Nigeria, l’artiste populaire Don Jazzy veut faire légaliser la consommation du cannabis

Chanteur et promoteur de la maison de production discographique Mavin Records, l’artiste nigérian Don Jazzy a adjuré le gouvernement de son pays de capitaliser sur la culture du cannabis en rendant légale sa consommation. 

Dans un post sur son fil twitter, le patron des écuries Mavins qui a produit bon nombre d’artistes de renom à l’instar de Tiwa Savage, Di’Ja, Korede Bello, D’Prince, Reekado Banks…, le gouvernement pourrait tirer des revenus substantiels s’il sortait la consommation de  la marijuana de la clandestinité, étant entendu que les Nigérians ont le cannabis en grande quantité sur leur terre, mais n’en consomment pas, du moins ouvertement, de crainte de représailles.

Sans qu’il soit aisé d’en établir le rapport, l’artiste natif d’Umuahia, dans l’État d’Abia, Michael Collins Ajareh de son vrai nom, trouve  incongrue la consommation des cigarettes produites par l’industrie du tabac, tandis que parallèlement, celle du cannabis reste illégale.

« L’Assemblée nationale doit faire une réforme constitutionnelle afin de légaliser le cannabis qui peut contribuer au développement du pays », a-t-il écrit, en évoquant l’exemple de la Zambie où la consommation du cannabis a été légalisée le 16 décembre 2019 :

« Si la Zambie qui a à peine 20 millions d’habitants l’a fait, imaginez combien ça pourrait rapporter au Nigeria »

Un exemple que n’a pas tardé à corroborer  la porte-parole du gouvernement zambien, Dora Siliya, « Je confirme que le conseil des ministres (…) a donné son feu vert de principe à la commission technique pour la culture, le traitement et l’exportation du cannabis à des fins économiques et médicinales » a-t-elle confirmé, la Zambie faisant partie des pays au monde où le cannabis, drogue provoquant des hallucinations et aux effets euphorisants, malgré les effets nocifs qu’il produit sur la santé, est crédité d’effets bienfaisants.

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

La conférence de la Libye et la nouvelle ruée vers l’Afrique (WSWS)

Par sa forme et son lieu, la réunion fait rappeler la tristement célèbre «Conférence sur le Congo», qui s’est également tenue à Berlin du 15 novembre 1884 au 26 février 1885, à l’invitation du Chancelier allemand Bismarck. Son résultat fut l’«Acte général de la Conférence de Berlin» adopté par les représentants des États-Unis, de l’Empire ottoman, des puissances européennes et de la Russie.
- Publicité -
Facebook Comments