Cameroun-Contrôle des fraudes : La compagnie d'électricité plonge partiellement Douala dans le noir

Journée et soirée noires que celle du mardi 17 septembre 2019 pour une bonne partie des populations du 1er arrondissement de Douala qui les ont passées dans un black-out presque total, faute d'énergie électrique.

Ménagères incapables de moudre les ingrédients pour le repas du jour, restauratrices dans une situation désespérément identiques,  promoteurs de PME dont les entreprises ne produisent qu'au moyen de l'électricité (cybercafés, moulins, salons de coiffure, ateliers de couture, électrotechniciens, vidéoclubs…)…, l'humeur aura été particulièrement massacrante jusqu'au retour de la lumière autour de 21 heures et demi, accueilli au très populeux quartier Deido par des expressions de dépit et non de soulagement, tellement l'attente aura été longue que la délivrance parait « trop peu, trop tard ».

Les agents de la compagnie d'électricité ENEO ont tenté une explication sans pour autant apaiser les usagers qui n'ont en vue que l'énorme préjudice du jour. Il s'est agi pour ENEO de mettre ses agents en mission sur le terrain pour un tour de propriétaire, en réaction au constat de « fraude à l'électricité exponentielle décelée sur  son  réseau ».

Des explications probantes, mais qui n'enlèvent rien à la galère des usagers
«Ici, nous constatons une énorme consommation d'électricité dans les quartiers, et nous savons quelle importante population on y trouve, et quelles activités on y exerce. Mais quand nous comparons les données démographiques et la demande, d'une part, et d'autre part, les rentrées de ces zones, elles sont en déphasage révoltant avec ce qui devrait être la réalité. On a alors l'impression que moins du quart des habitants de ces quartiers sont  connectés à notre réseau, et pourtant quand nous allons faire des vérifications sur le terrain, tout le monde est éclairé », explique au reporter de Cameroonvoice un responsable technique de la société qui, sous le couvert du fonds britannique ACTIS a pris le relai du tristement célèbre AES Sonel, il y a cinq ans, mais qui n'en mène pas large non plus en matière de qualité des services, mais qui, malgré les fraudes pointées du doigt, fait d'énormes bénéfices tous les ans.

« C'est bien beau ces explications, mais à quoi sert le service informatique de ENEO si elle doit  priver les populations de lumière jusqu'à débranchement total des fraudeurs » rétorque un journaliste qui affirme avoir perdu trois ordinateurs ces deux dernières  à cause des coupures de lumière et retours brusques d'énergie d'ENEO…  « Et voilà, ajoute-t-il que j'ai acheté un nouvel ordinateur hier lundi, que j'ai inauguré ce matin avec les caprices d'ENEO, puisque à peine je l'ai allumé que la lumière a été coupée. A l'heure où je vous parle, j'attends le retour de l'électricité pour savoir si mon nouveau bijou est encore en bon état, car les mêmes causes produisent les mêmes effets », ironise-t-il en début de soirée, pessimiste. 
Pendant leurs travaux mardi, de nombreux fils électriques ayant supposément permis les branchements frauduleux dénoncés par   l'opérateur ont été sectionnés du haut des poteaux et jetés au sol par ses techniciens, comme preuves de l'indélicatesse et de l'inconséquence des populations,   mais cela n'a suscité que des huées de celles-ci qui n'ont pas manqué de relever à l'intention des redresseurs de torts de circonstance, que « ENEO vend l'électricité très cher aux Camerounais, mais le service effectif de la lumière est des moins irréguliers ».         

Facebook Comments

- Publicité -

Partagez cet article

- Publicité -

Plus populaire

Voyage apostolique à Madagascar : Le président Rajoelina (re)prête serment devant le Pape François

Profession de foi. Andry Rajoelina, président de la République, a fait dans le lyrisme, à Iavoloha, samedi, en réitérant...
- Advertisement -
Facebook Comments