Incrustation du F.CFA : Fanny Pigeaud et Ndongo Samba Sylla percent le mystère d’une manie françafricaine

Vilipendée à hue et à dia, pour son rôle inhibitif, voire  répresseur des économies des pays africains dans lesquels il est en usage, traité  de tous les noms d’oiseaux -beaucoup plus à raison qu’à tort-, y compris dans les rues de Paris  où d’éminents activistes panafricanistes ont entreprise de porter le combat de sa dénonciation à l’attention des autorités françaises, le Franc Cfa, continue de s’accrocher à l’existence telle la vieille sorcière du village dont tout le monde souhaite la mort, mais qui s’incruste à la vie.

Mais pourquoi la France, créateur aux temps ténébreux de la domination coloniale de cette monnaie de Sioux réputée plomber le développement de ses anciennes colonies, continue-t-elle de la soutenir et de l’entretenir au dépens de son image de pays de la liberté, de l’égalité et de la Fraternité, s’accommodant au passage des avanies  dont l’agonissent ceux qui crient urbi et orbi que le maintien du Franc CFA (franc de la coopération financière en Afrique centrale et franc de la communauté financière en Afrique en Afrique de l’Ouest)  en Afrique sert plus ses intérêts impérialo-capitalistes  que  le développement leurs pays ?

La raison en est simple et procède du cynique diptyque  Exploitation – Positionnement.

Exploitation : Si l’on postule -selon la légendaire maxime gaullienne- que  « les Etats n’ont pas d’amis, mais que des intérêts », le soutien de cette monnaie “africaine” décidément battue en France et les mécanismes de “coopération” ou plutôt d’arrimage d’abord à l’ancien franc français,  et depuis le début du millénaire en cours à l’euro  font des pays africains d’éternels obligés de la France qui n’ont pas vraiment leur mot à dire sur “leur” propre monnaie.

Positionnement :   De la même façon que la France se sert de son pré carré africain pour disposer d’une place de choix dans le concert des grandes puissances planétaires, elle se sert du franc CFA pour avoir prépondérante au sein de la zone Euro. Déduction logique, la monnaie utilisée par 14 pays africains est pour  la France, à l’image de ces pays-mêmes,  un instrument de positionnement  géopolitique.

En mettant le doigt dans la plaie à travers leur ouvrage commun « L’arme invisible de la Françafrique : Une histoire du Franc CFA » (Editions la Découverte), dont nous avons feuilleté les pages introductives, la journaliste française Fanny Pigeaud et l’économiste sénégalais Ndongo Samba Sylla nous promènent à travers les dédales tortueux de l’embrigadement de l’ancienne Afrique française par la France qui en 1960, lui octroya négligemment d’une main un semblant d’indépendance tout ce qu’il y a d’administratif, et lui retint l’indépendance économique par le truchement du maintien du Franc CFA, monnaie coloniale par essence.

Désireux d’avoir un avant-goût d’une histoire de la Françafrique à travers une monnaie étrangère ? Cliquer sur le lien https://www.calameo.com/read/0002150222fa8158a7a83

Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Washington confirme avoir mené des cyberopérations offensives contre la Russie

Les renseignements américains menaient des cyberopérations offensives contre la Russie afin de soutenir l’Ukraine dans son conflit contre...

Jacques Baud : « Les Russes sont plus pragmatiques que les Occidentaux »

Que se passe-t-il sur le front de l’est ? « Les pertes ukrainiennes sont massives, les forces armées perdent...

Important financement au Fonds pour l’environnement mondial

C’est un appui nettement à la hausse pour le Fonds pour l’environnement mondial ; 5, 33 milliards de...

Liste complète des nominés pour les CAF Awards 2022

La CAF a publié la première liste des nominés pour les CAF Awards 2022 qui se tiendront le 21 juillet 2022 à...

Les 8 premières villes d’affaires en Afrique, selon le dernier classement de l’indice

Statista a récemment publié son rapport sur l'indice mondial des villes d'affaires, qui détaille certaines des meilleures villes...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :