Vers un monde multipolaire ? Pourquoi Poutine a besoin d’armes russes d’avant-garde (VIDEO)


Carte situant des bases de l’OTAN, capture d’écran RT

Le dévoilement des armements russes ultra-modernes en mars dernier s’inscrit dans une histoire longue. Depuis la chute de l’URSS, les Etats-Unis et leurs alliés n’ont eu de cesse d’étendre leur présence militaire jusqu’aux frontières de la Russie.

Les avancées technologiques de la Russie en matière d’armement ont-elles contribué à contenir la politique d’intervention militaire des Etats-Unis, si ce n’est dans le monde, du moins en Syrie ?

Sur fond de tensions géopolitiques extrêmes, et alors que de nombreux gouvernements occidentaux brandissent une supposée «menace russe», Vladimir Poutine a dévoilé le 1er mars 2018 certaines nouvelles armes développées par la Russie. Missiles hypersoniques à portée illimitée grâce à leur propulsion nucléaire, drones sous-marins, armes de brouillage, également défensives, de guerre électronique, armes laser uniques au monde… avec un budget militaire approximativement dix fois moindre, la Russie est parvenue à rétablir l’équilibre stratégique avec les Etats-Unis, rompu après la guerre froide.

Au début des années 1990, alors que l’URSS était sur le point de disparaître, les observateurs s’accordaient pour juger que la confrontation entre Moscou et Washington appartenait au passé. Le président George Bush (père) promet alors au dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev que l’OTAN ne s’étendra jamais aux pays du pacte de Varsovie. Pourtant, la promesse ne devait pas être tenue. De surcroît, l’OTAN emmenée par les Etats-Unis officialise le déploiement d’un système antimissile en Europe de l’Est en 2007, menaçant directement la Russie, en dépit des dénégations des Occidentaux.

Cette même année 2007, lors d’un discours fondateur donné à l’occasion de la Conférence annuelle sur la Sécurité de Munich, Vladimir Poutine exhortait les Etats-Unis et leurs alliés à accepter l’émergence d’un monde multipolaire. «Je suis convaincu que nous sommes parvenus à ce moment-clé où nous devons réfléchir à l’ensemble de l’architecture de la sécurité mondiale», analysait-il alors, évoquant la nécessité d’assurer un équilibre entre les intérêts des différents pays dans le monde. Et le chef d’Etat russe de formuler l’espoir : «L’appel à retrouver l’égalité des droits entre tous les acteurs sera peut-être enfin entendu.»

    Personne ne nous a écoutés, maintenant écoutez-nous

11 ans plus tard, le 1er mars 2018, s’exprimant devant le Parlement russe, Vladimir Poutine faisait explicitement référence à ce discours de Munich en forme d’offre de dialogue, déclarant : «Personne ne nous a écoutés, maintenant écoutez-nous.»

Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Aveux de corruption des dirigeants africains : De quoi la dernière affaire Bolloré est-elle...

Ce n'est pas seulement l'épilogue d'une longue saga judiciaire qui a démarré voilà dix ans. C'est aussi une affaire éminemment symbolique, concernant...

Affaires françafricaines/aveux de Vincent Bolloré : Correctionnelle au bout du compte ou non… quand...

C’est le dénouement de près de huit ans d’une information judiciaire ouverte en 2013 pour « corruption d'agent public étranger, abus de confiance et...

Covid-19 : Le Cameroun opte pour les vaccins

C'est ce 1er mars que le ministre de la Santé a annoncé cette probabilité. Malachie Manaouda indique sans détour que « le Cameroun...

Urgent : Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison

Neuf ans après son départ de l'Elysée, Nicolas Sarkozy est devenu ce lundi le premier président...

Au Sénégal, « certains préféreraient mourir que d’être vaccinés contre le Covid-19 »

« C’est fait ! », titrait le journal télévisé de 20 heures, jeudi 25 février. La chaîne nationale sénégalaise, la RTS, ouvrait son édition sur le chef de...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :