L’aviation iranienne abat un appareil américain. Vives tensions dans le Golfe


Source illustration : Le Monde

Selon les officiels iraniens qui n’ont guère donné de détails supplémentaires, le “drone espion” a été abattu par un “missile” de la force aérospatiale des Gardiens de la Révolution, au large de la côte, face au mont Mobarak, “après avoir violé l’espace aérien iranien”.

Un communiqué des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique finalement confirmé par le Pentagone (ministère de la Défense américain) a fait savoir qu’un appareil américain, un modèle Global Hawk (du fabricant américain Northrop Grumman), avait été abattu “aux premières heures de la journée”, au-dessus de la province côtière d’Hormozgan, dans le sud de l’Ira (comté du port de Jask, sur la mer d’Oman).
 
La télévision d’Etat iranienne qui a relayé le communiqué des Gardiens n’a cependant montré aucune image de l’appareil détruit.

Trump pointe une « énorme erreur »

Peu après la confirmation par le Pentagone que les forces iraniennes avaient abattu un drone de surveillance de l’US Navy, le président américain Donald Trump, Commandant en Chef de l’armée américaine a estimé que l’Iran avait fait “une énorme erreur”. Réaction laconique, s’il en est, qui a dans un premier temps alimenté les appréhensions relatives à un engagement quelconque entre la superpuissance militaire mondiale et la moyenne et émergente puissance du Golfe persique. A l’analyse, cependant,  il n’en sera manifestement rien, car monsieur Trump a atténué la portée de son propos en dédouanant  d’une certaine manière l’Iran à travers une affirmation qui voudrait qu’il se fut plus agi d’un accident que d’un acte de guerre ou de visée stratégique



Ceux qui s’excitent à l’idée que cet incident intervenu dans un contexte de  graves tensions entre Washington et Téhéran constitue une raison pour l’armée états-unienne d’en découdre une fois pour toute avec la très remuante République islamique peuvent s’estimer d’autant plus deçus qu’à la question sur la suite que Washington entend réserver à cette affaire, Donald Trump a simplement affirmé : « Vous le découvrirez bientôt » ! Ce qui tranche avec une déclaration de guerre. Et sauf surprise, “Trump [qui] ne veut pas la guerre” avec l’Iran, selon son  Secrétaire d’Etat Mike Pompeo,  ne peut pas attaquer l’Iran en violation du Droit de la guerre, c’est-à-dire sans l’avoir averti ou sans avoir officiellement déclaré la guerre au pays des Ayatollahs.

Facebook Comments

- Publicité -

Partagez cet article

- Publicité -

Plus populaire

Voyage apostolique à Madagascar : Le président Rajoelina (re)prête serment devant le Pape François

Profession de foi. Andry Rajoelina, président de la République, a fait dans le lyrisme, à Iavoloha, samedi, en réitérant...
- Advertisement -
Facebook Comments