Algérie–Egypte : Querelle diplomatique

‘J’invite l’opinion publique arabe au calme, il ne s’agit que d’un match de football’. C’est selon l’Afp, ce qu’a déclaré Amr Moussa samedi dernier à Dubaï, au sujet de la crise entre l’Algérie et l’Egypte. Le secrétaire général de la Ligue arabe qui s’exprimait à l’ouverture des travaux d’un Forum Economique Mondial a offert sa médiation, pour ramener la sérénité entre les deux pays. Car d’une capitale à l’autre, les esprits demeurent échaudés par les violences qui ont opposé les supporters des équipes nationales de football des deux pays. Réunis en session budgétaire samedi, les députés de la chambre basse du Parlement algérien ont ainsi exigé de la part de l’exécutif ‘une réponse forte de l’Etat face au matraquage médiatique égyptien’, selon le journal algérien en ligne La tribune . Pour ces parlementaires, leur pays doit répondre ‘de façon adéquate aux mauvais traitements dont ont fait l’objet ses représentants, lors des récentes rencontres sportives contre l’Egypte’. Certains d’entre eux ont même proposé, que les marchandises en provenance d’Egypte soient boycottées. Sans toutefois convaincre leurs collègues.

Côté égyptien, la tension est tout aussi loin d’être retombée. Toujours samedi, devant les deux chambres du Parlement de son pays réunies en session commune au Caire, le président Hosni Moubarak a déclaré que ‘La dignité des Egyptiens fait partie de la dignité de l’Egypte (…) L’Egypte ne tolère pas ceux qui blessent la dignité de ses fils’. Une allusion à peine voilée aux violences subies par les fans des Pharaons, l’équipe nationale de son pays, à l’issue du match de mercredi dernier à Khartoum, contre les Fennecs d’Algérie. La polémique ne s’est pas limitée aux plus hauts représentants des deux Etats. Amr Zaki, l’attaquant du Zamalek du Caire que souhaitait recruter le club anglais de Portsmouth a décliné l’offre. Raison invoquée par le joueur : la présence de Nadir Belhadj et Hassan Yebda, deux joueurs algériens, dans la même équipe. De son côté, Alaa Moubarak, le fils du président égyptien a qualifié de ‘terroristes’, les incidents de Khartoum où l’Algérie opposée à l’Egypte a gagné son titre.

Rappel des ambassadeurs

Cinq jours après la victoire algérienne à Khartoum, les incidents entre supporters qui ont émaillé les deux rencontres de qualification continuent de miner les relations diplomatiques entre les deux pays. Ces incidents ont atteint leur point d’orgue en milieu de semaine dernière, lorsque les deux pays ont interpellé leurs ambassadeurs. Jeudi 19 novembre, le Caire a ainsi rappelé son ambassadeur à Alger pour consultation, et a convoqué dans la même foulée, l’ambassadeur d’Algérie au Caire. Celui-ci répondait à sa deuxième convocation auprès du pouvoir égyptien. Quelques jours plus tôt, il avait déjà été invité à s’expliquer, après le saccage en Algérie, de sociétés tenues par des Egyptiens. Vendredi, c’était au tour d’Alger de convoquer l’ambassadeur d’Egypte.

Les incidents autour de la confrontation sportive ont débuté le 12 novembre dernier. Un bus transportant l’équipe nationale algérienne avait alors été attaqué à coup de pierres à son arrivée au Caire, où elle devait disputer son dernier match de qualification à la Coupe du Monde contre l’Egypte. Trois joueurs algériens avaient été légèrement blessés. Les deux équipes se retrouvent à égalité de points à l’issue de la rencontre. Il faudra programmer un match pour les départager.

Manifestation au Caire contre l’Algérie

Le match est déplacé en terrain neutre, à Khartoum au Soudan, où il se joue mercredi 18 novembre. Il se prolongera hors du stade par des échauffourées entre supporters. Cette fois-ci, ce sont les supporters des Pharaons qui seront pris à partie. Vingt et une personnes, selon Hatem el-Gabali, le ministre égyptien de la Santé, quatre selon les autorités soudanaises seront blessées. Le lendemain, une foule manifeste devant l’ambassade d’Algérie au Caire. Elle brûle des drapeaux algériens, et lance-pierres et bombes incendiaires sur les forces de l’ordre chargées de protéger l’édifice. Ce lundi, le ministère algérien de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Communauté algérienne à l’étranger a mis en place une cellule de crise pour suivre l’évolution de la situation.

Médiation de la ligue arabe

Dans le cadre de la médiation de la ligue arabe, des consultations seront menées au Caire et à Alger. Amr Moussa souhaite que ‘cette crise dangereuse’ soit ‘réglée dans les plus brefs délais’. L’Algérie est le seul pays membre de la ligue arabe, qui participera à la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud.

Facebook Comments

- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Résolue à militer au sein du MRC malgré les...
Le 23 janvier 2019, le trentenaire se proclamait président par...
Dans une missive portée au Procureur général Près la...

Autres actualités

Cameroun : Voici celui qui dilapide le FODECC

Cameroonvoice a appris que Samuel Donatien Nengue  l’ « administrateur » du Fonds de développement des filières cacao et café (FODECC) est coupable de plusieurs...
- Publicité -
Facebook Comments