20/08/2019 18:39:59
Cameroun - Alertes Vaines ? Deuxième lettre au GORDH, Groupe Œcuménique de Réflexion sur les Droits de l'Homme

Nous nous permettons ici, en notre qualité de lanceur d'alerte parce que citoyen d'abord, de réitérer à votre endroit notre adresse du 18 juillet dernier par laquelle nous nous faisions le devoir d'informer de façon entière, complète et documentée le groupe que vous animez, le GHORD, Groupe œcuménique de réflexion sur les droits de l'homme.

© Correspondance
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille




 

A l'attention
du Pasteur E. N.-G. BOUKOUMBA
Secrétaire Permanent
BP 10358 Yaoundé




Objet: Alertes vaines?

 

Révérend Pasteur BOUKOUMBA,

Nous nous permettons ici, en notre qualité de lanceur d'alerte parce que citoyen d'abord, de réitérer à votre endroit notre adresse du 18 juillet dernier par laquelle nous nous faisions le devoir d'informer de façon entière, complète et documentée le groupe que vous animez, le GHORD, Groupe œcuménique de réflexion sur les droits de l'homme.

N'ayant reçu de votre part aucun retour depuis un mois, je rappelle à sa Révérence que c'était tout de même à propos de plusieurs cas de violations des droits humains dans la région Est qu'elle maîtrise bien et dont elle est originaire. Mieux, et qu'il ne lui en déplaise, il s'agissait d'alertes pour le moins urgentes concernant BAGONDA Syrius, GARTANGA Basile, TABE Angio, tous citoyens centrafricains réfugiés en région Est, et des dénommés MBANG LOUNDOU Jérôme et NGOYLA MBOMA Albert, citoyens, eux, bien camerounais et que vous connaissez même personnellement.

Notre lettre à sa Révérence n'avait pour objet que de lui demander de bien vouloir porter ces cinq cas de violation des droits humains au niveau du GHORD, lui qui a des liens réels dans les différents centres décisionnels du pouvoir étatique dans la Région-Est. Aux fins de voir ces cas, définitivement et sans plus attendre, solutionnés.

Est-ce trop demander, Révérend, quand l'envoi en prison fin mai 2019, par le Commissariat de Sécurité Public de la ville de Bertoua et un détachement de forces militaires armés jusqu'aux dents, des dénommés MBANG LOUNDOU Jérôme et BAGONDA Syrius, le premier animateur sinon promoteur de l'association de défense humain DH-EST, le second animateur fondateur du Collectif pour la défense des libertés (CODEL), association Centrafricaine, s'est effectué dans des conditions pour le moins scabreuses ? Quand, encore, les autres dirigeants de ces deux associations se sont volatilisés dans la nature pour échapper à une répression aveugle et non moins arbitraire ?

          Révérend,

          Cette deuxième lettre que nous vous destinons est pour nous l'excellente occasion de voir très concrètement si l'excellente initiative prise de fonder un groupe de réflexion comme le vôtre n'est finalement pas un simple tremplin pour faire de la rhétorique stérile et amuser la galerie. Je vous saurais gré de me donner tort au plus tôt.

         Veuillez croire, Révérend Pasteur, en l'expression de notre très chrétienne considération.

* Njome Komba Odi-Marine
Professeure des Lycées
Club des Droits de l'Homme de Bertoua

Njome Komba Odi-Marine*

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE