21/03/2012 00:50:03
Vih / Sida. Chute du taux de prévalence de 1.2% au Cameroun
C’est l’un des résultats du rapport préliminaire sur la prévalence du Vih au Cameroun en 2011, mené par l’Institut national de la statistique (Ins) et qui rentre en droite ligne avec l’enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples (Eds-Mics 2011).
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C’est l’un des résultats du rapport préliminaire sur la prévalence du Vih au Cameroun en 2011, mené par l’Institut national de la statistique (Ins) et qui rentre en droite ligne avec l’enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples (Eds-Mics 2011).

Hier, lundi 19 mars 2012, a eu lieu dans la salle de conférence du ministère de la Santé publique (Minsanté) à Yaoundé, la présentation officielle du rapport préliminaire sur la prévalence du Vih au Cameroun en 2011. L’étude a été menée par l’Ins qui a d’entrée de jeu précisé qu’il ne s’agit que des résultats de l’étude préliminaire, ceux du rapport final étant encore en cours d’élaboration, et donc que ceux présentés séance tenante, ne contiendraient pas tout à fait tous les résultats possibles.

Néanmoins, telle que présenté, l’étude à bien voulu mettre en exergue la chute du taux de prévalence qui est à présent de 1.2% au Cameroun. Dans son mot introductif, André Mama Fouda, le Minsanté, n’a pu s’empêcher de rappeler que ce taux de prévalence était de 5.5% en 2004 au Cameroun avec 6.8% de femmes infectées contre 4.1% d’hommes infectés. Suite à leurs études, les pouvoirs publics ont décidé de mettre l’accent sur la prévention, ce qui a d’ailleurs été la principale résolution du plan d’action 2006-2010. Ainsi, l’efficacité ou non de cette méthode aurait dû être connue au courant de l’année 2011. C’est donc pour se rendre compte de l’évolution de la tactique mise sur pied par le gouvernement, que les Hommes des médias ont été conviés à la présentation officielle de ce rapport préliminaire.

Lors de cette cérémonie, l’expert de l’Ins s’est lancé dans les comparaisons des chiffres de l’année 2004 à l’année 2011, pour en ressortir la différence. Par exemple, il a démontré, après explications que sur un total de 15 276 personnes jugées  meilleurs candidats pour passer les examens, seuls 93% ont accepté de le faire. Ainsi, sur une population de femmes âgées de 15 à 49 ans, 6.4% sont infectées en zone urbaines et 4.6% en zone rurale avec 5.6% dans l’ensemble.

Pour les hommes de la même tranche d’âge, 3.0% sont infectés en zone urbaine, 2.7% en zone rurale et 2.9% dans l’ensemble. Pour les deux sexes, respectivement 4.8%, 3.8% et 4.3% sont infectés. Total du taux de prévalence cette année, 4.3% contre les 5.5% enregistrés en 2004. Malgré tout, le Cameroun est toujours en alerte. Toujours est-il que, la présentation officielle du rapport principal et final se fera au mois de Juillet de cette année. Doit-on espérer de meilleurs résultats ?

Florette MANEDONG

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE