Grand format d’abomination au Cameroun : Paul Biya en campagne électorale dans les classes de 6ème


Après les ordinateurs PaulBiya hev, voici les livres de français Paul Biya (higher secondary school vision?)

Point besoin d’être un de ces évangélistes bornés ou de ces islamo-intégristes obtus qui voient l’Apocalypse partout, pour en arriver à la conclusion que la fin du monde commencera par le Cameroun, pays où le sentiment de honte, c’est-à-dire le souci du qu’en-dira-t-on,  a été purement et simplement abandonné aux seuls chiens.  L’inscription au registre des manuels scolaires d’un ouvrage destiné aux élèves de la classe de sixième des lycées et collèges sur la couverture duquel est infligée à ses utilisateurs une affiche de campagne électorale du président sortant et candidat à sa succession, Paul Biya, est un des signes en lesquels se décline la marche à grandes foulées du Cameroun vers la fin des temps.

D’emblée, il faut le relever, il n’est pas sûr que Paul Biya ait suggéré autant de zèle stupide pour sa personne aux auteurs de cet ouvrage, mais sa validation par la Commission du livre et le ministère des Enseignements secondaires qui sont tous truffés de Biyaïstes assumés pose question :  la question du respect de l’éthique par les gouvernants de ce pays qui ne reculent plus devant aucunes limites morales pour s’imposer aux Camerounais.

En effet, le mois de septembre qui est celui de la rentrée scolaire pour le compte de l’année 2018/2019, est aussi le mois au cours duquel démarrera la campagne électorale pour l’élection présidentielle du 7 octobre. La campagne de conquête des cœurs et des esprits des électeurs débutera le 23 septembre conformément à la loi électorale qui stipule qu’elle se déroule 14 jours avant le scrutin. Et voilà qu’à un mois du scrutin auquel Paul Biya est candidat, les responsables de l’éducation au Cameroun qui ont déjà soulevé une grosse levée de boucliers pour avoir inscrit au programme un livre de pornographie sous le couvert des Sciences naturelles pour les élèves des classes de 5ème de l’enseignement général  et de 2ème année de l’enseignement technique, n’ont rien trouvé de mieux que d’imposer aux élèves de la classe de sixième un livre de français flanqué d’une affiche de campagne de Paul Biya datant de 2011 avec l’inscription « Paul Biya Le choix du peuple – The People’s choice ».

La démarche est d’autant plus choquante qu’il y a exactement 27 ans, réagissant à une menace proférée par le président du Directoire de l’opposition d’alors le défunt Samuel Eboua qui avait affirmé   « Puisque le pouvoir ne veut pas céder, nous allons donc radicaliser notre combat. Nous allons décréter le blocus de l’aéroport de Douala, amplifier celui du port et faire en sorte que la rentrée scolaire ne puisse pas avoir lieu en septembre, ce qui risque de provoquer une crispation de la part des étudiants et des élèves qui descendront dans la rue, au point que d’ici quelques mois le pays risque d’être totalement paralysé », Paul Biya avait affirmé lors d’une visite dans la ville d’Obala :  « Le combat politique, riposte-t- il, ne doit se faire, ni sur le banc des écoles ni sur le dos des écoles. Ne faisons pas d’amalgame. Laissons toutes leurs chances à nos jeunes. L’école n’est pas une arène politique. L’école aux écoliers. La politique aux politiciens. ».

« L’école aux écoliers, la politique aux politiciens » ? Soit !  Cette déclaration de bon sens qui vaudrait encore son pesant de pertinence dans le contexte actuel marqué par le stupide et inconséquent mot d’ordre de boycott des activités scolaires lancé dans les régions anglophones par les sécessionnistes ambazoniens fut faite alors que Paul Biya était âgé de  58 ans. 27 ans plus tard, au moment où la plupart des Camerounais affirment qu’à 85 ans il n’a plus la raison nécessaire pour faire les choses comme il faut pour 25 millions de personnes, il laisse les siens importer la politique sur les bancs de l’école, preuve s’il en était encore besoin que ses contempteurs n’ont pas tout faux.

Bien plus c’est aussi la preuve que le régime de Biya est tout sauf un régime fondé sur la volonté du peuple, car comme l’écrivait le journaliste Jean-Bosco Talla dans son éditorial : « Jeunes et Politique: Démystifier la politique » publié en février 2012, « Les régimes dictatoriaux ou pseudo-démocratiques se caractérisent par l’absence d’un contrat social reconnu et accepté par tous. ». Autrement, il ne serait pas question “au Cameroun de Paul Biya”, de ne laisser « l’école aux écoliers » et « la politique aux politiciens » que quand cela arrange le Prince (de Machiavel) et de faire exactement l’inverse quand ça l’arrange une fois de plus. 

Le fait de vouloir s’imposer  aux Camerounais par le biais de leurs enfants en âge scolaire -comme c’était déjà le cas avec les #ordinateursPaulBiya-Hev-32gigas=500 gigas payés par les impôts des Camerounais pour être distribués aux étudiants des universités, mais dont le don fut attribué à la magnanimité de Paul Biya -, non seulement relève de l’arbitraire, mais aussi, vérifie ce constat du Pr. Achille Mbembe, qui écrit dans son ouvrage « Les jeunes et l’ordre politique en Afrique noire : « Les pouvoirs africains ne semblent avoir des jeunes qu’une vision instrumentale, alors que la vie et les aspirations de ceux-ci ne se réduisent ni à la politique, ni à la production économique, ni aux impératifs des unités nationales. En s’obstinant à ne voir dans les jeunes que des instruments de politiques à l’élaboration desquelles ils ne sont pas par ailleurs associés, la gestion des logiques étatiques en Afrique aboutit à accélérer, en milieu de jeunes, le rejet de la politique. Celle-ci est considérée, dans la plupart des cas, comme un jeu sordide et malsain organisé autour des luttes violentes et sans règles. Lieu privilégié de mensonge et d’hypocrisie, elle déchaînerait à leurs yeux d’immenses passions qui, souvent ne s’assouvissent que dans les effusions sanglantes ».

Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

La Chine resserre le nœud coulant autour du cou de Taiwan

Ces deux derniers jours, il ne semblait y avoir aucune autre nouvelle dans le monde que la visite à Taïwan de la...

« Je veux m’assurer que la vie de Glencore soit un enfer »Akere Muna

L’avocat international entend en tout cas se battre pour qu’elle, l'affaire Glencore, continue de faire les gros...

Nancy a bravé le dragon chinois mais a-t-elle gagné

N’est-ce pas ? Pas vrai ?! Et bien…… Oui,...

Washington se cache derrière une vieille dame pour provoquer la Chine

Les États-Unis viennent de nous montrer qu’ils peuvent descendre encore plus bas que leurs créatures ukro-nazies du bataillon Azov, passés maitres dans...

La bombe suprême tranchera la guerre

Washington est « profondément préoccupé » par le fait que Moscou utilise maintenant l’usine comme base militaire et tire sur les forces ukrainiennes autour...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :