intitulé :
 Quand Médiapart révèle le vrai visage de Jeune Afrique
URL : http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-29947.html
Outre des injures cet article contient des propos diffamatoires extrêmement graves à l'encontre  et du Groupe Jeune Afrique et de Monsieur Béchir BEN YAHMED.
 En conséquence, nous vous demandons de le supprimer sans délai.
 Par ailleurs, nous tenons à vous signaler que contrairement à ce que vous écrivez :
1/ l'article de Médiapart auquel vous faites référence date de 2015
2/ Médiapart n'a pas mené l'enquête et n'est pas l'auteur de cet article. Il s'est contenté de l'héberger sur son blog. Devant le caractère particulièrement diffamatoire et injurieux de cet article Médiapart l'a purement et simplement supprimé.
3/ Médiapart , outre la suppression de cet article a publié un démenti dont vous trouverez copie ci-jointe.

La gravité des propos litigieux que vous publiez met en jeu votre responsabilité civile ou pénale. A défaut de retrait nous nous réservons d'utiliser tous les moyens légaux à notre disposition pour faire respecter nos droits.
Dans l'attente de vous lire.
Recevez, l'expression de nos meilleures salutations
Service juridique
Groupe JEUNE AFRIQUE
tel: 01 44 30 18 95 »

La Rédaction

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE