Cameroun : reconstruction du NOSO : perdu d’avance !

Alors que les officiels camerounais s’activent à défendre avec véhémence le plan de reconstruction des régions anglophones, plusieurs observateurs avertis s’accordent pour dire que l’initiative de tiendra pas la route, car tenant pas sur des bases solides.

A l’observation de la situation sécuritaire dans les régions à majorité anglophone, on est fondé de penser que la sirène de la paix n’est pas pour demain la veille. Restaurer la paix n’est visiblement pas la priorité des autorités camerounaises ; à preuve, elles multiplient les débats plutôt au sujet de la reconstruction de ces régions en crise depuis 2016 comme le déplore « parler de reconstruction dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest est pour moi comme une injure à la paix. La première attitude face à un problème, ce qu’il faut éviter le déni. On sait que le conflit a des ramifications politiques, sociales et culturelles qui n’ont pas encore été purgées jusqu’ici. Tout ce qui a été abordé n’a eu que des allures cosmétiques. » a commenté le membre de la société civile à la BBC.

L’enveloppe dédié à la construction de ces deux régions est de 2.500 milliards de francs CFA. Plusieurs parlementaires s’en sont ouvertement désolidarisés. En première ligne l’honorable Jean Michel Nitcheu du SDF et la députée PCRN « Moi j’ai envie de dire : construire comment ? Pour qui ? Avec qui ? Dans quelles conditions ? Nous ne pouvons pas accompagner le gouvernement dans ce chemin de reconstruction en pleine guerre qui ne sera qu’une perte de temps, d’argent et de crédibilité vis-à-vis d’un peuple souverain », s’est demandé la parlementaire le 24 novembre 2021 devant la représentation nationale. S’il n’en rejette pas la pertinence, l’analyste politique Gérard Zambo reconnaît que l’initiative pouvait attendre « La reconstruction n’est pas une histoire d’édifices, ça commence tout d’abord par un réarmement moral pour toutes les populations dites anglophones, pour toutes ces victimes. Il faut une reconstruction morale d’abord avant de passer à la phase matérielle. C’est un gros travail de fond », a-t-il reconnu.

Malgré la forte désapprobation de l’opposition et de la société civile devant cette initiative, les parlementaires du parti au pouvoir, majoritaire à l’Assemblée nationale, font preuve d’une solidarité imperturbable à ce plan de reconstruction. Il reste à savoir l’orientation que le régime en place prendra pour répondre à ce vent de contestation qui devient inconfortable, ce d’autant le sang continue de couler dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Bamako, Tombouctou, Kadiolo, Bougouni, Gao… : L’historique démonstration de force du peuple malien contre...

Appelé à prendre leur destin en mains après le lâchage de la CEDEAO qui a opté –à l’instigation présumée de la France-...

Rebecca Enonchong et la taxe sur les transferts d’argent, ou le mobile banking expliqué...

Comme la majorité de ses compatriotes, la fondatrice d’AppsTech est particulièrement remontée contre la décision du gouvernement –cautionnée par l’Assemblée Nationale- d’imposer...
video

“Ils ont tué Kadhafi, détruit la Lybie, et veulent détruire le Mali” : Kemi...

L’onde de choc créée au sein de l’opinion africaine par les sanctions de la CEDEAO contre le Mali...

CAN 2021 : des attaques meurtrières signalées dans les régions anglophones

Alors qu'ils avaient prévenu le gouvernement sur l'éventualité des attaques armées durant la CAN, les séparatistes viennent de mettre leur menaces à...

Sanction contre le Mali : désillusion de la France à l’ONU

Alors que la France avait introduit une résolution pour avaliser les sanctions décidées par la CEDEAO contre le Mali, le projet a...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :