Cameroun : Nasseri Paul Béa prêt à tuer pour paraître

Interdits de circulation dans certains axes de la ville de Yaoundé, les conducteurs de moto taxi menacent de mener des actes de violence pour faire entendre leur courroux

2  jours après l’interdiction prononcée par Naseri Paul Béa, le gouverneur de la région du Centre à l’endroit des conducteurs de moto, ces derniers font le pied de grue dans les artères de la ville de Yaoundé pour contester la mesure. Malgré l’important dispositif sécuritaire déployé à l’entame de la mise en application de cette mesure, ces débrouillards ont investi en nombre la poste centrale à bord de leurs engins scandant des messages de déception. « C’est aussi notre pays » « vous voulez que nos enfants mangent quoi ? » « on vous laisse le pouvoir vous voulez nous empêcher de vivre au pays ? ». La présence des policiers présents dans la quasi-totalité des zones interdites n’a pas refréné l’ardeur de ces pilotes. Ils menacent désormais, si rien n’est fait, dans les jours qui viennent, pour alléger la situation d’empêcher la circulation dans la cité capitale. Notamment d’empêcher aux taxis de circuler  dans la ville, voire de mener des actions violentes pour se faire entendre. En annonçant la mesure, le numéro 1 de la région du Centre a prévenu que  « nous allons commencer à sévir » quant aux contrevenants. Les policiers déployés à l’occasion sont armés et prêts à museler ces manifestants au plomb.

Nasseri Paul Béa est donc prêt à exterminer pour paraître avenant aux yeux des étrangers. En effet, il a indiqué que cette interdiction vise à donner une belle image à la ville « A la veille du Chan, de la Can ». Dans la mosaïque des zones interdites il y a  les zones Carrefour EMIA , ambassade de France, Olézoa, Carrefour Vogt, carrefour Atanagana Mballa, Elig-Edzoa, Elig-Essono, Bata Nlong-Kak, Ecole de police, Tsinga, Ahala, Nkozoa, Mont Febe, carrefour Bastos, Palais des Congrès, nouvelle route Bastos, Carrefour Warda, Omnisports,  Nkol Eton,  Nkol Ndongo,  Premier ministère, carrefour Coron, base aérienne 101 jusqu’à l’aéroport international de Nsimalen.

De l’avis des conducteurs, le gouverneur manque de réalisme ; le respect scrupuleux de cette interdiction peut amener beaucoup d’entre eux à abandonner la profession. Le risque est qu’ils se débrouillent autrement. Le Gouverneur risque bien de faire des brigands pour accueillir ses invités sur des infrastructures routières qui laissent à désirer. Les chantiers routiers qui devraient être la principale préoccupation de la région ne font pas véritablement problème pour le numéro 1 de la région du Centre.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Georges Weah prédit une lourde sanction pour l’Algérie

A l'évidence, l'escalade vire aux extrêmes depuis l'élimination in extremis de l'Algérie en terre algérienne par les Lions...

Mali/Guinée/Burkina: une force “anti-coup d’Etat”?

« La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest veut se doter d'une force militaire anti-terroriste et anti-coup d'État. » L'annonce a été...

Non, ce n’est pas Poutine qui a commencé la guerre en Ukraine

« L’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN est la plus brillante de toutes les lignes rouges pour l’élite russe (et...

Les 11 villes les plus chères du monde

C'est notamment le cas des habitants de New York et de Singapour, selon les résultats de l'enquête mondiale...

Considérations géopolitiques sur le conflit en Ukraine et la frilosité de l’Union européenne

La crise ukrainienne a modifié le statu quo ante de l'après-guerre froide en Europe....
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :