Finances : La Banque nationale de Guinée équatoriale s’installe au Cameroun

La date d’ouverture de l’établissement financier n’est pas encore connue, mais l’arrêté du 10 novembre 2020 du ministre camerounais des Finances, délivrant un agrément pour l’ouverture d’une filiale locale de la banque nationale de la Guinée-équatoriale (Bange Bank), dénommée Bange Bank Cameroun (Bange Cmr S.a.), marque la fin d’un long parcours du combattant entamé depuis juin 2019.

D’entrée, il convient de rappeler que la banque classée dans la catégorie banque universelle dont Louis Paul Motaze vient d’autoriser l’installation en terre camerounaise avait obtenu le 30 juillet 2020, l’avis conforme de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac) pour exercer au Cameroun à travers sa filiale Bange Cmr S.a. Une semaine plus tard, le 5 août 2020, c’est le ministre du Commerce (Mincommerce) Luc Magloire Mbarga Atangana, qui lui délivrait l’agrément commercial. Un acte qui, expliquait alors le ministre Louis Magloire Mbarga Atangana «facilite l’immatriculation au crédit immobilier, exigé pour toute personne physique ou morale étrangère ou alors si le capital est détenu majoritairement par les étrangers», étant entendu, ajoutait-il, que toute société commerciale, quel que soit son secteur d’activité, doit préalablement obtenir ladite licence pour que soit rendue possible son inscription au registre du crédit commercial et de la propriété mobilière.

L’obtention de cette licence est obligatoire pour Bange Bank Cameroon S.a., en vertu de la loi n° 2015/018 du 21 décembre 2015, qui réglemente les activités commerciales au Cameroun, puisqu’elle est détenue majoritairement par des équato-guinéens, étant donné que le président de son conseil d’administration Manuel Osa Nsue Nsua et le directeur général Emilio Moyo Avoro sont citoyens de Guinée équatoriale.

Le décret établit que «la licence précitée est accordée à Bange Bank Cameroon S.a. pour ses opérations dans le secteur bancaire, dans le strict respect des lois et règlements en vigueur». Après cette licence, l’établissement devait, au prélable, encore obtenir l’agrément des autorités monétaires que sont la Commission bancaire centrafricaine (Cobac) et le ministère des Finances du Cameroun. Raison pour laquelle en juin 2019, dirigée par l’ambassadeur équato-guinéen Anastaseo Asumu Mum Munos, une délégation de Bange a rencontré le ministre camerounais des Finances Louis Paul Motaze, à Yaoundé. A l’issue des entretiens confidentiels, Ebe Mba, président du conseil d’administration de Bange, a déclaré à la presse que la banque était sur le point de lancer les démarches nécessaires pour remplir les critères relatifs à l’ouverture d’une filiale au Cameroun pour ouvrir une filiale au Cameroun. Ce qui est  désormais une réalité.

Dans cette optique, le Minfi, Louis Paul Motaze, a signé le 10 novembre dernier, trois arrêtés portant agrément des directeurs généraux adjoints (Dg-a) et d’un directeur général de la banque, après avis conforme de la Cobac, du 30 juillet 2020.

Pour l’heure, Bange Cmr S.A. a ainsi franchi la dernière étape dans son processus d’installation dans le pays, quand on sait qu’avant cela, il lui restait juste le quitus de l’autorité monétaire nationale.

Si le capital de cet nouvel établissement financier, qui est la 16ème  banque installée au Cameroun, n’est pas encore connu, on sait au moins que d’après la réglementation en vigueur dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), le minimum requis est de 10 milliards de Fcfa.

Fort donc de son agrément signé le 10 novembre 2020 par l’autorité monétaire du Cameroun, la filiale locale Bange Cmr S.a va bientôt se déployer avec deux premières représentations à Yaoundé et Douala, les deux principales villes camerounaises. Selon certaines indiscrétions, Yaoundé abritera une agence qui sera incorporée au siège de la nouvelle banque, tandis que Douala, la capitale économique du pays, abritera la principale agence commerciale.

Constituée à majorité de capitaux équato-guinéens, elle sera dirigée à son lancement par des personnes originaires de la nationalité de la maison-mère, notamment Manuel Osa Nsue Nsua (Pca) et Moyo Avoro (directeur général). Manuel Osa Nsue Nsua est actuellement le Dg de Bange en Guinée équatoriale et Moyo Avoro directeur des médias du groupe bancaire.

#ctaText??#  Cameroun: Une autre bombe sème la panique à Yaoundé

Désormais détenteur d’un agrément comme établissement bancaire, Bange Cmr S.a. a fait valider la nomination de ses principaux dirigeants par l’autorité monétaire nationale. Avec un capital initial d’au moins 10 milliards de Fcfa, Bange Cmr S.a sera dirigé par un cadre équato-guinéen, qui a fait ses classes à l’Université catholique de l’Afrique centrale à Yaoundé. Ce dernier sera assisté de deux directeurs généraux-adjoints, tous de nationalité camerounaise. Afin de donner davantage une coloration locale à sa filiale camerounaise, la banque équato-guinéenne ambitionne d’ouvrir 10% de son capital à des nationaux, apprend-on de bonnes sources.

Parmi les Dg-a, il y a le Camerounais Pascal Hervé Essissima. Il a occupé des fonctions de responsabilité au ministère en charge de l’Economie jusqu’au rang de directeur de la coopération régionale. En 2016, il a été nommé par décret présidentiel, pour une période de trois ans, renouvelable, au sein du conseil d’administration de la Cameroon development corporation (Cdc), l’entreprise agro-industrielle considérée comme 2ème employeur après l’Etat du Cameroun.

Toujours au rang de Dg-a, il y a un autre Camerounais en la personne de Janvier Ekolo Tsitsi. Il était précédemment directeur financier au sein de la maison-mère Banque nationale de la Guinée équatoriale. Enfin, le nommé Pascal Emilio Moyo Avoro occupe le poste de directeur général de la Bange Cmr S.a.

Au plan opérationnel, la toute première entreprise équato-guinéenne à s’installer hors du pays entend très rapidement jouer un rôle majeur dans le financement de l’économie camerounaise. Pour ce faire, apprend-on, Bange Bank Cameroun va implémenter une politique commerciale reposant davantage sur le crédit de moyen terme (3 ans). Ce type de crédit offre plus de marges de manœuvre aux entreprises dans le développement de leurs activités, que le crédit de court terme, très présent dans le portefeuille des banques de l’espace Cémac.

A titre d’exemple, selon le « Bulletin des statistiques sur les coûts et conditions du crédit dans la Cémac », publié par la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Béac), entre janvier et juin 2019, « 79,05% des crédits accordés (par les banques en activité dans la zone Cemac) sont à court terme, 16,33% à moyen terme et 4,62 % à long terme », peut-on y lire.

En plus du crédit de moyen terme, Bange Cmr S.a mise sur l’activité de crédit-bail, apprend-on. Ce mécanisme, qui consiste à financer l’acquisition de l’outil de production des entreprises, recèle un énorme potentiel, encore minimalement exploité au Cameroun. En effet, en dépit de la forte progression des montants obtenus par les entreprises, au titre du crédit-bail, qui ont pratiquement triplé entre 2009 et 2016, passant de 45 milliards de Fcfa à environ 125 milliards de Fcfa, selon la Sfi, cette enveloppe demeure largement en-dessous du potentiel du marché. Celui-ci est estimé à 400 milliards de Fcfa par l’Association camerounaise du crédit-bail (Camlease).

Avec d’autres opérateurs spécialisés à l’instar d’Alios Finance, le leader du crédit-bail au Cameroun, Bange Bank Cameroun envisage d’investir entend jouer sa partition dans le développement de ce segment du financement de l’économie. Mais surtout, apprend-on de sources internes, cette banque pourrait servir de vecteur pour le déploiement au Cameroun d’autres entreprises équato-guinéennes.

Constituée sous la forme d’une banque commerciale universelle, cette banque est présente dans une grande partie de la géographie équato-guinéenne, ajoutant actuellement un total de 29 agences, situées dans les 7 principales villes du pays.  L’Etat de la République de Guinée équatoriale est prédominant dans sa participation, qui a un capital social de 10 milliards de Fcfa.

Source : Forum Libre N° 1112 du 18 novembre 2018

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Un passeport numérique COVID-19 bientôt nécessaire pour voyager ? (TVA nouvelles)

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a annoncé cette semaine la création d’un passeport numérique qui pourra indiquer si un passager a...

Soutien aux tyrans, auteurs de holdups électoraux : La Côte d’Ivoire lance le boycott...

C’est par un communiqué laconique annonçant une importante déclaration du président du rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire Alternative crédible (Rpci-Ac), Christian...

Humanitaire : Malgré une 1ère édition de Téléthon mitigée La Fondation Inorie Fotso poursuit...

En octobre 2019, à son initiative, la pop-music singer Inorie Fotso, fille du milliardaire camerounais Victor Fotso  -aujourd’hui défunt-,  se mettait ensemble...

R.D. Congo : A son tour, Me Georges Kapiamba de l’ACAJ s’insurge et exige...

L’ancien maitre de Kinshasa serait mensuellement rémunéré à hauteur de 680.000 USD. Une pension léonine qui n’est pas pour plaire à Me...

Cameroun-Covid-19: Les solutions de la société civile pour les couches vulnérables

L'appel de l'Association Rayons de Soleil était ouvert à 100 organisations de la société civile reconnues et expérimentées...
- Publicité -
Facebook Comments