Angola-Rdc : le déploiement des troupes angolaises à la frontière fait craindre un embrasement

Officiellement, c’est pour des raisons de sécurité intérieure que l’Angola aurait déployé massivement ses forces de défense à sa frontière avec la république démocratique  du Congo dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 mai 2017. « Il s’agit plus d’une prévention sécuritaire de l’intérieure » s’est même avancée une source militaire congolaise relayée par le journal belge “la Libre Belgique”, qui a cru pouvoir corréler ce déploiement et les nouvelles alarmantes qui ont cours ces dernières semaines sur la santé précaire du leader angolais. Mais certains antécédents laissent craindre la montée des périls.

Si la version officielle semble d’autant plus crédible que la gigantesque mobilisation militaire angolaise s’est effectuée alors que le chef de la diplomatie congolaise, Léonard She Okitundu, se trouvait dans la capitale angolaise, Luanda, depuis le 19 mai pour une visite de travail, ce qui pourrait suggérer que des informations fournies par lui à ses homologues dont le ministre angolais de la défense, Joao Lourenco par annoncé comme le dauphin officiel du président Edouardo dos Santos, pourraient être à l’origine de l’envoi à la frontière  de l’infanterie avec force tanks et artillerie lourde, des observateurs avertis affirment plutôt tenir de sources crédibles que c’est au contraire la manifestation prévisible d’une escalade qui a seulement été contenue jusqu’ici, l’Angola ayant longtemps compté à un certain moment sur la bonne foi du président Kabila, quant à une gestion lucide du processus de transition démocratique à laquelle il s’était engagée, avant de se rendre finalement compte que le fils du “Mzee” n’y était pas vraiment disposé.
La preuve, l’Angola qui a été l’un des ardents et fervents soutiens des régimes Kabila père et Kabila fils face à l’expansionnisme rwandais à la fin des années 1990, a critiqué ces derniers temps, la récurrence des violences en Rdc qui faisaient affluer des réfugiés congolais sur son sol, notamment à partir de la très stratégique et délicate enclave du Cabinda, où ils pourraient servir de main-d’œuvre à une rébellion en gestation parce que convaincue qu’il n’y a pas de possibilité de mise à l’écart du système MPLA par le biais d’une alternance démocratique. L’Angola avait aussi, dans le même ordre d’idée, exigé de son allié congolais la mise sur pied d’un cadre pour un « dialogue sérieux » avec son opposition. Le pays de Agostino Neto serait même allé jusqu’à retirer ses soldats dont le soutien n’avait fait défaut jusqu’ici au régime en place en Rdc.

On savait cependant quoique cela n’ait pas fait grand bruit, que le torchon brûlait entre les deux pays, depuis que la Rdc, par la voix de son ministre des Hydrocarbures, René Isekemanga Nkeka, avait évoqué une possible révision des frontières congolaises avec l’Angola, dans le but de permettre à son pays d’obtenir des ressources pétrolières plus importantes. “Inévitablement, les frontières seront retracées. Dans ce contexte, il est probable que des plateformes, des blocs qui étaient auparavant à l’intérieur d’un pays X se retrouvent dans un pays Y. Si ces frontières sont retracées, des carrés pétroliers pourraient éventuellement revenir à la RDC “, avait  alors affirmé le collaborateur de Joseph Kabila, faisant allusion à l’enclave angolaise de Cabinda.

Une déclaration qui avait été assimilée par Luanda à une marque d’ingratitude.

Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

La Chine resserre le nœud coulant autour du cou de Taiwan

Ces deux derniers jours, il ne semblait y avoir aucune autre nouvelle dans le monde que la visite à Taïwan de la...

« Je veux m’assurer que la vie de Glencore soit un enfer »Akere Muna

L’avocat international entend en tout cas se battre pour qu’elle, l'affaire Glencore, continue de faire les gros...

Nancy a bravé le dragon chinois mais a-t-elle gagné

N’est-ce pas ? Pas vrai ?! Et bien…… Oui,...

Washington se cache derrière une vieille dame pour provoquer la Chine

Les États-Unis viennent de nous montrer qu’ils peuvent descendre encore plus bas que leurs créatures ukro-nazies du bataillon Azov, passés maitres dans...

La bombe suprême tranchera la guerre

Washington est « profondément préoccupé » par le fait que Moscou utilise maintenant l’usine comme base militaire et tire sur les forces ukrainiennes autour...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :