Affaire Ibrahim Bello : un Commissaire et un officier de police attendus au tribunal de Bafia le 4 décembre

L’audience criminelle pour connaitre des faits de torture dans un poste de police ayant eu pour conséquence l’amputation en 2017 des membres inférieurs du jeune Ibrahim Bello aura lieu le 4 décembre prochain au Tribunal de Bafia.

À LIRE
Cameroun : Affaire du jeune homme amputé des jambes et du bras. La police à l'origine du drame ?

Soupçonné par un particulier d’avoir tenté de voler son véhicule, le jeune Bello, alors âgé de 17 ans, avait été conduit au poste de police d’Ombessa où il fut torturé à la machette et à l’électricité par des policiers, avant d’être porté et jeté, mourant, sur le bord de la route. Grâce à l’intervention d’un bon samaritain, il sera conduit à l’hôpital où on l’amputera pour lui sauver la vie.

À LIRE
Cameroun : Violentes confrontations entre le gouvernement camerounais et les défenseurs des droits humains autour de l'Affaire Ibrahim Bello
À LIRE
Torturé et amputé des 2 pieds par la police camerounaise : "Je me battrai pour toi... Bello, pour que justice soit faite" Me Emmanuel Simh

Deux ans après la survenue de cette affaire qui fut révélée à l’opinion publique par notre confrère Paul Chouta emprisonné sans jugement depuis six mois pour avoir supposément diffamé une dame proche du pouvoir en place, Ibrahim Bello semblait abandonné à lui-même, d’autres affaires d’enjeu national ayant éloigné des avocats –à l’instar de l’intrépide Me Emmanuel Simh- qui avaient pris l’initiative de l’accompagner dans sa quête de justice.  

De leur côté, ses bourreaux de la police se la coulaient douce, escomptant sans doute l’impunité. C’est du moins l’impression qu’a donnée le 3 juillet dernier, le chef du poste de police qui n’avait pas daigné comparaitre par devant le tribunal de dans l’impunité la plus totale.

Une situation qui n’est pas du goût de Maîre Gabriel Mougnol, avocat au Barreau du Cameroun, qui a pris sur lui d’assurer sans frais, la défense des intérêts du jeune Bello. Les hostilités seront relancées à l’occasion de l’audience criminelle du 04 décembre 2019 au Palais de justice de Bafia. Une audience à laquelle est annoncée la comparution d’un commissaire et d’un officier de poilice

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Suivant de près l'évolution de la crise dans les...
Le Jeudi 5 Décembre 2019, le ministre numéro 1...
L’autochtone est une notion extrêmement claire aux Camerounais, n’en...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments