Burkina : Le gouvernement supprime la journée continue à l’école sur fond de rétropédalage

Education : Fin de la journée continue à l'écoleC’est à un véritable rétropédalage que vient de se livrer le gouvernement burkinabé, deux ans seulement après avoir institué le système des journées continues à l’école.

“Education : Fin de la journée continue à l’école” a titré ce mardi Lefaso.net, relayant une décision conjointe du ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation et de son collègue de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale qui ont pris lundi,18 septembre 2017, un arrêté  mettant fin à la journée continue dans les établissements scolaires du Burkina.
   
Donnant plus de précision sur cette décision qui fait manifestement l’affaire des syndicats enseignants, mais aussi des mécontents chez ceux qui y trouvaient quelque peu leur compte en terme d’économie à réaliser, le média en ligne souligne les détails de  l’arrêté conjoint du ministère de l’éducation nationale qui  fixe les nouveaux horaires de travail dans les établissements scolaires.

On apprend ainsi que dans les structures d’éducation préscolaire, les cours vont désormais du lundi au vendredi, de 8h00 à 11h30

Dans les écoles primaires et les centre d’éducation de base non formelle, les cours vont de 7h30 à 12h00 et de 15h00 à 17h00, du lundi au vendredi. Sauf le mercredi, où les élèves auront désormais cours de 7h30 à 12h00. Il n’y a donc pas classe, le mercredi soir.

Pour ce qui est du post primaire et du secondaire, les cours vont de 7h00 à 12h00 et de 15h00 à 17h00, du lundi au vendredi. Sauf le mercredi, où les classes s’ouvrent à 7h00 pour se fermer à 12h00. Il n’y a plus cours, samedi et dimanche. C’est valable aussi pour le préscolaire et le primaire.

Petite dérogation à cette nouvelle réglementation horaire « Dans les localités affectées par des intempéries climatiques ou lorsque les circonstances l’exigent, les horaires des structures éducatives peuvent être fixés par arrêté du Gouverneur territorialement compétent sur proposition du Directeur régional en charge de l’Education nationale concerné », fait savoir l’arrêté conjoint

Notre confrère Herman Frédéric Bassolé rappelle que c’est le 15 septembre 2015 que le gouvernement burkinabè avait institué la journée continue dans l’administration burkinabè. Le décret pris à l’époque visait « l’amélioration de l’organisation du travail et du rendement, la réduction de la facture énergétique et des dépenses courantes ainsi que la promotion de l’investissement et de l’emploi dans le secteur tertiaire ». La décision, souligne-t-il, avait cependant été critiquée par les syndicats de l’éducation qui trouvaient qu’elle avait été prise à « la hâte et de façon unilatérale ». Après quelques mois de mise en œuvre, les principaux syndicats tels que la F-SYNTER, le SYNATEB, et SNEA-B et le SATEB avaient dénoncé les effets de cette journée continue sur les performances des élèves : somnolence, absences et retards, manque de temps pour réviser, etc.

« Le présent arrêté, qui sera sans doute le bienvenu aussi bien chez les enseignants que chez les apprenants, entre en vigueur à partir de la rentrée scolaire 2017-2018 et abroge ainsi l’arrêté conjoint n°2015-0004/MENA/MFPTSS du 11 janvier 2016 portant organisation des horaires de travail des structures éducatives de l’Education de Base », informe Lefaso.net

Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

La Chine resserre le nœud coulant autour du cou de Taiwan

Ces deux derniers jours, il ne semblait y avoir aucune autre nouvelle dans le monde que la visite à Taïwan de la...

« Je veux m’assurer que la vie de Glencore soit un enfer »Akere Muna

L’avocat international entend en tout cas se battre pour qu’elle, l'affaire Glencore, continue de faire les gros...

Nancy a bravé le dragon chinois mais a-t-elle gagné

N’est-ce pas ? Pas vrai ?! Et bien…… Oui,...

Washington se cache derrière une vieille dame pour provoquer la Chine

Les États-Unis viennent de nous montrer qu’ils peuvent descendre encore plus bas que leurs créatures ukro-nazies du bataillon Azov, passés maitres dans...

La bombe suprême tranchera la guerre

Washington est « profondément préoccupé » par le fait que Moscou utilise maintenant l’usine comme base militaire et tire sur les forces ukrainiennes autour...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :