Afrobeat : La vie et la mort de Tony Allen

Précurseur de l’Afrobeat avec son compatriote nigérian Fela Kuti, le batteur auteur-compositeur Tony Allen est décédé le 30 avril 2020 en France à l’âge de 79 ans.

L’annonce de la mort de la légende a été faite par son Manager Eric Trosset le 30 avril.Mais dubitatif, il a précisé « On ne connaît pas exactement la cause du décès. Il était en pleine forme, c’est assez soudain. Je lui ai parlé à 13 heures, puis deux heures plus tard il était pris d’un malaise et a été transporté à l’hôpital Pompidou où il est décédé », a-t-il expliqué. C’est ainsi que le Sphinx tire sa révérence, mettant fin à une riche aventure.

Ayant été marqués par les combats et revendications des Afro-Américains comme Malcom X, Black Panther Party et Martin Luther King lors d’une tournée dans les années 1960 aux Etats-Unis, Tony Oladipo Allen, meilleur batteur de son époque et son acolyte maître Fela Kuti étaient des pionniers de l’afrobeat. Le genre est né avec des textes engagés et un rythme semblable  à celui de l’Afrique et du Jazz.  Le meilleur batteur va se séparer de son ami Fela Kuti à la fin des années 1970. Ce dernier était un amoureux de la musique pure, expérimentale, adulant parfois avec l’électro.

Il intervient comme batteur dans les albums de plusieurs artistes musiciens français comme Jean-Michel Jarre, Charlotte Gainsbourg et Sébastien Tellier, précisément dans les années 1980, lorsqu’il s’installe à Paris, en France. Il revient se ressourcer au pays avec l’album « Lagos ne tremble pas », « Lagos no shaking », en 2005. L’année qui suit, il est membre du super groupe « The Good, The Bad and the Queens », formé par Damon Albarn, le leader du groupe Blur et a également été membre du groupe musical « Africanism All Stars ». Les projets vont se multiplier entre les deux hommes pendant plusieurs années.

Il a été récompensé en 2006, catégorie de Nigeria Entertainment Award for Afrobeat Artist  of the Year, première personne récompensée. Son manager, Eric Trosset, fait un flash-back sur la « magie musicale » de son ami. « C’est comme un samouraï, c’est-à-dire que sa magie musicale à Tony Allen, c’est d’écouter, écouter ce qui se passe autour, analyser et d’après construire la structure d’une façon remarquable à son environnement », confie-t-il. Une disparition qui survient quelque cinq semaines après celle du saxophoniste et compositeur franco-camerounais Manu Dibango, survenue 24 mars 2020 des suites du Covid-19.

D.M

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Un passeport numérique COVID-19 bientôt nécessaire pour voyager ? (TVA nouvelles)

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a annoncé cette semaine la création d’un passeport numérique qui pourra indiquer si un passager a...

Soutien aux tyrans, auteurs de holdups électoraux : La Côte d’Ivoire lance le boycott...

C’est par un communiqué laconique annonçant une importante déclaration du président du rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire Alternative crédible (Rpci-Ac), Christian...

Humanitaire : Malgré une 1ère édition de Téléthon mitigée La Fondation Inorie Fotso poursuit...

En octobre 2019, à son initiative, la pop-music singer Inorie Fotso, fille du milliardaire camerounais Victor Fotso  -aujourd’hui défunt-,  se mettait ensemble...

R.D. Congo : A son tour, Me Georges Kapiamba de l’ACAJ s’insurge et exige...

L’ancien maitre de Kinshasa serait mensuellement rémunéré à hauteur de 680.000 USD. Une pension léonine qui n’est pas pour plaire à Me...

Cameroun-Covid-19: Les solutions de la société civile pour les couches vulnérables

L'appel de l'Association Rayons de Soleil était ouvert à 100 organisations de la société civile reconnues et expérimentées...
- Publicité -
Facebook Comments