Donald Trump exclut le Cameroun du programme AGOA pour “Violations flagrantes des droits de l’homme”

Le Cameroun était « à l’honneur » jeudi à la Maison Blanche, où le pays de Paul Biya a bénéficié d’une “attention” particulière et personnelle du président Donald Trump.

Cette fois-ci, en effet, c’est le président américain himself qui y est allé de sa belle plume, à l’intention des deux chambres formant le Congrès américain, pour leur signifier que les Etats-Unis d’Amérique mettaient fin à l’admissibilité du Cameroun aux avantages dont bénéficiait le Cameroun en matière de préférence commerciale en vertu de la Loi sur la croissance et les perspectives économiques en Afrique, en anglais, African Growth and Opportunity Act (AGOA), à compter du 1er janvier 2019.

Les raisons d’une sanction

« Conformément à la section 506A (a) (3) (B) de la loi de 1974 sur le commerce, telle que modifiée (19 USC 2466a (a) (3) (B)), je vous notifie mon intention de mettre fin à la désignation de la République du Cameroun (Cameroun) en tant que pays bénéficiaire en Afrique subsaharienne de la loi sur la croissance et les perspectives économiques en Afrique (AGOA) », écrit le président Trump dans le “Message au Congrès des Etats-Unis” qu’il a signé jeudi


En cause, le constat fait par le successeur de Barack Obama, « que le Gouvernement camerounais s’est régulièrement rendu coupable de violations flagrantes des droits de l’homme internationalement reconnus, en violation des conditions d’éligibilité énoncées à l’article 104 de la Loi sur l’AGOA ».

Des violations des droits humains qui rendent le…”Biyameroun” inéligible au programme?

Et le dirigeant de la plus grande puissance économique mondiale de préciser que « Malgré un engagement intensif entre les États-Unis et le gouvernement du Cameroun, le Cameroun n’a pas répondu aux préoccupations concernant les violations persistantes des droits de l’homme commises par les forces de sécurité camerounaises. ».

Des violations au nombre desquelles il cite « des exécutions extrajudiciaires, des détentions arbitraires et illégales et des actes de torture. ».

À LIRE
Pour Donald Trump le chien qui a aidé les USA à tuer Baghdadi est un héros

Après la Mauritanie en 2018 pour esclavagisme, le Cameroun dans le viseur américain pour tueries de masse

« En conséquence, j’ai l’intention de mettre fin à la désignation du Cameroun en tant que pays d’Afrique subsaharienne bénéficiaire au titre de l’AGOA à compter du 1er janvier 2020 », conclut-il, non sans annoncer sa volonté de continuer, conformément aux conditions d’éligibilité à l’AGOA d’évaluer si le Gouvernement camerounais continue ou non de commettre des violations flagrantes des droits de l’homme internationalement reconnus.

L’an dernier, presque à la même période, un décret dans le même sens avait été pris par le président Trump à l’encontre de la Mauritanie. En cause les pratiques de travail forcé et l’esclavage moderne dans ce pays, repérées par le Bureau américain en charge du commerce.

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Incarcérés depuis bientôt 1 an, une quinzaine de militants...
Alors que les interdictions se multiplient à l’endroit des...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments