Le Burundi, pays africain, pense de plus en plus à son retrait pur et simple de la Francophonie


Le président de l’Assemblée nationale du Burundi, l’Hon. Pascal Nyabenda (Photo : RTNB.BI)

Le président de l’Assemblée nationale du Burundi, l’Hon. Pascal Nyabenda , a déclaré sur les antennes de la RTNB, avoir plaidé, à la tribune de la 45ème Session parlementaire de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), du 4 au 10 juillet dernier, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, pour la levée des sanctions “injustes” de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) contre le Burundi.

Ces sanctions ont été données au Burundi dans la foulée de – la Révolution de Couleur de 2015 et du coup d’état militaire raté du 13/05/2015 – ou Tentative de Changement de Régime que le Burundi avait subi de la part de pays occidentaux,dont la France, dans un contexte de guerre géopolitique contre la Chine dans la région des Grands Lacs Africains.

Du fait de ces sanctions «injustifiées», le Burundi n’a pas de représentants dans les différentes instances de prise de décision de l’OIF.   Ainsi, le Burundi ne voit plus d’utilité de demeurer dans la Francophonie.

La Francophonie est une institution post coloniale française. La Colonisation était et est un crime contre l’Humanité.

SOURCES : RTNB.BI , NAHIMANA P.

Facebook Comments

- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

A l’issue d’une récente assise du conseil de sécurité...
La "Réunion de clarifications" de Pau convoquée  pour lundi...
Convoquée ce 13 décembre à l'initiative de Paul Biya,...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments