Cinq ans sans Kadhafi. «Non une révolution, mais une catastrophe du peuple libyen»

Cinq ans se sont écoulés depuis l’assassinat du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et le pays est plus que jamais éloigné des valeurs démocratiques qui ont servi de prétexte à l’intervention militaire internationale. La crise dans laquelle est plongé la Libye résulte de l’ingérence de pays tiers dans les affaires de ce pays nord-africain, considère le journaliste Abdel Baset bin Hamel. « L’expérience libyenne qui a duré 43 ans sous Mouammar Kadhafi restera sans précédent. Le pays a régulièrement connu des réformes, répondant aux difficultés qui émergeaient de temps en temps dans le domaine de l’éducation, de la médecine ou celui de l’infrastructure. La raison de la crise que le pays vit aujourd’hui est les changements entrepris par les mains des forces extérieures et ce avec le consentement international.
Ce qui se passe aujourd’hui peut être qualifié comme la réalisation des objectifs personnels de grandes puissances », a-t-il indiqué dans un commentaire à Sputnik. Alors, en 2011, tout le monde était si préoccupé par le salut et la protection des civils que les pays ont vite adopté la résolution du Conseil de sécurité de l’Onu qui a autorisé 43 pays à « employer leur arsenal militaire diversifié contre (…) le régime Kadhafi », rappelle l’interlocuteur de l’agence. « Il est clair que l’opération militaire d’envergure n’avait pas pour but le règlement de la crise compte tenu du fait qu’aujourd’hui à Syrte et à Benghazi on assassine des Libyens. En outre, cette opération militaire a permis de voler des milliards de dollars aux Libyens », poursuit-il.
 
Or, l’intervention avait pour but de renverser le régime de Mouammar Kadhafi et non de venir à bout de la crise. « Il est curieux de noter que M. Kadhafi était la seule personne qui avait proposé à l’époque d’unifier l’Afrique et la seule personne dont l’activité était dirigée vers la création d’une armée africaine unifiée. Du point de vue politique, la Libye était le pays le plus indépendant de la région. Mais les grands pays, les États-Unis en tête, ont trouvé un prétexte dans la “protection des civils et la propagation de la démocratie”. Et personne n’a alors prêté attention au fait qu’il y avait une jeunesse libyenne qui avait réellement des revendications, dont de meilleures conditions de vie et la création d’emplois. Cette jeunesse et leurs revendications ont été utilisées par des forces précises dans leurs propres intérêts », fait remarquer M. bin Hamel.
 
Et de pointer que la secrétaire d’État américaine de l’époque, Hillary Clinton, a joué un rôle actif dans ce processus. « Ce qui s’est passé n’était pas une révolution, mais la catastrophe des Libyens en raison de laquelle on les tue jusqu’au jour d’aujourd’hui », a pointé le journaliste. Selon lui, à ce jour la Libye est le pays le plus infructueux à tous les niveaux. Or, ce qui avait permis à l’époque à M. Kadhafi d’éviter tous ces problèmes est sa connaissance du pays et des relations intertribales. « Il a pris l’initiative de trouver des compromis pour unir le peuple sous un même et seul drapeau. Il avait le don de leader. Il était plutôt perçu comme leader que comme une personnalité officielle. Autrement dit, Kadhafi était un phénomène unique », a conclu Abdel Baset bin Hamel.
Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

Cette annonce est la dernière agitation en date dans...
Bien que l’Occident suggère qu’il ne cherche que la...
Une énormité. C’est le fait sans équivoque et incontestable qui...

Autres actualités

Le détournement de la Santé

Depuis 2 ans, nous vivons une avalanche de chiffres. Tous ceux qui travaillent dans le domaine des statistiques connaissent des difficultés énormes...

USA: le coup fourré anti Sultan?

Le Premier ministre grec a fait part de l’achat éventuel des chasseurs F-35 de fabrication américaine et de la contribution de la compagnie...

La bonne gouvernance en Afrique sub-saharienne, opportunités et leçons

Des institutions solides qui garantissent l'intégrité dans la gestion des affaires publiques sont essentielles sur la voie d'une croissance plus élevée et...

Nigeria, la destination des startups prometteuses d’Afrique ?

Tomi Ayorinde, cofondateur et directeur général, a déclaré que ce nouveau financement permettra de faire passer son réseau d'agents mobiles de 7...

Pourquoi l’Afrique représente l’opportunité la plus lucrative pour la fintech, le DeFi et le...

Barbara Iyayi a fondé Unicorn Growth Capital en 2020, un fonds de capital-risque dirigé par des femmes qui investit dans l'avenir de...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :