Douala : Les populations exposées à de fréquentes émanations de gaz naturel

Découvert il y a deux décennies par la société française Elf SEREPCA, avant de passer le dossier à la société RODEO au terme d’une convention signée avec la Société nationale des hydrocarbures (SNH), l’exploitation de champ gazier est toujours attendue.

Une situation qui met les riverains dans l’incertitude, craignant que des émanations qui s’échappent de temps en temps ne provoque une catastrophe.

« Nous vivons ici, la peur dans le ventre, parce que nous craignons une déflagration à tout moment. Depuis qu’on parle de nous exproprier, vingt ans après, rien n’a bougé », a déclaré un notable du quartier.

« Pendant qu’on hésite, les maisons ne font que s’accumuler, et maintenant on parle d’étendre l’expropriation à deux kilomètres de diamètre, alors qu’on aurait pu le faire et éviter tous ceux que nous vivons actuellement », a-t-il souligné.

A en croire les riverains, l’administration propose 10 000 francs CFA par m2, « ce qui est insignifiant, puisque le prix au m2 doit être autour de 30 000 francs CFA correspondant aux barèmes en vigueur pour ceux qui s’installent dans notre localité ».

Selon des sources officielles, le projet d’exploration et d’exploitation du gaz naturel par forage de Douala doit commencer avant la fin de l’année conformément à la convention qui lie la SNH à la société RODEO.

Facebook Comments

- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

(Cameroonvoice). "Président élu" du Cameroun comme le désignent ses...
Le sulfureux ministre de l’Emploi et de la...
La la légende du Basket qui a évolué...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments