Cameroun: Des escadrons de la mort pour venger la fille de Biya impliquent un universitaire biyaiste (?!)

Ils veulent 26 millions pour des actions de traque dans les quartiers de ceux qu’ils appellent “les ennemis de la République”, afin de venger la fille du président Biya prise en grippe en occident par la Brigade Anti-Sardinards (BAS) et d’autres mouvements des Camerounais de la diaspora.

Avec le ton qui est le leur, des Camerounais de la diaspora basés en France ont entrepris la semaine dernière d’aller mettre à contribution la fille de leur président de la République qui logeait dans un palace à Paris en France pour qu’elle porte à l’attention de son illustre paternel, les doléances de ses concitoyens au sujet de la ravageuse guerre en cours dans le NOSO.

Cet élan citoyen, voire patriotique a été perçu par des camerounais ethniquement proches du chef de l’Etat camerounais comme une déclaration de guerre. A laquelle ils entendent riposter par des actes terroristes en se constituant en escadrons de la mort. Pour ne rien laisser au hasard et surtout comme pour indiquer que ça ne peut que tomber définitivement de Charybde en Scylla au Cameroun où le régime en place passe quotidiennement à la vitesse supérieure en termes de répression et de maltraitance des Camerounais coupables d’adversité politique et par conséquent étiquetés ennemis de la République, les vengeurs de l’honneur flétri de la princesse ont imputé à un enseignant d’université l’initiative de cette démarche indécente dans un contexte où ceux qui ont encore leur tête sur leurs épaules s’échinent à taire leurs ressentiments ou subissent la dictature sans entreprendre les actions nécessaires pour en finir avec, pour la simple raison qu’il ne faut pas verser de l’huile sur le feu et reproduire ce qu’il se passe au Nord-ouest et au Sud-ouest, dans ce qu’il reste de la partie dite stable du Cameroun.

Si les documents qui circulent sur les réseaux sociaux se révélaient vrais, c’est-à-dire ne relevaient pas d’un fake, ce serait définitivement la preuve que sous le “renouveau” crépusculaire de Paul Biya, le Cameroun marche sur la tête.

On a dans un premier temps tremblé de frayeur en voyant le nom et l’image d’un universitaire associés à cette initiative. mais la tension est retombée de ce côté-là après un démenti sur fond de menace d’intenter un procès pour “faux et usage de faux” publié sur les réseaux sociaux par l’enseignant d’université mis à l’index:

« Je porte plainte. En ce jour, je vais rencontrer toutes les autorités sécuritaires de la ville de Douala notamment le gouverneur de la région du littoral, le délégué régional à la sûreté nationale, le colegion de la gendarmerie du littoral à l’effet de porter plainte contre X pour faux et usage de faux, faux en écriture d’un document portant mon nom et menaces de mort contre ma personne et celle de Brenda Biya. Me Biligha, Me Achu, Me Teguem seront mes avocats. A vos marques ! Force restera à la loi ».

A la bonne heure, car les Camerounais se demandaient déjà s’il n’y en avait plus un seul pour rattraper les autres depuis que les intellectuels camerounais se transforment en théoriciens du terrorisme d’Etat, comme le sont devenus il y a quelques années tous ceux d’entre eux happés par l’ambition de se remplir la panse avant l’avènement d’un Cameroun républicain et plus équitable pour tous. Autrement dit, ces intellec…tueurs qui ont la malencontreuse idée de penser que prendre fait et cause pour un régime qui se transforme de plus en plus en syndicat du crime, est le seul tremplin pour atteindre leurs égocentriques fins.

En effet, la correspondance à l’intention du « Directeur du Cabinet Civil de la république du Cameroun » circulant sur la toile depuis quelques jours que l’on attribue ( ?) à monsieur Meka, lequel agirait pour le compte d’un soi-disant “COMITE DE DEFENSE DE L’HONNEUR DE BRENDA BIYA, FILLE DU CHEF DE L’ETAT”, scandalise plus d’un par sa teneur qui tient ni plus ni moins d’une volonté d’exacerbation de la situation sociopolitique déjà fort précaire donc en attente d’étincelle pour s’embraser durablement.

#ctaText??#  Cameroun : 259 militants du MRC arrêtés par le régime Biya en un mois : Mamadou Mota fait le compte et appelle à la poursuite de la résistance

Le patriotisme payant des “patriotes” biyaïstes

Les visiteurs de Cameroonvoice peuvent prendre connaissance ci-dessous de la correspondance datée du 13 octobre adressée par les patriotiques défenseurs de l’honneur de Brenda Biya.

Lettre à Samuel Mvondo Ayolo attribuée injustement à André Luther Meka par les vengeurs de Brenda Biya

Attention au délit de faciés ou de “bamilékisme”

Une correspondance dans laquelle le prétendu patriote qui usurpe le nom de André Luther Meka pour tenir des “réunions de stratégies de riposte à Douala pour Brenda Biya”, demande au directeur du Cabinet civil de la présidence de la République, un financement en dizaines de millions de francs, non pas pour aller sur la place parisienne croiser le fer  avec les éléments de la Brigade Anti-Sardinards (la milice qui aurait reçu « l’assentiment de toute la communauté Ekang » n’en a pas un radis de courage), qui, eux, ne demandent aucun sou pour un travail qu’ils estiment également “patriotique”, mais pour traquer lâchement dans les quartiers, des Camerounais qu’ils voudront bien présenter comme des “ennemis de la république”.

En termes d'”ennemis de la république”, il s’agirait de Camerounais qui, en raison de leurs appartenances tribale ou politique, voire d’une physionomie qui pourrait… puer du Bamiléké –au Cameroun de Paul Biya, tout est possible, et chaque jour qui passe on approche de la rwandisation de la pratique politique, de sorte que le pays a depuis quelques temps ses #Tutsis et ses Hutus reconnaissables à vue d’oeil-. auront le profil idéal d’ennemis de la République, pour n’avoir pas critiqué –ou pour avoir applaudi- les “emmerdeurs” de la BAS qui menaçaient d’expulser de son logement de luxe de l’hôtel Plaza Athénée (un 5 étoiles), la seule jeune femme de 23 ans, originaire du Cameroun, qui ait les moyens d’y descendre, sans que l’on sache trop quelle activité génératrice d’argent elle mène pour s’en procurer les moyens, alors que dans son pays d’origine des femmes plus âgées, qui se tuent au travail 15, 17, voire 18 heures sur 24, n’ont pas de quoi se payer un logement décent, les ressources du pays étant gérées à l’emporte-caisse par des “créatures” bêtes et méchantes se réclamant de son géniteur.

En attendant de savoir qui est vraiment derrière cette lettre, Cameroonvoice note que ceux qui savent quel rôle doit jouer l’intellectuel dans une société, notamment en temps de crise, s’obstinent à se convaincre qu’elle n’est pas de André Luther Meka, ne serait-ce que parce qu’un enseignant d’université est mieux placé que quiconque pour savoir qu’il n’existe pas au Cameroun de fonction de « Directeur du Cabinet Civil de la république du Cameroun » mais celle de  « Directeur du Cabinet Civil de la Présidence de la République ».

Certes, l’universitaire est coutumier des emmêlements de pédales linguistiques illustrés notamment par les confusions des pronoms relatifs et des conjonctions de subordination dont il se rend régulièrement coupable lors des “prestations” télévisées au cours desquelles il débite avec un “patriotisme” enragé sa haine de Maurice Kamto et des militants du MRC (sans provoquer l’ire de son “françologue” de ministre de tutelle, grand sachant de sémantique, mais pas pour autant moins champion de pataquès immondes, de solécismes exécrables, et de lapsus décapants, correcteur complexé des manquements à la sémantique de Maurice Kamto, qui passe le clair de son temps à déceler les crimes “abominables” contre la syntaxe dans les posts sur Facebook du leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, ou la graphie incorrecte des monèmes et des morphèmes, ainsi que les styles des lexèmes dans les textes du Pr. Achille Mbembe), mais est-ce pour autant qu’il faut attribuer à André Luther Meka un texte incendiaire qui n’est pas de lui ? Et dans quel intérêt?

Affaire à suivre.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Un passeport numérique COVID-19 bientôt nécessaire pour voyager ? (TVA nouvelles)

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a annoncé cette semaine la création d’un passeport numérique qui pourra indiquer si un passager a...

Soutien aux tyrans, auteurs de holdups électoraux : La Côte d’Ivoire lance le boycott...

C’est par un communiqué laconique annonçant une importante déclaration du président du rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire Alternative crédible (Rpci-Ac), Christian...

Humanitaire : Malgré une 1ère édition de Téléthon mitigée La Fondation Inorie Fotso poursuit...

En octobre 2019, à son initiative, la pop-music singer Inorie Fotso, fille du milliardaire camerounais Victor Fotso  -aujourd’hui défunt-,  se mettait ensemble...

R.D. Congo : A son tour, Me Georges Kapiamba de l’ACAJ s’insurge et exige...

L’ancien maitre de Kinshasa serait mensuellement rémunéré à hauteur de 680.000 USD. Une pension léonine qui n’est pas pour plaire à Me...

Cameroun-Covid-19: Les solutions de la société civile pour les couches vulnérables

L'appel de l'Association Rayons de Soleil était ouvert à 100 organisations de la société civile reconnues et expérimentées...
- Publicité -
Facebook Comments