Investissements : Le Nigeria intéresse les entreprises suisses

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann vient de conclure une mission économique forte d’une quarantaine d’entreprises dans la première économie africaine. La classe moyenne nigériane, environ 50 millions de consommateurs en 2017, fait saliver les investisseurs.

 
La semaine passée, Aliko Dangote n’a pas lésiné sur les moyens pour célébrer le mariage de Fatima, sa fille aînée, avec Jamil Mohammed, pilote et amateur de belles voitures et de montres. Le dîner de noces a réuni des chefs d’Etat, des hommes d’affaires ainsi qu’une palette des stars de Nollywood, la très populaire industrie de cinéma au Nigeria, la troisième du monde, derrière Bollywood et Hollywood.

Invité d’honneur: Bill Gates, le fondateur de Microsoft, ami d’Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique, qui a fait fortune dans le ciment. La veille du mariage, des dizaines d’ouvriers installaient d’énormes photos du nouveau couple, imprimées sur des plaques de plexiglas, des grands bouquets de fleurs et autres dorures extravagantes jusqu’à tard dans la nuit. Le temps de la fête, Eko Hotel & Suites, surplombant le golfe de Guinée et construit à l’abri de l’étourdissante agitation de Lagos, capitale économique du pays, était devenu le symbole de la richesse extravagante de la première économie africaine.

«Ce n’est pas une situation anodine, explique un invité suisse au mariage. Elle confirme l’existence d’une poignée de Nigérians ultra-riches, pour la plupart actifs dans le pétrole.» Le Nigeria n’est-il pas le deuxième pays qui commande le plus de jets privés auprès de Dassault ou d’Embraer? Cette opulence montre aussi qu’après la récession de 2016, le pays renoue avec la croissance, 0,8% en 2017. Premier producteur de pétrole en Afrique, le Nigeria avait sombré dans la récession en 2016 à cause de la dégringolade des prix pétroliers. Désormais, les cours remontent. Pour 2016-2050, l’Etat s’attend à une croissance de 4,2% par an.

Une classe moyenne émerge au fur et à mesure que l’économie se relève. Estimée à 50 millions de consommateurs sur une population de 190 millions d’habitants, elle fait saliver les investisseurs locaux et étrangers. Essentiellement agricole, le pays manque de tout: transports, industries, énergie, télécommunications, services financiers.

Le pays manque de tout

C’est dans ce contexte que le conseiller fédéral chargé de l’Economie Johann Schneider-Amman vient de conclure une mission économique qui l’a conduit à Abuja, la capitale du Nigeria, puis à Lagos. «La taille de cette délégation, une quarantaine d’entreprises, montre l’intérêt que nous portons au Nigeria», explique le chef de l’économie suisse.

Et encore: La Suisse mise sur une Afrique chaotique, mais prometteuse

«Une cinquantaine de sociétés suisses sont déjà basées au Nigeria et la plupart d’entre elles sont restées dans le pays même pendant la récession, relève Heinz Karrer, président d’economiesuisse. Le Nigeria est 23 fois plus important que la Suisse, en taille, en population et consommateurs.» Selon lui, les entreprises suisses sont bien placées pour saisir les opportunités: «Nous sommes reconnus pour notre qualité et nos partenaires savent qu’ils peuvent compter sur nous.»

Une déclaration conjointe a été signée entre le Nigeria et l’Association économique de libre-échange (AELE), dont la Suisse est membre, en décembre 2017. C’est un premier pas vers un accord bilatéral de libre-échange. Pour Heinz Karrer, il est temps d’instituer une commission mixte Suisse-Nigeria pour établir un dialogue constant et négocier un accord de non double imposition.

«La Suisse et le Nigeria ne sont pas en concurrence»


Johann Schneider-Ammann

Novartis, Roche, Nestlé, Bühler sont les entreprises suisses qui sont présentes au Nigeria de longue date. Désormais, c’est une autre catégorie d’investisseurs qui s’y intéressent aussi: assurances, fintechs, numérisation et édition. Par exemple, Ringier Africa, membre du groupe Ringier, copropriétaire du Temps, présent à Lagos depuis 2011, publie Pulse.com. Ce journal populaire en ligne est consulté 100 millions de fois par mois. Au total, 250 journalistes produisent des informations et des vidéos et alimentent les réseaux sociaux.

Le mot de la fin à Tola Onayemi, membre de l’équipe des négociateurs commerciaux nigérians: «Nous nous attaquons aux problèmes de la corruption, de la bureaucratie et de la sécurité. La Suisse et le Nigeria peuvent travailler ensemble parce qu’ils ne sont pas en compétition. Et nous avons tant à apprendre, notamment pour augmenter notre compétitivité.»

Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroun-Covid-19 : la stratégie de KmerTech et ses partenaires pour accentuer la lutte

100 acteurs en présentiel et plus de 3 000 participants en ligne, voilà le public que la conférence nationale T-I-E organisée entend...

« Notre lutte c’est la cause du Cameroun. Et c’est là… toute la différence...

La véritable motivation derrière les arrestations illégales et les longues détentions des militants du MRC sous de fallacieux prétextes que les auteurs...

FECAFOOT : l’humiliation de Samuel Eto’o

Voici l'intégralité de son analyse Ce que les sportifs camerounais doivent...

FECAFOOT : la candidature de Samuel Eto’o retenue

8 jours après le dépôt de sa candidature pour le poste de président de la Fédération camerounaise de...

Cameroun : l’administration musèle l’opposition positive selon Mamadou Mota

Il était présent aux côtés de Maurice Kamto lors de l’interdiction de la manifestation de 24 novembre prévue se tenir à l’Hôtel...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :