Afrobeat : La vie et la mort de Tony Allen

Précurseur de l’Afrobeat avec son compatriote nigérian Fela Kuti, le batteur auteur-compositeur Tony Allen est décédé le 30 avril 2020 en France à l’âge de 79 ans.

L’annonce de la mort de la légende a été faite par son Manager Eric Trosset le 30 avril.Mais dubitatif, il a précisé « On ne connaît pas exactement la cause du décès. Il était en pleine forme, c’est assez soudain. Je lui ai parlé à 13 heures, puis deux heures plus tard il était pris d’un malaise et a été transporté à l’hôpital Pompidou où il est décédé », a-t-il expliqué. C’est ainsi que le Sphinx tire sa révérence, mettant fin à une riche aventure.

Ayant été marqués par les combats et revendications des Afro-Américains comme Malcom X, Black Panther Party et Martin Luther King lors d’une tournée dans les années 1960 aux Etats-Unis, Tony Oladipo Allen, meilleur batteur de son époque et son acolyte maître Fela Kuti étaient des pionniers de l’afrobeat. Le genre est né avec des textes engagés et un rythme semblable  à celui de l’Afrique et du Jazz.  Le meilleur batteur va se séparer de son ami Fela Kuti à la fin des années 1970. Ce dernier était un amoureux de la musique pure, expérimentale, adulant parfois avec l’électro.

Il intervient comme batteur dans les albums de plusieurs artistes musiciens français comme Jean-Michel Jarre, Charlotte Gainsbourg et Sébastien Tellier, précisément dans les années 1980, lorsqu’il s’installe à Paris, en France. Il revient se ressourcer au pays avec l’album « Lagos ne tremble pas », « Lagos no shaking », en 2005. L’année qui suit, il est membre du super groupe « The Good, The Bad and the Queens », formé par Damon Albarn, le leader du groupe Blur et a également été membre du groupe musical « Africanism All Stars ». Les projets vont se multiplier entre les deux hommes pendant plusieurs années.

Il a été récompensé en 2006, catégorie de Nigeria Entertainment Award for Afrobeat Artist  of the Year, première personne récompensée. Son manager, Eric Trosset, fait un flash-back sur la « magie musicale » de son ami. « C’est comme un samouraï, c’est-à-dire que sa magie musicale à Tony Allen, c’est d’écouter, écouter ce qui se passe autour, analyser et d’après construire la structure d’une façon remarquable à son environnement », confie-t-il. Une disparition qui survient quelque cinq semaines après celle du saxophoniste et compositeur franco-camerounais Manu Dibango, survenue 24 mars 2020 des suites du Covid-19.

D.M

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

La Banque centrale du Nigéria vient de lancer ...
« Au cours d'une émission de grande écoute diffusée par...
Paul Biya gagne donc un salaire mensuel d'environ 29.000.000 francs...
Il règne visiblement un climat tendu dans les rangs...

Autres actualités

Cameroun : coup d’État en cours, Maurice Kamto explique

« Au cours d'une émission de grande écoute diffusée par une chaîne de télévision nationale, le mardi 12 octobre 2021, le RDPC a...

Crise anglophone : en colère un officier déballe tout sur le moral des troupes

Il règne visiblement un climat tendu dans les rangs des soldats engagés dans les opérations militaires dans les régions du Nord-Ouest et...

Gabon: le sort de Laccruche Alihanga, l’ex bras droit d’Ali Bongo

C'est l'avocat de l'ex bras droit d'Ali Bongo qui a révélé le tourment souhaité contre lui. « Cinq ans...

Fin du FCFA : le Nigéria donne une leçon à l’Afrique francophone

La Banque centrale du Nigéria vient de lancer la version électronique de sa monnaie le Naira appelée eNaira. En plus d’être...

Comment l’Afrique prépare sa transformation numérique

L'Afrique est sur le point d'impulser la transformation numérique du monde avec son énorme base de jeunes talents, moteurs de la révolution...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :