Côte d’Iv.- Du rattrapage ethnique au rattrapage familial : la nomination à problème de la nièce de Ouattara à la GESTOCI


Madame la DGA,après avoir été Conseillère en Communication d’un ministre, faisait carrière dans la mode

Dernier sujet d’actualité en Côte d’Ivoire, la nomination à la prestigieuse fonction de  Directeur Général Adjoint de la Société de Gestion des Stocks pétroliers de Côte d’Ivoire (Gestoci) de Nina Keita, nièce du chef de l’État Alassane Ouattara, est au centre de la controverse.

Le fait est apprécié diversement par l’opinion ivoirienne exaspérée, pour qui  cette nomination  est la preuve supplémentaire de la dérive népotiste du régime du président ivoirien.

Les origines familiales de Nina Keita (fille de Sita Ouattara, sœur cadette de Alassane dramane Ouattara) ne sont pas le seul facteur en  cause. Car même si sa nomination intervient dans un contexte marqué par la politique dite du “rattrapage ethnique” insidieusement pratiquée par le régime du tombeur  de Laurent Gbagbo, à travers la fabrication en Côte d’Ivoire d’une élite essentiellement nordiste pour réparer une prétendue injustice dont auraient été victimes les ressortissants de cette région dont serait originaire Alassane Dramane Ouattara, les Ivoiriens semblent plus reprocher au président  auteur de l’acte de nomination, la non qualification de sa parente pour cette responsabilité.

Certes, elle a flirté avec le milieu du pétrole, en qualité de Conseillère en Communication du ministre du pétrole et des énergies renouvelables, Abourahmane Cissé,  mais pour une frange importante de l’opinion  cette mannequin, Titulaire d’un MBA de la Columbia Business School aux Usa ne dispose pas des compétences (qualifications techniques) requises pour assister le Directeur Général dans la gestion de cette entreprise hautement technologique, et, éventuellement, le suppléer si nécessaire.

Il s’agit ni plus, ni moins, estime-t-on, d’une nomination sur fond de rattrapage sociologique ayant franchi un palier supplémentaire pour passer du stade ethnique un peu plus communautaire, au stade familial, plus égocentrique. C’est ce qu’illustrent des réactions sur la toile à l’évocation de son curriculum studiorum, rapportées par nos confrères du site afrique-sur7.fr :


« Soit ! Mais elle est la nièce du président. En bon français on appelle ça du népotisme »
« Titulaire d’un MBA et c’est tout ? Tu sais combien d’étudiants titulaires d’un MBA il y a dans ce pays ? ».

Même les réactions les moins manichéennes abondent dans ce sens, interrogeant à leur tour les qualifications de la nièce de l’illustre “tonton” ivoirien. Aussi invitent-ils à considérer le fait qu’au-delà de la nomination familiale, la nièce de Ouattara est  nommée à un poste hautement technique qui requiert des connaissances et compétences spécifiques aux hydrocarbures. « … elle est spécialisée en communication institutionnelle. Là il s’agit d’hydrocarbures. Et en tant que DGA, elle doit être une technicienne avec des connaissances et compétences avérées en matière d’hydrocarbures et produits dérivés. Alors la question est de savoir si son profil (formation et parcours professionnel) correspond à sa nomination ».

Facebook Comments

- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Suivant de près l'évolution de la crise dans les...
Le Jeudi 5 Décembre 2019, le ministre numéro 1...
L’autochtone est une notion extrêmement claire aux Camerounais, n’en...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments