Après son expulsion de Côte d’Ivoire par Ouattara, Nathalie Yamb reçoit le poignant et fraternel soutien de Kemi Seba

Bis repetita ! L’Afrique qui chasse ses enfants vers l’Europe pour leurs idées, et après s’étonne d’être vidée de ses cerveaux utiles et de ses bras habiles. Et après, se surprend à constater que ceux-ci, désormais nourris au lait de l’Occident, ne pensent qu’à l’Occidentale, prend fait et cause pour l’Occident  quand les intérêts des deux entités s’opposent et/ou s’entrechoquent. Oui ! Cette Afrique qui n’a jamais rudement renvoyé ses enfants vers les rigueurs de l’inconnue que lorsque ceux-ci, ont crié au loup pour dénoncer les misères que lui fait l’ogre France.

Hier, le Sénégal, d’abord, la Côte d’Ivoire  ensuite, puis le Togo et la Guinée, ont tour à tour vilipendé et trimballé jusques à leurs frontières le Panafricaniste béninois Kemi Seba, vent debout, pour dénoncer une monnaie de Sioux qui a fait de l’économie de l’Afrique francophone une éternel éclopée- au profit d’une France fainéante qui gagne façon inversement proportionnelle en énergie ce que l’Afrique perd dans le marché de dupes qui les lie. Aujourd’hui, c’est la Camerounaise Nathalie Yamb, jusqu’ici connue pour être la Conseillère du président du parti d’opposition ivoirien LIDER de l’ancien président de l’Assemblée Nationale Mamadou Koulibaly, Panafricaniste jusqu’au bout des doigts, tout feu tout flamme dans la dénonciation des accords de défense franco-africains dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils lient les mains de l’Afrique et la privent du moindre moyen  de se défendre, qui est expulsé d’un   pays africain, la Côte d’Ivoire, pour  « activité incompatible avec l’intérêt de l’État ».

Ceux qui en doutaient encore, pour on ne sait quelle raison alors que l’évidence crève les yeux, ont désormais là la preuve que le satrape posté à la présidence ivoirienne en 2011 à l’issue d’un long, laborieux, fastidieux et très sanglant processus de prise du pouvoir par la force ourdi par la France de Jacques Chirac, Dominique de Villepin, Nicolas  Sarkozy, et Michèle Alliot Marie et soutenu par l’Onu de ban Ki-Moon, n’est qu’un de ces serviles serviteurs de la France dont l’Afrique n’a en réalité que faire.  Car si dénoncer la France est devenu une « activité incompatible avec l’intérêt d’un État » africain, c’est que les dieux sont en train de marcher sur la tête.

Cela n’a pas échappé au leader de l’Ong Urgences Panafricaines, Kemi Seba, qui a aussitôt réagi à la mésaventure de Madame Yamb expulsée vers la Suisse en lui adressant l’émouvant et poignant message de soutien que Cameroonvoice publie ci-après :

« Ma chère sœur ainée et amie Nathalie. Pour avoir été ces 24 derniers mois, expulsé du Sénégal, de Côte d’Ivoire, du Togo, de Guinée, dans le seul cadre de la lutte contre le néocolonialisme Français (Françafrique/Bases militaires/Franc Cfa) et de la mal-gouvernance de nos élites endogènes, je ne peux que comprendre ce que tu ressens, toi qui avais fait ta vie, par amour de l’Afrique, en Côte d’Ivoire.
Être arraché de sa terre africaine pour être renvoyé en Occident rappelle tragiquement le trajet que les meilleurs de nos aïeux faisaient lorsqu’ils étaient capturés puis déportés dans les Amériques afin d’y être détenus pendant 400 ans.
Ce combat est une lutte qui nous fait tout perdre en cette vie. Famille, stabilité sociale, sérénité, libertés individuelles. Mais l’Histoire nous donnera raison.Et la Françafrique tombera. Ce n’est qu’une question de temps.
Je t’aime grande sœur. Sois forte. Il te reste sans doute d’autres pays où toi aussi ils chercheront à t’expulser. Mais c’est le prix à payer pour que notre peuple puisse être libéré. »

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments