CEMAC : De nouveaux billets de banques bientôt en circulation. Pour résoudre quel problème ?

C’est la  résolution phare de la session ordinaire du Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac), tenue le 2 octobre 2019 au siège de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) à Yaoundé au Cameroun.

Les économies des six pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale vont connaitre un renouveau monétaire à travers la mise en circulation d’une nouvelle gamme de billets de banques, apprend-on de cette réunion du Comité ministériel de l’Umac qui affirme avoir pris « acte du lancement des travaux de conception d’une nouvelle gamme de billets Beacconformément à l’article 33 des statuts de la Beac », et « engage le gouvernement de la Banque à finaliser les travaux nécessaires à la création et à la mise en circulation progressive de cette nouvelle gamme, dans les meilleurs délais possible ».

Cette nouvelle arrive à un moment où la sous-région Cemac fait face à un manque cruel de devises. C’est le cas notamment du Cameroun, pays moteur de zone économique et monétaire, épicentre de cette crise monétaire  qui a connu son pic en juin-juillet dernier, faisant même observer une légère dévaluation de fait du Franc CFA d’Afrique centrale dont le taux s’est mis à varier rapporté à celui de l’Afrique de l’Ouest (Zone UEMOA quoique de manière insignifiante.

La préoccupation du consommateur est maintenant de savoir quel sera l’impact des nouveaux billets de banque sur la quantité de l’argent en circulation, et surtout en quoi leur mise en circulation contribue-t-elle à la solution du problème épineux du manque criard de la petite monnaie. Car le moins qu’on puisse dire est que les régimes en place en Afrique Centrale qui sont pour la plupart peu disposés aux récriminations des relativement à leur gouvernance en matière des droits humains et politique, ont cru     ramener les « impérialistes occidentaux » à de “meilleurs sentiments” en allant importer massivement des Chinois pour en faire les nouveaux « investisseurs » dans le cadre d’un partenariat dit “gagnant-gagnant” qui s’est simplement révélé être une délocalisation à peu de frais en Afrique centrale zone CEMAC –ventre mou de l’Afrique dans tous les domaines- des différents “China Town” du monde, avec les dangers que cela comporte.

Un de ces dangers est la prolifération des salles de jeux contrôlés par les (“investisseurs”) Chinois, qui raflent toutes les pièces de monnaie pour les besoins de leurs clients. Aujourd’hui, trouver de la monnaie pour s’acheter un bout de pain, emprunter un taxi, faire de petites emplettes, ou simplement rembourser un client, est devenu une histoire de croix et de bannière, alors qu’il ne se passe pas une semaine sans que l’on signale l’arrestation de personnes ayant rempli des sacs de farine de 50 kilogrammes, de pièces de 100 francs ou de 500 francs qu’ils envisagent de livrer à des Chinois promoteurs de casinos.Du coup, en entendant parler de la nouvelle gamme de billets de banques, les citoyens des pays d’Afrique centrale voudraient savoir si la Banque centrale a aussi pensé à fabriquer des billets de 100 francs, et de 50 francs et à supprimer les pièces de 500 francs pour n’en fabriquer que la version en billets, pour décourager les promoteurs de machines  à sous de continuer à faire main basse sur la petite monnaie.

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Incarcérés depuis bientôt 1 an, une quinzaine de militants...
Alors que les interdictions se multiplient à l’endroit des...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments