20/06/2019 17:35:27
Halte à la Dépigmentation : Les artistes Coco Argentée et Mani Bella en campagne contre le "ndjansang* "

Après avoir fait usage pendant de nombreuses années de  produits décapants pour avoir la peau très claire la star camerounaise du Bikutsi, Mani Bella a initié il y a quelques mois une campagne morale (« Stop à la dépigmentation volontaire de la peau ») pour dissuader les femmes de son pays de se livrer à cette pratique dont elle a découvert, mieux vaut tard que jamais, le caractère doublement dangereux, aussi bien pour la peau, que pour le portefeuille. 

TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille



Après avoir fait usage pendant de nombreuses années de  produits décapants pour avoir la peau très claire la star camerounaise du Bikutsi, Mani Bella a initié il y a quelques mois une campagne morale (« Stop à la dépigmentation volontaire de la peau ») pour dissuader les femmes de son pays de se livrer à cette pratique dont elle a découvert, mieux vaut tard que jamais, le caractère doublement dangereux, aussi bien pour la peau, que pour le portefeuille. 

L'initiative n'a pas laissé indifférente sa compatriote et consœur, Coco Argentée, une autre star du Bikutsi, qui lui a fait à cet effet un clin d'œil dans un de ses posts sur le réseau social Facebook lundi dernier.


« Mani Bella ma sœur tu as tout mon soutien ..et je te trouve très très ravissante (black chocolat) ..c'est pas facile de prendre une initiative pareil (arrêter la dépigmentation de la peau ..je te souhaites beaucoup de courage ma sœur ..et j'y réfléchis sur moi-même en même temps ..biens de choses à toi...soutien total », peut-on lire sous la plume de celle qui se surnomme "La go galaxie" ou "La go number one", à l'intention de "sa soeur". 


A l'origine de l'initiative de Mani Bella d'abandonner la dépigmentation de sa peau et de battre campagne pour l'abandon par d'autres personnes de cette volonté de défier la nature en changeant la couleur de leur peau, se trouve selon, l'artiste même, des messages et appels de ses propres fans, lui faisant comprendre qu'elle était devenue méconnaissable avec sa nouvelle couleur de peau, ainsi que les menaces de nombreux autres de ne plus lui accorder leurs sympathies, voir de consommer ses productions. Ce à quoi il faut ajouter le coût de cette aventure "tonneau des Danaïdes" qu'est le décapage, car le moins qu'on puisse dire est que l'entretien d'une peau "artificielle" est toujours coûteux. D'où le conseil de Mani Bella qui en parle en personne expérimentée :« Le naturel est la meilleure option c'est tout. Je n'oblige personne à arrêter. Je sensibilise juste en partageant mon expérience car je connais les aléas du ndjansang», non sans relever : « Aujourd'hui je ne suis plus très brune. Ma peau a la même couleur qu'un chocolat au lait! Elle est belle, uniforme et hydratée grâce à vos conseils et astuces. ».

Elle s'en félicite même sur un fond d'autodérision, en paraphrasant un couplet de son morceau à succès, "Pala Pala": « Les orteils brulés fini oo. Les dépenses fini oo. La destruction de ma peau c'est terminééé ! ».

Mani Bella qu'entend  suivre sa sœur Coco Argentée a même fait de la non dépigmentation de la peau un combat, puisqu'elle a adressé mardi une lettre ouverte aux officines qui mettent sur le marché les produits y afférents.
Si elle relève qu' à travers leurs activités de fabrication des produits éclaircissant, ces dernières créent des emplois et participent au développement de l'économie du continent africain,  elle les interpellent « sur l'aspect social et les conséquences néfastes que certains de vos produits ont sur ceux/celles qui les utilisent ( cancer, infertilité, brûlure irréversible de la peau, perte de poids, fragilité de l'épiderme,  complication en cas d'opération, prise excessive de poids dû aux corticoïdes) »« Ces produits font du mal à la mélanine, souillent l'Afrique noire, et sont une honte pour tout un continent » conclue celle qui adjure les concepteurs et producteurs de produits de "ndjansang"  de penser à la souffrance psychologique et physique des femmes « qui se décapent la peau ».

On peut dire qu'en attendant la réaction des destinataires de son message, elle s'est déjà trouvée une alliée de taille, en la personne d'une autre artiste populaire. 

* Le « ndjansang » est l'appellation locale des  amendes de Ricinodendron heudelotii, des graines très prisées dans la cuisine camerounaise dont elles servent de condiments pour certains plats. Sa couleur jaune et le relèvement que cette graine apporte au goût des plats qu'il assaisonne sont à l'origine de la métaphore qui voudrait que les personnes (généralement de sexe féminin) de teint noir qui se décapent pour avoir la peau claire (même si à l'arrivée elles l'ont plutôt jaune) deviennent  du "ndjansang" pour être plus séduisante que celles qui gardent la couleur naturelle de leur peau.   

Sam Mayem

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE