Cameroun : Depuis la prison, les manifestants du 22 septembre résolus à poursuivre le “chassement”

Si c’était à refaire, ils le referaient. Probablement avec plus de détermination encore, car celle-ci a cru depuis leur embastillement avant et lors des manifestations pacifiques du 22 septembre 2020 initiées par le leader du MRC, Maurice Kamto, séquestré lui aussi depuis 22 jours.

Ainsi peut se résumer le message transmis via les avocats du mouvement citoyen “Stand Up For Cameroon” (SUFC) à l’intention de leurs compatriotes encore “en liberté” par les cinq membres emprisonnés de ce mouvement, ainsi  que par les manifestants pacifiques –dont des dizaines de militants du parti d’opposition Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC)- tous emprisonnés depuis trois semaines.

La réaffirmation de l’engagement de ces 82 autres prisonniers politiques comme le régime en place sait en faire, a été faite lors de la visite que leur a rendue le 9 octobre dans leur séjour carcéral du pénitencier de New-Bell à Douala, une importante délégation des leaders des organisations membres de SUFC, conduite par sa promotrice, la femme politique Edith Kah Walla dans le but de

– Prendre de leurs nouvelles et de leurs situations.

– Leur exprimer notre soutien et notre solidarité.

– Les informer sur les différentes initiatives et actions engagées en vue d’obtenir leur libération.

A titre de rappel, quatre membres de Stand Up For Cameroun (les nommés Moussa Bello, Tsama Étienne, Tehle Membou et Mira Angoung) avaient été arrêtés le 18 septembre, alors qu’ils revenaient d’une réunion de leur mouvement que les forces de répression avaient sans doute assimilée à l’un des préparatifs de la grande manifestation pacifique du 22 septembre.

Le 22 septembre, ces quatre personnes sont déférés à la prison de New-Bell, et ce même jour, au cours des dizaines d’arrestations qui ont émaillé les marches pacifiques proprement dites, un membre supplémentaire du mouvement, Nana Collins, a été mis aux arrêts avec plus d’une  centaine d’autres Camerounais –en majorité des militants du MRC- arrêtés ce jour-là. Le 6 octobre, un avocat membre du Collectif constitué pour défendre les manifestants pacifiques devant le tribunal militaire dont le parquet les accuse de « tentative de conspiration » révèle que plus de 70 d’entre les personnes ont été écroués à la prison de New-Bell par le Commissaire du Gouvernement.

Pas suffisant pour ébranler ces combattants de la liberté, car comme l’a relevé le Secrétaire Général du Cameroon People Party, Frank Essi qui était de la délégation de SUFC à la prison de New-Bell, « Bien que se trouvant dans un milieu difficile, nos amis ont le moral haut. Ils vont bien et nous ont tenus des propos encourageants ».

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, M. Essi qui a affirmé l’opinion de ce que les organisations membres de Stand Up For Cameroon « mettront en œuvre toutes les actions nécessaires pour obtenir leur libération et celle de notre cher et beau pays aujourd’hui défiguré par des crises inédites et une mauvaise gouvernance structurelle », a rappelé que « Leur place n’est pas en prison. Ils doivent être libérés », non sans préciser que « Plus généralement, c’est le Cameroun et les Camerounais/es qui doivent être libérés du régime actuel ».

Et Frank Essi d’ajouter : « Nous continuons à nous mettre en noir chaque vendredi pour rappeler l’urgence de cette transition politique qui refonde notre pays ».

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

 Au-delà du soutien financier (il y a encore quelques...
Francis Ngannou ne va pas remplacer le défunt acteur...
Paul Biya gagne donc un salaire mensuel d'environ 29.000.000 francs...

Autres actualités

Cameroun : Fridolin Nké remet les Beti inféodés à leur place

Merci pour tes précieux conseils mon frère ! Tes mots sont sages.

Cameroun – Turquie : la coopération universitaire renforcée

L'objectif de cette convention de partenariat est d'assurer un partage d'expériences à travers la mobilité des étudiants, enseignants et cadres administratifs et...

Cameroun : 6 morts dans une attaque de Boko Haram

C’est le ministère de la Défense qui a révélé l’information ce 27 juillet à l’opinion publique. Le document produit par ce département ministériel...

Emmanuel macron maintient un soutient assidu à Paul Biya dans ses derniers jours

 Au-delà du soutien financier (il y a encore quelques mois, les salaires des fonctionnaires ont été payés par l’Agence Française de Développement.)...

Université de Yaoundé II : bientôt la rentrée académique

L'année académique 2020-2021 s'achève dans quelques jours, il était important d'en dresser le bilan afin de corriger les manquements observés et de...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :