Cameroun-Mayo Tsanaga : Des victimes de Boko Haram dénoncent le silence de l’Etat

Les populations du département du Mayo-Tsanaga dans la région de l’Extrême-nord sont descendues dans les rues pour dire leur mécontentement face au silence méprisant du régime de Yaoundé

Plusieurs centaines de victimes de la secte terroriste boko haram ont fait le pied de grue ce samedi dans la localité de Mayo Moskota. Elles ont perdu un parent, leurs biens, la tranquillité (…)  A la main, autant de pancartes qui traduisaient la profondeur de leur courroux. « Non au silence de l’Etat », « Nous sommes les victimes de Boko Haram » « des milliers de maisons brulées », aussi pouvait-on lire quelques noms de personnes arrachées à la vie par les exactions du groupe terroriste. «  Je suis Moudougo », « Je suis Papa Mokoni David » laissait voir quelques-unes.

C’est que les populations de ce département sont littéralement envahies de parts en parts par Boko Haram qui multiplie les actes de vandalisme dans cette partie du pays. Des habitations sont incendiées au quotidien, du bétail et autres réserves de nourritures emportées. Le plus grand regret c’est surtout les cas de décès enregistrés fréquemment dans les rangs des membres de comité de vigilance.

Ce n’est pas la première fois que ces victimes expriment leur volonté d’être proprement secouru par l’Etat censé les protéger. Il nous revient qu’elles ont adressé des doléances aux autorités administratives sur la nécessité de créer un poste militaire dans cette localité. Elles attendent toujours depuis plusieurs années, elles attendent surtout dans la peur et le deuil. Si les bilans des morts ne sont pas encore importants  à ce jour, il y réellement  à se demander si le régime en place attend plus de perte ou la radicalisation des populations pour prendre les mesures idoines.

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments