Acquittement définitif de Laurent Gbagbo et Blé Goudé : La suite au scanner de Théophile Kouamouo

   

Journaliste à Le Média TV et spécialiste de la Côte d’Ivoire, Théophile Kouamouo a analysé pour  la télévision TV5 l’acquittement définitif par la Cour Pénale Internationale  de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, ainsi que de son éphémère ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé.

Cet acquittement définitif prononcé mercredi le 31 mars 2021  par la chambre d’Appel de la CPI n’était que la confirmation après 10 ans de procédure d’un #précédent  verdict prononcé le 15 janvier 2019 par la Chambre de Première Instance I de la Cour.

Pour Théophile Kouamouo qui constate qu’il n’y a pas eu de justice du moment où la Cour Pénale Internationale n’a pas procédé à l’examen de tous les crimes, mais a fait passer une dizaine d’années de prison à l’ancien président et presque autant à son collaborateur,  Laurent Gbagbo sort doublement grandi, aussi bien sur le plan juridique que politique.

Il évoque aussi la suite logiquement attendue de l’acquittement, par ces temps où l’on évoque des menaces de “réemprisonnement” de l’ancien leader ivoirien une fois qu’il sera rentré dans son pays, étant entendu qu’il est sous le coup d’une condamnation à une lourde peine de prison par la justice ivoirienne instrumentalisée par le régime de son successeur. Pour le journaliste avisé toute initiative visant à inquiéter Laurent Gbagbo en procédant à son arrestation sera contreproductive, et surtout, plombera le processus de réconciliation.  

A titre de rappel, au lendemain du renversement du régime légitime de Côte d’Ivoire par la France et l’Onuci avec la complicité des forces rebelles de Guillaume Soro et Alassane Ouattara, le Bureau du Procureur de la Cour Pénale Internationale, manifestement de connivence avec les tombeurs du régime agbo, avait accusé le président déchu et le ministre Blé Goudé de crimes contre l’humanité (meurtre, viol, autres actes inhumains ou – à titre subsidiaire –tentative de meurtre, et persécution) prétendument perpétrés dans le contexte des violences post-électorales en Côte d’Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011. 

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Achille Mbembe: «L’inconscient raciste de la Suisse la préserve de reconnaître son rôle négatif...

Depuis le 11 juillet, le Cameroun a les yeux rivés sur Genève. Presque comme chaque été, son président, Paul Biya, loge à...

Cameroun : ils racontent leurs journées de villes mortes dans les régions anglophones

C'est un lundi matin agréablement froid et vivifiant dans la ville de Buea, à environ 70 km de Douala, la capitale économique...

Cameroun : « Pourquoi c’est maintenant que j’ai envie d’entrer au MRC »

Pourquoi c’est maintenant que j’ai envie d’entrer au MRC... Parce que ceux qui y étaient à notre place le quittent. Je pense...

Cameroun : 6 soldats tués par Boko Haram dans l’Extrême-Nord

C’est le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari qui a révélé l’information de ce sérieux coup à l’armée camerounaise. L’autorité...

Le Cameroun parmi les pays les plus touchés par le terrorisme en 2021

Les constats sont de plus en plus alarmants, les groupes extrémistes État islamique et Al-Qaïda et leurs adeptes gagnent en influence sur...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :