Dévaluation programmée du F.CFA (1 euro = 1300 F.CFA) Ce que l’on redoutait est désormais sur la table de Macron

Le Trésor français vient de communiquer au Président Emmanuel Macron un rapport sur la situation du franc CFA en relation avec le compte des opérations d'où il résulte qu'il faut conforter la division géographique de la zone CFA Afrique centrale et Afrique de l'ouest.

Le président Macron a successivement reçu les présidents Alassane Dramane Ouattara et Macky Sall pour des entretiens à ce sujet. On se rappelle que la Directrice du FMI, Madame Christine Lagarde, était déjà venue au Cameroun en compagnie du ministre français de l'économie et des finances, Michel Sapin, pour entretenir les chefs d'états de la CEMAC sur une éventuelle dévaluation du franc CFA XAF.

Il est désormais manifeste que cette dévaluation du franc CFA ne concerne pas le franc CFA XOF de l'UEMOA.

Les conclusions des économistes du Trésor français sont précises que l'Afrique de l'ouest a mieux géré ses réserves monétaires dans le compte des opérations françaises que l'Afrique centrale. La première dévaluation du franc CFA était le fait de l'Afrique centrale et c'est pourquoi l'Afrique de l'Ouest ne veut plus le lien monétaire entre elles. Et notamment Monsieur le président Ouattara a bien géré ses devises en bon économiste, en important moins et en consommant plus les produits locaux. Car plus on importe plus on épuise ses réserves dans le compte des opérations. C'est le lieu de rappeler que la Cote d'Ivoire dispose de 40% des devises de toute l'UMOA et d'une balance commerciale excédentaire.

Face à cette situation, le président français Emmanuel MACRON a proposé aux présidents de Cote d'Ivoire et du Sénégal d'aider la zone CEMAC en leur faisant des avances de devises. Ce à quoi ces deux ont opposé une fin de non-recevoir au motif, dit le président Ouattara, que « chacun assume ses propres turpitudes » et qu'on ne demande pas aux uns (qui ont bien géré leurs devises) de venir au secours des autres (qui ont mal géré). Comme chacun sait la fourmi n'est pas prêteuse.

Il est clair que l'Afrique de l'ouest cible avec bonheur ses importations alors que l'Afrique centrale importe tout en chine jusqu'à l'ail qui est pourtant produit localement. La conséquence est que les importations sont garanties par le compte des opérations en France, lequel compte est précisément destiné au paiement de nos dettes et de nos importations en devise.

Il s'avère donc qu'en important tout, les pays de l'Afrique centrale ont épuisé rapidement leurs réserves dans le compte des opérations. A contrario, les pays de l'UMOA, pilotés par la Cote d'ivoire et le Sénégal ont encore des réserves dans leurs comptes des opérations.

Face à cette situation, le président français Emmanuel MACRON a proposé aux présidents de Cote d'Ivoire et du Sénégal d'aider la zone CEMAC en leur faisant des avances de devises. Ce à quoi ces deux ont opposé une fin de non-recevoir au motif, dit le président Ouattara, que « chacun assume ses propres turpitudes » et qu'on ne demande pas aux uns (qui ont bien géré leurs devises) de venir au secours des autres (qui ont mal géré). Comme chacun sait la fourmi n'est pas prêteuse.

Le trésor français, face à cette situation, a proposé au président Macron d'envisager la dévaluation du franc CFA XAF (de la CEMAC) au taux de 1 Euro = 1300 francs CFA XAF soit de 50% la valeur actuelle et de réévaluer le franc CFA XOF au taux de 1Euro= 500 francs CFA XOF (de l'UMOA).

Il est clair que cette situation déplorable est le résultat d'une gestion catastrophique de certains pays de la CEMAC qui impacte sur tous les autres. Les importations massives au préjudice des produits locaux dont la promotion n'a pas été assurée est, à n'en point douter, à l'origine de la dévaluation projetée.

Facebook Comments

- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Incarcérés depuis bientôt 1 an, une quinzaine de militants...
Alors que les interdictions se multiplient à l’endroit des...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments