“C’est pas moi qui l’ai brûlée…, C’est bien les gros yeux” Richard Bona défie Atanga Nji et promet US$ 10.000

Un petit live de quelques secondes. Mais suffisamment venimeux pour ces supplétifs de l’ex-colon obstinément fermés à la raison,  tristes sires obtus qui, malgré les nombreux (finalement faux) diplômes grappillés çà et là, parfois dans des universités occidentales où l’on a fait exprès de les former au rabais pour qu’ils ne soient jamais que de pauv’cons d’administrateurs de colonies, et au bout du compte, de fieffés analphabètes du savoir vivre, donc du savoir parler à l’autre ou du savoir faire face à la différence.   

Un live suffisamment assassin, pour que celui (et tous ceux de son engeance) en l’honneur de qui l’illustre saxo-jazzy l’a commis, n’ait pas à en prendre la chèvre.

MESSAGE DE BONA AU PYROMANE ATANGA NJI.L'artiste engagé Richard Bona a tenu à adresser à travers son premier live Facebook, un message poignant et virulent aux membres du régime Genocido-tribaliste de Yaoundé, et plus particulièrement à l'homme aux gros yeux, pyromane-pompier Atanga Nji.''.. Sois vous acceptez le FÉDÉRALISME ou alors c'est la CESSESION qui viendra à vous.. ''''… C'est les premiers à prendre les armes, qui devraient les déposer et non le contraire.. ''LE COMBAT NE FAIT QUE COMMENCER.

Posted by Brigade Anti Sardinards on Wednesday, March 11, 2020
Les quatre vérités de Richard Bona aux adeptes de la solution militaire à la crise anglophone

Un message poignant en somme, qui donne des raisons de continuer d’espérer, de continuer de croire en ce Cameroun qui, quoique poussé au bord du précipice par ses “patriotes” à la petite semaine et ses “Républicains” à deux sous, sans oublier ses “nationalistes” aboyeurs sponsorisés à la sardine et au Tramol.

C’est du Bona, ça !

En français simple, Richard Bona qui se bat pour son Cameroun mieux que certains de ceux qui y sont, pour qu’après le régime actuel aucun autre Camerounais, fut-il partisan de l’actuel ou de Lucifer, n’ait plus jamais à souffrir –ou dans sa chair ou dans son esprit- les affres de l’injustice, de la torture, et de la machination politicienne à des fins de communication de crise… anglophone dit ceci :

  1. Vous ne pouvez pas tout avoir ou vous donnez à votre vis-à-vis le minimum acceptable (acceptation du fédéralisme), ou vous ferez face au prix d’incommensurables pertes, notamment en vies humaines, à son maximalisme (cette sécession non souhaitée, mais qui pourrait s’imposer, même après 30 ans comme ce fut le cas de la puissante Éthiopie de 1963 à 1993 contre la minuscule Érythrée, comme solution définitive de cessation des tueries) ;
  2. Qui peut le plus pouvant le moins, ceux qui ont troublé la paix en commençant la guerre sont plus aptes à restaurer la première en mettant fin à… l’inacceptable. Au nom de ce dont le Cameroun s’est vanté pendant des décennies, et dont on disait son président le principal garant à une certaine époque : la paix !
Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

video

239 scientifiques remettent en cause le mode de transmission du Covid-19

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, on considère comme allant de soi qu’elle se transmet par des gouttelettes respiratoires à la...

Manifestations du 10 juillet 2020 au Mali : Malgré les morts et les blessés,...

Le chef de l’Etat malien a réagi vendredi soir aux manifestations de colère de ses compatriotes sortis par dizaines de milliers dans...

Un Malien paie de sa vie les manifestations contre Ibrahim Boubakar Keita, 20 blessés...

Des milliers de manifestants ont protesté à Bamako le 10 juillet. Bamako a connu sa journée la plus tendue...

Côte d’ivoire : Les derniers mots d’Amadou Gon Coulibaly

S'il revendique plus de trente années en politique, ce sont les dernières virées d'Admamou Gon Coulibaly qui marquent...
video

Décès brutal du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly : Causes, conséquences et leçons spirituelles...

Le peuple de Côte d’Ivoire vient d’être assommé par une terrible nouvelle de plus. Après les morts de la pandémie du Covid...
- Publicité -
Facebook Comments