Libération des Camerounais de la dictature- Maurice Kamto, “Pas un héros, mais prêt au sacrifice suprême”

Des observateurs spéculent sur une éventuelle peine de mort qui pourrait être infligée au président Maurice Kamto et à ses alliés par la justice militaire. Mais l'homme politique visé par cette menace réaffirme son engagement à offrir ce que l'homme a de plus cher, inaliénable et incessible, sa vie, pour que les Camerounais, notamment les prisonniers politiques, détenus depuis six mois pour leur proximité avec lui, connaissent enfin la saveur de la liberté..

Cette détermination, il l'a réitérée mardi par la voix de la 2ème vice-présidente du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC)  lors d'une conférence de presse donnée au siège de ce parti à Yaoundé.     

« Le président Kamto tient à dire qu'il ne veut pas jouer au héros, mais qu'il assume, parce qu'il a toujours su assumer, au contraire de certains […] et se tient prêt à faire face, seul, à la peine de mort, puisque c'est la peine de mort qui lui est promise. Le président Maurice Kamto précise que la mort n'a pas commencé avec lui, et ne s'arrêtera pas avec lui », a transmis Tiriane Balbine Noah Biloa, relayant le leader du MRC qui réagissait ainsi à la décision du juge d'instruction militaire d'imposer  par ordonnance la compétence du tribunal militaire de Yaoundé, à juger des civils en violation des lois camerounaises et des chartes et traités internationaux.

Tiriane Noah a ajouté, pour expliciter l'exigence faite par le président Kamto ue soient libérées de toutes les personnes arrêtées dans le cadre des Marches Blanches, et surtout le refus du leader politique de se soumettre à l'ordonnance du juge d'instruction militaire : « Le président Maurice Kamto me charge de porter ce message au peuple camerounais. La responsabilité des marches blanches et pacifiques de janvier et de juin 2019 organisées par le MRC, incombe à lui et à lui seul, en tant que président national du MRC. Il indique que c'est lui et lui seul qui a appelé à ces marches, et qui doit en répondre. Les statuts du MRC font de son président, le représentant et donc, le responsable du parti et des décisions prises par lui ».

La 2ème  vice-présidente du MRC  a en outre informé que relativement à l'ordonnance du juge militaire, « Nous avons, à travers nos avocats, d'ores et déjà interjeté appel de cette ordonnance devant la chambre de contrôle de l'instruction de la Cour d'appel du Centre ».

Et comme pour montrer à suffisance au régime dont dépend le Tribunal militaire que les questions grégaires de vie ou de mort qui les font tant courir  ne sont pas essentielles pour ceux qui défendent des causes justes, mais que seul le devenir du Cameroun est une préoccupation éminente, madame Noah Biloa est revenu aux fondamentaux de la crise prégnante et de la résolution souhaitée de la crise, indiquant que la main de Maurice Kamto reste tendue pour le dialogue, et réitèré les propositions faites dans le mémorandum du 17 mai dernier, pour l'apaisement et la résolution de la crise en cours dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest d'une part, et la crise postélectorale d'autre part.

Facebook Comments

- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments