Cameroun- Meeting Anti-BAS de Bafoussam : Mbombo Njoya rétropédale et assume, le chef Sokoudjou lui administre la leçon de noblesse

Qu'est-ce que c'est finalement que cette histoire de meeting de soutien au président Biya, tantôt  convoqué par le chef supérieur des Bamouns, tantôt convoqué par d'autres éminences du parti au pouvoir originaires de l'Ouest qui lui en auraient seulement fait assumer la responsabilité malgré lui ou à son insu ?

Selon nos confrères de Lebledparle.com qui évoquent un communiqué de presse reçu par eux et  signé par le patron du parti au pouvoir à l'Ouest (Mbombo Njoya Ibrahim, en sa qualité de chef de la délégation du Comité central du Rdpc pour la région du couchant du soleil, ndlr), celui a bel et bien confirmé la tenue samedi 20 juillet, du meeting de Bafoussam annoncé en début de semaine, pour vilipender l'organisation des Camerounais de la diaspora dénommée Brigade Anti-Sardinards qui avait pris sur elle fin juin de rappeler au chef de l'Etat camerounais qu'il n'est pas payé pour aller dilapider l'argent des Camerounais en Suisse, après avoir sous-traité la gestion du pays à un délégataire de signature de sa parenté par alliance, mais pour résoudre les problèmes des Camerounais et du Cameroun miné depuis au moins cinq ans par des guerres sans fin au Nord, et à l'Ouest, et par une terrible crise postélectorale depuis ce que l'un de ses adversaires à la dernière présidentielle, Maurice Kamto, a qualifié de « hold-up électoral ».

L'ami de Paul Biya, qui a occupé de nombreux postes ministériels dans de nombreux gouvernements du vieux président avant de le quitter en 1992 pour prendre la succession de son défunt père à la chefferie supérieure bamoun n'a finalement écouté que son allégeance fidèle à celui qui est considéré par de nombreux Camerounais comme leur bourreaux, le fossoyeur du vivre ensemble et le plus grand diviseur commun des fils du pays des Martin Paul Samba, Duala Manga Bell, Madola, Ibrahim Njoya, Um Nyobe…

Et pourtant, jeudi soir, un personnage affirmant être son conseiller, frère et… fils, rejetait toute responsabilité de monsieur Mbombo Njoya dans la convocation du meeting de samedi dont il attribuait la paternité à des pontes du régime, à savoir le président du Sénat, Niat Njifenji, et le Secrétaire général du Rdpc, Jean Kuete. Le « conseiller, frère et fils » du chef de la délégation du Comité central du Central du Rdpc dans la région de l'Ouest, annonçait d'ailleurs que celui-ci ne sera  pas de la “fête” de Bafoussam (Cf. https://youtu.be/C3OaQVdqAII).

Moins de 24 heures, après, c'est un autre son de cloche qui résonne  comme si le chef des Bamouns vouaient confondre  ceux qui ont failli se confondre en excuses après avoir écouté le plaidoyer pro… Mbombo du membre de la famille cheffale. 

Et dire que certains sont passés à un doigt d'aller vite en besogne, en reprochant au chef supérieur des Bamendjou,  Jean Rameau Sokoudjou, d'être… allé vite en besogne à travers son émouvant message adressé à son homologue le chef des Bamouns, d'un an son aîné, mais cadet de près de 40 ans dans le commandement traditionnel. Un message qui depuis mercredi fait le tour des réseaux sociaux, et que l'on peut lire ci après :

Facebook Comments

- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

A l’issue d’une récente assise du conseil de sécurité...
La "Réunion de clarifications" de Pau convoquée  pour lundi...
Convoquée ce 13 décembre à l'initiative de Paul Biya,...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments