Cameroun: des paysans occupent une plantation de Bolloré pour dénoncer l’accaparement de leurs terres

Des paysans camerounais occupaient jeudi une plantation de la Société camerounaise des palmeraies (Socapalm), dont le groupe français Bolloré est l’un des actionnaires, a constaté un journaliste de l’AFP.

La Socapalm exploite près de 26.000 hectares de terres pour la culture du palmier à huile au Cameroun. L’entreprise contrôle environ 42% du marché national d’huile de palme brute, selon des ONG.

“Nous bloquons le travail dans la plantation de Dibombari”, dans le sud du Cameroun, a affirmé l’un des organisateur de la manifestation, Emmanuel Elong, assurant que l’activité était paralysée jeudi.

“Nous demandons (aux responsables de la Socapalm) de rétrocéder aux riverains les terres que l’Etat leur a rétrocédées”, a-t-il ajouté.

Selon M. Elong, le mouvement va se poursuivre jusqu’à samedi à Dibombari, et s’étendre à d’autres plantations de la Socapalm à travers le pays.

Présents sur place, des responsables de Socapalm ont refusé de s’exprimer devant la presse.

L’entreprise Socapalm est une filiale de Socfin, une holding luxembourgeoise dont le capital est détenu à 39% par Bolloré, et qui possède des plantations de palmiers à huile et d’hévéas dans plusieurs pays africains ainsi qu’en Indonésie et au Cambodge.

Cette action au Cameroun est la première d’une série de manifestations que des paysans africains et asiatiques entendent mener pour protester contre l'”accaparement” de leurs terres par la holding luxembourgeoise.

“Les paysans privés de leurs terres” ont prévu d’occuper les plantations de Socfin au Cameroun, au Liberia, au Cambodge et en Côte d’Ivoire “jusqu’aux assemblées générales des groupes Socfin (27 mai) et Bolloré (4 juin)”, selon un communiqué de l’Alliance internationale des riverains des plantations Socfin Bolloré.

L’expansion de ces plantations est “continue” depuis 2008, affirme l’Alliance des riverains, citant une hausse d’un quart des surfaces cultivées par la société en Afrique entre 2011 et 2014.

“Ces expansions provoquent de graves conflits avec les populations riveraines qui sont privées de terres et voient leurs conditions de vie sans cesse se dégrader”, dénoncent les riverains, qui ont créé l’Alliance en 2013 après avoir été mis en relation par l’ONG française ReAct.

Le groupe Bolloré est très actif en Afrique via “Bolloré Africa Logistics”, un opérateur privé de concessions présent dans 43 pays et qui emploie 22 000 salariés du continent.

Au Cameroun, le groupe industriel contrôle en grande partie le port autonome de Douala (sud, la capitale économique du pays), les chemins de fer et des plantations de palmiers.

Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Bamako, Tombouctou, Kadiolo, Bougouni, Gao… : L’historique démonstration de force du peuple malien contre...

Appelé à prendre leur destin en mains après le lâchage de la CEDEAO qui a opté –à l’instigation présumée de la France-...

Rebecca Enonchong et la taxe sur les transferts d’argent, ou le mobile banking expliqué...

Comme la majorité de ses compatriotes, la fondatrice d’AppsTech est particulièrement remontée contre la décision du gouvernement –cautionnée par l’Assemblée Nationale- d’imposer...
video

“Ils ont tué Kadhafi, détruit la Lybie, et veulent détruire le Mali” : Kemi...

L’onde de choc créée au sein de l’opinion africaine par les sanctions de la CEDEAO contre le Mali...

CAN 2021 : des attaques meurtrières signalées dans les régions anglophones

Alors qu'ils avaient prévenu le gouvernement sur l'éventualité des attaques armées durant la CAN, les séparatistes viennent de mettre leur menaces à...

Sanction contre le Mali : désillusion de la France à l’ONU

Alors que la France avait introduit une résolution pour avaliser les sanctions décidées par la CEDEAO contre le Mali, le projet a...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :