Quand Hillary Clinton sort de ses gonds

La petite phrase a fait les délices des chaînes de télévision américaines. Interrogée lundi par un étudiant congolais qui lui demandait ce que pensait son mari de la présence chinoise en Afrique et des interférences de la Banque mondiale, Hillary Clinton a livré une réponse particulièrement abrupte. «Vous voulez que je vous dise ce que pense mon mari ? Mon mari n’est pas secrétaire d’Etat, moi oui», a-t-elle lancé. «Si vous me demandez mon avis, je vous le donnerai. Je ne vais pas parler pour lui», a-t-elle ajouté, particulièrement irritée.

Le débat avec les jeunes Congolais s’est alors poursuivi, presque comme si de rien n’était. A l’issue de la rencontre, l’étudiant est tout de même allé s’excuser, expliquant à Hillary Clinton qu’il avait souhaité lui demander l’opinion de l’actuel président, Barack Obama, et non celle de Bill Clinton. Cette maladresse a été mise sur le compte d’une erreur de traduction, ont tenu à préciser des représentants du Département d’Etat.

Ardente défenseur des droits de la femme, Hillary Clinton effectue actuellement une tournée dans sept pays africains. Depuis la nomination de sa femme à la tête de la diplomatie américaine, Bill Clinton était resté plutôt en retrait. Tout a changé avec sa mission réussie de sauvetage de deux journalistes américaines en Corée du Nord et son tête-à-tête avec le dictateur Kim Jong-il, qui lui a permis de revenir sous les projecteurs.

Facebook Comments

- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

La conférence de la Libye et la nouvelle ruée vers l’Afrique (WSWS)

Par sa forme et son lieu, la réunion fait rappeler la tristement célèbre «Conférence sur le Congo», qui s’est également tenue à Berlin du 15 novembre 1884 au 26 février 1885, à l’invitation du Chancelier allemand Bismarck. Son résultat fut l’«Acte général de la Conférence de Berlin» adopté par les représentants des États-Unis, de l’Empire ottoman, des puissances européennes et de la Russie.
- Publicité -
Facebook Comments