Cameroun : Le SATIAW se penche sur la protection contractuelle du travailleur

 

Echanger sur la double problématique du dialogue social et de la protection contractuelle du travailleur, telle était l'objectif majeur poursuivi par la direction du Syndicat autonome des industries alimentaires du Wouri (Satiaw) qui a organisé, le samedi 10 mai 2019, un séminaire-atelier à l'intention de ses membres.

Conduit par Jean-Paul Tchomb, expert en Administration et droit du travail, ce séminaire-atelier dont le thème fort à propos était «Dialogue social et protection contractuelle dans un environnement professionnel en constante mutation», a vu la participation des délégués du personnel, des délégués syndicaux et autres travailleurs, tous employés des Brasseries du Cameroun.

Justifiant l'opportunité de cette rencontre, Pierre Patrice Mawo, le président du Satiaw, a relevé à l'entame des travaux que l'organisation de ce séminaire, qui participe de la formation permanente de ses camarades, «confirme la volonté de son organisation syndicale de prendre à bras le corps les problèmes qui se posent dans le monde du travail et à y apporter des solutions durables». Bien plus, a-t-il explicité, il s'agissait cette fois à travers le thème choisi, de donner au travailleur l'aptitude au maniement des outils mis à sa disposition par le législateur pour être protégé dans l'environnement professionnel. Surtout lorsqu'ilreste constant que «le premier protecteur du travailleur c'est lui-même».

Concluant son intervention de circonstance, M. Mawo a souligné que le législateur a mis à la disposition des partenaires sociaux (employeurs, employés et leurs organisations), des outils comme le Code du travail, l'arrêté n° 39 fixant les mesures d'hygiène et de salubrité sur les lieux de travail, etc. Aussi, a-t-il indiqué, lorsque ces outils ne sont pas respectés, soit par ignorance, soit par mauvaise foi, soit pour toute autre raison, le dialogue social permet alors aux parties de rapprocher leurs positions.

Par la suite, aux travailleurs désireux d'apprendre, l'occasion va être donnée de revisiter, sous la direction experte de M. Tchomb, les concepts fondamentaux tels le dialogue social, la protection contractuelle, l'environnement professionnel, le contrat de travail, la relation sociale, etc.

Leurres et lueurs du dialogue social

Un aperçu sur les acteurs et les conditions de base du dialogue social, les outils et la qualité du dialogue social permettra aux séminaristes de mieux appréhender les méandres du dialogue social et de la protection contractuelle.

Il convient de relever ici que depuis des lustres, le dialogue social est croqué à toutes les sauces dans les discours des gouvernants. Ces dernières années, certains des thèmes sous-tendant la Journée Internationale du Travail avaient un parfum de dialogue social : «dialogue social: facteur de promotion du travail décent et de progrès socio-économiques au Cameroun», «Dialogue social, croissance économique et cohésion sociale», etc. A une certaine époque sous l'ancien ministre du travail et de la sécurité sociale, on a parlé de «dialogue social avancé» dans certaines entreprises. Au terme de la session de formation sus évoquée,  la question a été posée à l'expert Jean-Paul Tchomb : quel est l'état des lieux du dialogue social dans le milieu professionnel au Cameroun? Et, que peut faire le cabinet Cogite Rh dont il a la charge pour améliorer ledit dialogue ?

Eclairages

Quel est l'état des lieux du dialogue social dans le milieu professionnel au Cameroun ?
– Dans sa conception comme dans sa mise en œuvre, le dialogue social est en difficulté dans les entreprises au Cameroun malgré les dispositions favorables de la loi n° 92/007 du 14/08/1992 portant Code du Travail où on décèle un droit du travail qui laisse une place privilégiée à la négociation, par exemple :
   * Le contrat du travail fondé sur la liberté de négocier,
   * La négociation comme mode privilégié de résolution des différends du travail…
En réalité, au-delà de cette assertion, l’enracinement du dialogue social en milieu professionnel laisse à désirer, et malgré les apparences longtemps entretenues, le DS et même l’ensemble des rapports collectifs de travail sont encore un projet qui rencontre de redoutables obstacles plus ou moins ostensibles, dont notamment :
   * Les réflexes paternalistes de l’idée féodale qui demeure et qui veut que l’entreprise est “la propriété de l’employeur” et ce dernier est le seul à pouvoir décider, tout seul, de l’avenir de celle-ci.
   * La difficulté de substituer la logique d’assistance à la logique de liberté publique, en ce sens en corrélation avec le paragraphe ci-haut, les informations utiles au dialogue social étant détenues par l’employeur (volume d’activité, la charge salariale réelle, l’évolution de l’emploi, prévisions à court et moyen terme…), l’obligation d’informer pèse particulièrement pour que l’employé n’ait pas accès à cette denrée importante pour négocier.
* Le manque de dynamisme du syndicalisme.
Le libéralisme de fait rendant nécessaire l’évolution d'un droit de travail négocié, l’on découvre avec étonnement l’ampleur du vide dans l’entreprise où la présence syndicale est très relative. A l’évidence on note  entre autres ambiguïtés justifiant cette carence :
   * La loi ne protège pas les représentants syndicaux en milieu professionnel,
   * Le manque d’indépendance des syndicats en ce sens que la loi qui pourtant vise leur autonomisation, maintient la faculté pour le greffier d’annuler l’enregistrement d’un syndicat, en lieu et place du seul juge.
   Le manque de formation de la plupart des responsables syndicaux qui, pour la majorité, sont issus du long monolithisme syndical (1972 -1995), ce qui leur confère un syndicalisme administratif et non proactif, avec outils et méthodes modernes de gouvernance, pour leur assurer la confiance des adhérents et l’adhésion de nouveaux adhérents.

Que peut faire le cabinet Cogite Rh-Cameroun dont vous avez la charge pour améliorer ledit dialogue ?
COGITE RH – CAMEROUN est un cabinet spécialisé en Consultation et Formation sociales – Management RH – Administration et Droit du Travail.
Dans le cadre de l’amélioration du dialogue social normé en entreprise nous disposons de 3 leviers que nous mettons à l’appropriation des acteurs sociaux et aux renforcements des capacités, lesquels leviers s’appuient sur deux axes majeurs qui sont : la Formation et la Méthode :
 * 1er levier : Les qualités du Dialogue social en milieu professionnel
 * 2ème levier : Le développement qualitatif du dialogue social
 *3ème levier : les outils du dialogue social.
Le transfert de ces connaissances s’effectue, selon la préférence de nos partenaires, soit en format de formation magistrale classique avec animateurs, soit en séminaire avec des études des cas, soit en combinant les 2 formats. Le choix des lieux (intro muros ou hors de l’entreprise) est à préciser.

Facebook Comments

- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Du haut de sa riche expérience en Cyber sécurité,...
Représenté à la cérémonie organisée en hommage aux  disparus...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments