La chanson du Mondial donne un second souffle à un groupe camerounais

YAOUNDE (Cameroun), 10 juin 2010 (AFP) Le groupe camerounais Zangalewa, qui sombrait dans l’oubli depuis des années, a retrouvé un second souffle depuis qu’un de ses tubes a inspiré la chanson Waka Waka, hymne officiel de la Coupe du monde interprété par la Colombienne Shakira.

“La reprise de notre chanson par Shakira nous a permis de rompre avec la solitude de la retraite. Elle nous a aussi permis de nous regrouper, de reprendre confiance en nous et de nous remettre au travail”, a affirmé à l’AFP le leader du groupe, Jean Paul Zé Bella, qui ne cache pas sa joie et sa fierté.

“J’étais dans ma plantation au village lorsque j’ai reçu un coup de fil m’annonçant la nouvelle. Je n’en revenais pas. Merci au seigneur ! Merci à Shakira”, ajoute-t-il.

Les membres du groupe, qui n’avaient pas répété ensemble depuis plus d’un an, se sont remis au travail le 1er juin dans la perspective d’une tournée internationale et de l’enregistrement d’un “best of”. “Des négociations (avec des producteurs internationaux de spectacles) sont en cours”, indique Didier Edo, manager du groupe.

Début mai, la Fédération internationale de football (Fifa) et Sony ont annoncé avoir choisi comme chanson officielle du Mondial le titre “Waka Waka (This Time For Africa)”, co-produit et interprété par Shakira avec, en invité, le groupe sud-africain FreshlyGround. “Le refrain est basé sur une chanson camerounaise”, avait précisé la Fifa.

“historique”

Les Zangalewa et les producteurs de Waka Waka sont parvenus à un accord, selon M. Edo. D’après lui, le groupe camerounais “n’a pas été lésé” dans les négociations.

Zangalewa est devenu célèbre en Afrique et dans sa diaspora jusqu’au milieu des années 1990, grâce à la chanson du même nom, celle qui est reprise dans le titre de Shakira. Elle a été composée au début des années 1980 par trois membres de la Garde présidentielle (GP), chargée de la protection du président camerounais.

“Zangalewa est constituée d’onomatopées de l’argot des tirailleurs camerounais. L’expression découle de Zangá-lowa qui signifie (en langue Ewondo du Cameroun) “qui t’a appelé (dans l’armée) ?”, explique M. Zé Bella, à l’origine du titre avec Guy Dooh et Emile Kojidie.

“C’est une chanson écrite pour donner du tonus au jeune soldat dans les périodes difficiles”, explique-t-il.

“Il s’agit d’un rêve qui se réalise, affirme de son côté M.Dooh, Après avoir accompagné tous les grands artistes camerounais (dont le saxophoniste Manu Dibango) nous rêvions d’une reconnaissance mondiale”.

Cette réadaptation “montre que nous n’avons pas travaillé au rabais parce que Shakira a respecté notre ligne mélodique et les harmonies”, se réjouit Zé Bella.

M. Edo salue pour sa part l’entrée du groupe dans l’histoire. “C’est un fait historique qu’un groupe camerounais ait inspiré l’hymne officiel de la première Coupe du monde qui se joue en Afrique”.

Facebook Comments

- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

La conférence de la Libye et la nouvelle ruée vers l’Afrique (WSWS)

Par sa forme et son lieu, la réunion fait rappeler la tristement célèbre «Conférence sur le Congo», qui s’est également tenue à Berlin du 15 novembre 1884 au 26 février 1885, à l’invitation du Chancelier allemand Bismarck. Son résultat fut l’«Acte général de la Conférence de Berlin» adopté par les représentants des États-Unis, de l’Empire ottoman, des puissances européennes et de la Russie.
- Publicité -
Facebook Comments