Cameroun : Sage conseil à Biya sur l’avenir du Cameroun

Dans une missive   publiée sur son compte officielle ce 11 février 2020, Me Christian Bomo Ntimbane s’adresse directement à Paul Biya ; il l’invite à prendre la pleine mesure du boycott massif enregistré lors du double scrutin du 9 février, non sans lui donner précisément quelques pistes de solutions pour sortir pacifiquement le Cameroun de la crise sociopolitique qu’il traverse.

Monsieur le Président de la République,

Au-delà de nos régulières divergences politiques, je serais intellectuellement injuste de ne pas reconnaître qu’à certains moments de notre histoire, vous avez pris des décisions courageuses contre ceux qui vous conseillaient la logique de l’inconséquence politique.C’est le cas en 1990 lorsqu’ après des intenses soulèvements, fortes manifestations de rue, de désobéissance civile visant l’instauration du multipartisme, vous avez décidé de prendre à contre-pied les caciques de votre parti le Rdpc, sous la conduite de feu Monsieur Basile EMAH.Vous avez alors décidé de donner à ce peuple ce qu’il voulait: la ré-instauration du multipartisme qui avait été abolie dans les années 60.

Dimanche, le 09 février 2020, le peuple camerounais n’est plus descendu dans les rues comme en 1990 pour obtenir le multipartisme, il est resté chez lui, en boycottant selon de nombreuses sources crédibles tant nationales qu’internationales, à près de 80%, les élections couplées législatives et municipales. Ce boycott est une sorte de contestation populaire sur le fonctionnement de nos institutions, voire de la gouvernance du pays que nous ne devrons pas minimiser. Les camerounais ont désapprouvé massivement, une élection qui promouvrait encore les membres de votre parti, le Rdpc.Ils ne veulent plus que le Rdpc et ceux de la majorité présidentielle continuent à gérer en son nom ses affaires.

Les camerounais ont désapprouvé massivement, une élection qui promouvrait encore les membres de votre parti, le Rdpc.Ils ne veulent plus que le Rdpc et ceux de la majorité présidentielle continuent à gérer en son nom ses affaires.

Me Christian Bomo Ntimbane

Contrairement à bon nombre de camerounais, je ne demanderais pas votre démission, car vous jouissez actuellement de l’aura nécessaire pour conduire pacifiquement la transition politique de notre pays en donnant au peuple camerounais ce qu’il lui faut le plus : la démocratie. Comme en 1990 avec le multipartisme, donnez maintenant la démocratie à votre peuple. A cet effet, je vous suggère d’organiser un référendum pour l’adoption d’une nouvelle constitution qui aura pour axes : l’adoption d’un nouveau système électoral, l’instauration du poste de vice-président de la République, successeur constitutionnel et d’une nouvelle forme de l’Etat, en consacrant le fédéralisme.

À LIRE
Pourquoi les Camerounais ne demandent pas à Paul Biya d’arrêter cette sale guerre ?

A l’issue de cette réforme constitutionnelle, vous aurez donc à mettre en place un gouvernement d’union nationale. Ce gouvernement de 25 à 30 membres aura pour mission dans un délai de 02 ans d’organiser l’élection du Vice-Président de la République, de nouvelles élections législatives et municipales, et, dans 03 ans celle des gouverneurs et des assemblées fédérées de nouveaux États fédérés selon que les camerounais auront décidé du nombre d’Etats.

SI vous vous sentez poussé par une réelle envie de parachever notre transition, vous pourriez organiser immédiatement après la mise en place de nouvelles institutions, des élections présidentielles anticipées auxquelles vous pourriez décider de ne pas vous présenter. Monsieur le Président de la République, vous devez surtout éviter d’installer à l’Assemblée Nationale et dans nos mairies ces élus illégitimes, issus des urnes le 09 février 2020.Ils ne représentent pas le peuple camerounais, bien qu’étant légaux. En le faisant, vous risquerez d’être sourd aux attentes et aspirations profondes de ce peuple essorée par l’indifférence qui a commencé à s’exprimer en silence à travers ce boycott historique. PROFONDS RESPECTS.

vous devez surtout éviter d’installer à l’Assemblée Nationale et dans nos mairies ces élus illégitimes, issus des urnes le 09 février 2020.Ils ne représentent pas le peuple camerounais

Me Christian Bomo Ntimbane
Me Christian Bomo Ntimbane, Camerounais de la diaspora et membre de la Société civile Critique
 
Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments