Cameroun : Un quatrième militaire arrêté pour les exécutions sommaires des “militantes” Boko Haram

Une semaine environ après l’arrestation des trois militaires qui se seraient livrés dans la région de l’Extrême-nord du Cameroun à des exécutions sommaires  de deux femmes présumées militantes du mouvement terroriste Boko Haram et de leurs enfants (une fillette d’environ 5 à 7 ans et un nourrisson sur le dos de sa génitrice), des sources militaires ont fait état jeudi de l’arrestation d’un quatrième militaire qui faisait partie de la bande des militaires  tueurs.

Ce militaire qui n’est certainement pas le dernier du groupe aurait été dénoncé par ses compagnons d’armes arrêtés le week-end dernier.

Si l’identité d’aucun des accusés n’a été révélée, les sources militaires font savoir que ce sont des éléments de l’armée de l’air déployés au village Mabass  dans le département du Mayo-Tsanaga, (région de l’Extrême-Nord) près du Nigeria.

Plus encore, les sources qui prennent le contrepied du ministre de la Communication du Cameroun et des officiels du ministère de la Défense qui avaient quant à eux affirmé que la vidéo des exécutions sommaires postée  sur les réseaux était un montage destiné à ternir l’image du Cameroun, voire à le déstabiliser,  affirment qu’« Au sein de l’armée, il n’y a pas de doute sur l’authenticité de la vidéo », et que régulièrement des militaires professionnels dans l’âme expriment  leur désaccord sur les méthodes inhumaines de leurs collègues, mais ne peuvent aller plus loin en les dénonçant à la hiérarchie militaire, de crainte d’être mis à l’index ou de devenir des cibles d’un “regrettable” accident après avoir été accusés de complicité avec l’ennemi.

« Comme vous pouvez l’imaginer,  les arrestations en cours pourraient avoir pour but de dénicher le corbeau qui a mis la vidéo sur les réseaux sociaux,  et vous finirez par entendre qu’il lui est arrivé malheur », affirme l’une d’elle.

Mais  selon la version plus ou moins officielle, ces arrestations et les enquêtes qui iront avec visent à savoir si l’exécution des deux femmes et enfants est un fait  isolé ou une pratique généralisée au sein de l’armée. La réponse, on la connait, car les vidéos des exécutions sommaires au Cameroun et de pratiques de torture débouchant sur la mort des victimes foisonnent au Cameroun. Même si le pays ne fait pas exception en la matière au Cameroun ou dans le monde.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Venant s’ajouter à d’autres dossiers, l’affaire de corruption présumée...
C'est sur sa page Facebook que Ninja a livré...

Autres actualités

Assassinat de Martinez Zogo : Richard Bona se livre en chanson

C'est sur sa page Facebook que Ninja a livré une fresque de cette galette thérapeutique pour le peuple meurtri du Cameroun. Pas...

Les assassins de Martinez Zogo encerclent Remy Ngono

Les auteurs de l'assassinat de Martinez Zogo, veulent que JP Rémy NGONO la boucle lui aussi et...

Après les pleurs et indignations, on fait quoi ?

Le journaliste Martinez Zogo est mort le 22 janvier 2023 parce que ceux qui étaient censés le protéger...

Des chars de l’OTAN en Ukraine: Prélude à une guerre entre les États-Unis et...

Mercredi, le président Joe Biden a annoncé que les États-Unis enverraient 31 chars lourds Abrams en Ukraine, après...

Crise anglophone : l’urgence d’une médiation canadienne

Désastreux bilan On en est à un point où la crise dans les régions à majorité anglophone...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :