Xénophobie en Afrique du Sud : La grosse colère de Julius Malema contre ces noirs qui haïssent les Noirs

Parmi les nombreuses voix qui se sont élevées à travers l’Afrique pour condamner la résurgence de la chasse à l’étranger africain au pays de Walter Sisulu, Oliver Tambo, Nelson Mandela… celle de l’opposant politique Julius Malema se sera faite on ne peut plus perçante. 

Certes, le président Ramaphosa a été le premier officiel à condamner « Je condamne dans les termes les plus forts les violences qui se sont propagées autour d’un certain nombre de nos provinces », et à rappeler à ses compatriotes pris d’effusions xénophobes qu’« Il ne peut y avoir aucune justification pour qu’un Sud-Africain s’en prenne à des gens d’autres pays ».

Mais Julius Sello Malema, chef du parti de l’opposition sud-africain “Economic Freedom Fighters” (EFF) présenté comme un « Activiste Révolutionnaire pour un changement radical en Afrique », n’a pas fait dans la dentelle.

Aussi a-t-il  présenté la situation exacte des diasporas africaines en Afrique du Sud, en terme de victimes tous azimuts de la maldonne existentielle qui sévit à travers le continent et oblige ceux qui vont quêter le mieux vivre ailleurs que sous leurs propres cieux à offrir une main d’œuvre bon marché :  « Notre colère est dirigée contre les mauvaises personnes. Comme nous tous, nos frères et sœurs africains vendent leur main-d’œuvre bon marché pour survivre. ».

Pour ne pas rompre avec la coutume du franc-parler qu’on lui connait, Julius Malema s’est ensuite déchainé, critiquant ces noirs qui font de leurs frères leur souffre-douleur, faute de disposer de la puissance ou du courage nécessaire pour s’attaquer aux véritables étrangers, surtout à ceux des étrangers qui sont les vraies causes de leurs souffrances :

C’est la marque de la constance dans le discours du Le leader des Combattants pour la Liberté économique qui a une fois de plus mis à l’index la responsabilité du « monopole blanc du capital » dans les violences, faisant valoir que les riches Sud-Africains blancs étaient à l’origine des tensions xénophobes en Afrique du Sud, et appellant les Africains de tous les pays à « s’unir contre l’ennemi commun » au lieu de s’entredéchirer.

Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

Après la désastreuse affaire SolarWinds, la révélation est un...
I. Ses origines:Joseph Kabila, de son vrai nom Hyppolite Kanambe Kazemberembe,...
Burundi. D'après les bruits qui courent dans la région, suite à...

Autres actualités

Urgent : Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison

Neuf ans après son départ de l'Elysée, Nicolas Sarkozy est devenu ce lundi le premier président...

Au Sénégal, « certains préféreraient mourir que d’être vaccinés contre le Covid-19 »

« C’est fait ! », titrait le journal télévisé de 20 heures, jeudi 25 février. La chaîne nationale sénégalaise, la RTS, ouvrait son édition sur le chef de...

Un nouvel album pour Charlotte Dipanda

L’affiche bleuâtre qui annonce le nouvel album de Charlotte Dipanda rappelle la fraîcheur et un naturel éclatant-à l’image...

De prison, Ayuk Tabe exige une action urgente de la Communauté internationale après...

Au fait de l’actualité dans son « pays » l’Ambazonie, le leader sécessionniste Sisiku Julius Ayuk Tabe, a rapidement et très véhémentement réagi au...

Cameroun: La colère du président élu Maurice Kamto suite à la trahison du peuple...

Le 17 février 2021, quarante membres du congrès américain ont écrit au Président des Etats-Unis d’Amérique et à son Secrétaire à la...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :