Cameroun : L’Amérique menace de déclarer Biya illégitime

Suivant de près l'évolution de la crise dans les régions à majorité anglophone, les États-Unis d'Amérique remettent en cause la démarche du régime Biya. Une lettre du Congrès américain adressée au Président Camerounais vient de lui être transmise. L'instance donne des recommandations précises au régime en place en vue de la résolution de la crise et menace de déclarer Paul Biya illégitime si une issue concluante n'est pas trouvée à brève échéance.

Suivant de près l’évolution de la crise dans les régions à majorité anglophone, les États-Unis d’Amérique remettent en cause la démarche du régime Biya. Une lettre du Congrès américain adressée au Président Camerounais vient de lui être transmise. L’instance donne des recommandations précises au régime en place en vue de la résolution de la crise et menace de déclarer Paul Biya illégitime si une issue concluante  n’est pas trouvée à brève échéance. 

Avancées controversées

Cette missive est pour le moins surprenante. Ceci tient au fait que le Congrès Américain écrive directement au Président Camerounais.  C’est dire l’intérêt de l’Amérique pour cette crise,  cela traduit davantage l’urgence qu’il y a d’agir efficacement tant on sait que le Congrès américain dispose d’une marge de manœuvre importante dans le système américain.  Il a précisément le pouvoir de déclarer la guerre, le pouvoir de lever et de financer une armée, de voter le budget de la défense; cette instance a également la charge de définir la politique commerciale. Autant de leviers qui pourraient être activés si Paul Biya n’accède pas de façon concluante à cette lettre à lui adressée personnellement. 

Entre les lignes de cette missive signée par 9 membres du Congrès américain, on peut lire que le Congrès reconnaît l’opportunité de certaines mesures prises par le régime en place.  Elle évoque notamment l’arrêt des poursuites pendantes contre 333 personnes interpellées dans le cadre de la crise anglophone, ainsi que Maurice Kamto et plusieurs centaines de militants du MRC.

En sus,  le Congrès américain dénonce l’abus de pouvoir manifeste des autorités administratives (sous-préfets), en ce qu’elles ont empêché aux partis politiques de l’opposition de déposer leurs dossiers de candidature courant les opérations pour le double scrutin de février 2020. Il en est de même des privations des liberté de manifester infligée exclusivement aux forces de l’opposition.

Le congrès est convaincu que la situation ne s’améliore pas comme veut le démontrer le régime en place ;  il s’appuie sur des récents chiffres de L’ONU qui précisent que depuis novembre 2019, plus de 2000 personnes ont perdu la vie dans ce conflit, avec 710 000 déplacés internes et 44 000 personnes réfugiées dans les pays voisins. Il est rapporté que ces personnes vivent dans des conditions très précaires et n’ont pas accès à l’éducation.

À LIRE
Cameroun-Elections 2020 :la promesse sanglante des "Ambazoniens"

Et Selon le Groupement inter patronal du Cameroun les villes mortes ont ralenti l’activité économique à plus de 30%.

La missive révèlent que des sources dignes de foi démentent la thèse qui rend les groupes armés principaux responsables des attaques. Elles tiennent des preuves de ce que la majorité  des exactions sont commises par l’armée régulière.

Légitimité  sous condition

À en croire le Congrès américain, eu égard à l’échec des initiatives propres du Cameroun dans le rétablissement de la paix,  le Gouvernement du Cameroun doit faire preuve de sa volonté à saisir l’offre de facilitation proposée par la Suisse qui peut conduire à de concluantes négociations entre le Gouvernement et les différents groupes engagés dans la crise. «Une résolution pacifique et inclusive de cette  crise va contribuer à renforcer les liens de coopération entre le Cameroun et les États-Unis unies d’Amérique.» précise-t-il.

Le congrès rejette la forme de décentralisation proposée par Yaoundé en ceci qu’elle n’est pas consensuelle. Le bon climat des relations bilatérales entre Washington et Yaoundé repose sur la bonne gestion de la crise anglophone par le régime Biya «Il n’y a qu’un dialogue sincère qui peut conduire à la fin de la violence et de l’insécurité et un retour du cours normale dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. C’est à cela que la durabilité de votre légitimité en tant que Président de la République du Cameroun dépend.» prévient le Congrès américain.  Cela n’a rien d’une vaine menace lorsqu’on sait que le Cameroun a récemment été privé de l’aide américaine notamment pour ce  qui est  de l’Agoa.  Une interrogation demeure, le peuple Camerounais va-t-il à nouveau accepter d’être le dindon dans une farce orchestrée par des assoiffés de pouvoir ?

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments