04/02/2013 03:41:17
Cameroun. Insécurité: Boko Haram sème la peur à Maroua
Policiers et gendarmes quadrillent la ville 
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La police et la gendarmerie quadrillent Maroua

Face à la menace pressante de Boko Haram et la montée en puissance du phénomène de braquage et de vols des véhicules dans les pays voisins, des quartiers entiers sont bouclés par une patrouille mixte des forces de sécurité.

Un seul jour de rafle et déjà 200 personnes interpellées au quartier Doggoi à Maroua. Samedi dernier 2 février 2013 entre 1h et 3h du matin, sur ordre du gouverneur Augustine Awa Fonka, des patrouilles mixtes constituées d’éléments de la police, de la gendarmerie et de l’armée ont fait irruption à Doggoi, un quartier périphérique de la ville de Maroua. La zone est bouclée et des habitations littéralement perquisitionnées. Une descente stratégique pour le moins fructueuse, laquelle a permis aux forces de sécurité de mettre la main sur un nombre impressionnant d’objets vraisemblablement volés : motos, voitures, appareils électro-ménagers, etc. Des suspects à l’identité douteuse et non porteurs d’une carte nationale d’identité sont interpellés et auditionnés sans autres formes de procès. 

Sur un total d’environ 250 suspects, seulement une cinquantaine aurait été libérée. Ainsi que l’affirme une source à la division de la police judicaire de l’extrême-Nord à Maroua. «Les interpellations se poursuivent. En plus des suspects nous cherchons à mettre la main sur des biens volés et dissimulés dans ce quartier où l’insécurité enfonce ses racines», a-t-il affirmé. L’opération des forces camerounaises, aidées en cela par des agents de renseignements nigérians et tchadiens, fait suite à une série de vols de véhicules de marque perpétrés dans des villes nigérianes et tchadiennes. Les véhicules en question dont certains sont équipés de puces ont été localisés à Maroua ; et précisément à Doggoi. Les légitimes propriétaires de nationalités nigériane et tchadienne ont suggéré et obtenu la collaboration des autorités camerounaises pour rentrer en possession de leurs biens dérobés. «Les deux véhicules en question ont été retrouvés. Les présumés voleurs sont interpellés et leur exploitation va permettre de mettre la main sur leurs complices », confie une source.

Réseau mafieux

La police soupçonne des pontes du Rdpc dans le Diamaré d’être à l’origine de ces vols à n’en plus finir de véhicules dans la sous-région Cémac et au Nigeria. Les véhicules dérobés seraient ensuite conduits sur le sol camerounais et vendus dans les villes de Maroua, Garoua, Ngaoundéré, Yaoundé, Bertoua et Douala. Notre source qui a renoncé à dévoiler la stratégie de la police pour des raisons évidentes n’exclut pas du reste d’autres interpellations dans les rangs du Rdpc. « beaucoup de ces hommes sont cités, ils vont tous être auditionnés pour les besoins d’enquête ».

Pour mémoire, il y a quelques années, des personnalités du parti au pouvoir avaient été cités à tort où à raison dans ces histoires de voitures volées et retrouvées sur le sol camerounais. La nébuleuse de Doggoi concernerait le fils du président Idriss Déby Itno dont l’un des véhicules volés aurait été retrouvés au Cameroun ces derniers jours. Toutes choses qui justifieraient cette descente sans précédente des patrouilles mixtes. «Les éléments des forces de sécurité tchadienne on été dépêchés dans l’extrême-Nord pour retrouver tous les véhicules volés à N’djamena et appartenant au fils de Baby», souffle un informateur de Le Messager à Maroua.

Selon des sources policières, après Doggoi d’autres quartiers mafieux de Maroua seraient déjà dans le viseur des forces de sécurité camerounaise.

Focal : Un gang aux arrêts à Maroua

L’opération des forces de sécurité camerounaise vient s’ajouter à une série d’interpellations initiées le 15 janvier 2013. Trois présumés bandits spécialisés dans le vol des véhicules de marque (grosses cylindrées en l’occurrence) méditent actuellement leur sort dans les geôles de la prison centrale de Maroua ; après un séjour dans les cellules de la police et au tribunal militaire de Maroua.

Leur dernier forfait en date remonte à décembre 2012. Alors qu’il se trouve dans son domicile à Doggoi (Maroua), un Tchadien est tenu en respect par des malfaiteurs armés de Kalachnikov. Les bandits vont emporter son véhicule et la somme de 3 000 000 Fcfa. Fondus dans la nature, ils seront rattrapés après plusieurs jours de recherche.

Salomon KANKILI

 


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE