Un activiste déchire le drapeau camerounais en France, les pro-Biya lancent une fatwa contre “Kayo Tchassem Brice”

La solidarité des Camerounais de la diaspora avec leurs compatriotes anglophones martyrisés par les entrepreneurs de guerre “unitaro-sécessionnistes”, doublée de la détestation du régime en place au Cameroun est montée de plusieurs crans dans l’esprit d’un activiste camerounais nommé Kayo Tchassem Brice (selon des informations sur sa véritable identité communiquées par un -ancien ?- policier camerounais résidant en France ), mais plus connu sous le sobriquet de  “Max Senior Ivoire”, qui a publié jeudi sur les réseaux sociaux une vidéo probablement enregistrée la veille, soit le jour de l’an,  dans laquelle il met en pièces, au moyen d’un couteau, le plus grand symbole du Cameroun, son pays d’origine.

« Ce drapeau c’est le drapeau de la trahison. C’est à cause de ce drapeau-ci, à cause de cette étoile qui a été adoptée sans le consentement de nos frères que des milliers d’entre eux sont en train de mourir aujourd’hui. Alors aujourd’hui, en tant que combattant pour la liberté et la justice dans mon pays, je ne reconnais pas ce drapeau comme étant le drapeau de mon pays. Je demande à ce que ce drapeau soit effacé et qu’on revienne au drapeau initial qui avait été choisi par nos pères, par les combattants pour la liberté du Cameroun », entend-on dire l’opposant dont l’acte, controversé pour certains, légitime pour d’autres, tiendrait selon ses propres explications, d’une certaine solidarité  avec ses compatriotes des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest dont certains  affrontent violemment les forces de défense et de sécurité depuis près de trois ans, après avoir subi auparavant, pendant plus d’un an, une forte répression militaro-policière.

Et Max Senior Ivoire qui s’érige en justicier de ces gens qui avaient choisi librement de venir nous rejoindre sans contrainte. « Pourtant ils pouvaient très bien aller rejoindre le Nigeria voisin comme leurs frères du Northern Cameroon », d’affirmer :

« Ils ont décidé de venir nous rejoindre et aujourd’hui nous sommes en train de les tuer. Et pendant ce temps les Camerounais sont en train de regarder. Ce drapeau ci-là, je suis désolé mais ce n’est pas le drapeau de la République du Cameroun voulu par nos pères. Parfois dans la vie il faut prendre de grandes décisions et aujourd’hui cette décision a été prise. A cause de ceci, de ce bout de tissu, de ce symbole qui ne signifie rien,  des gens sont en train de mourir dans mon pays. ».

Après avoir mis en lambeaux le drapeau officiel, “Max Senior Ivoire” s’est recouvert avec l’ancien drapeau, plus “consensuel”, adopté en 1961, dont la bande verte portait deux étoiles d’or, signe que deux entités étatiques s’étaient mises ensemble pour former la République Fédérale du Cameroun.

Comme il fallait s’y attendre en ce qui concerne un Cameroun dangereusement clivé, la “vandalisation” du drapeau camerounais est comprise, voire applaudie par de nombreux pourfendeurs du pouvoir, qui font porter  au président Biya la responsabilité de l’enlisement de la crise anglophone, et qui par dessus tout assimilent l’Etat et ses symboles à cet homme d’Etat dont ils contestent non seulement la légitimité, mais également les méthodes violentes de résolution des crises sociales et politiques. Le cas justement de ce qui fut à ses débuts un ensemble de revendications corporatistes faites par des avocats et enseignants anglophones, et qui, du fait de la répression,  est devenu une véritable guerre civile (avec des milliers de morts –dont des centaines d’éléments des forces armées et de police camerounaises-, des centaines de milliers de refugiés et déplacés internes, des centaines de milliers d’enfants privés d’éducation,  des hôpitaux, marchés et établissements scolaires vandalisés et/ou incendiés, des centaines de villages incendiés avec champs et habitations par les forces combattantes qui se rejettent mutuellement la responsabilité de ces atrocités).

L’acte est en revanche vivement critiqué par d’autres Camerounais, notamment  des partisans du régime en place, qui  maudissent un acte antipatriotique et provocateur. C’est le cas de Junior Zogo, un ancien activiste anti-Biya de la diaspora, ci-devant commissaire de police, un temps radié des rangs des éléments de la Sûreté Nationale du Cameroun, mais qui, il y a quelques temps s’est rangé aux côtés du régime

#ctaText??#  Déclaration sur la radiation de Christophe Junior Zogo du CODE pour haute trahison

L’ancien agresseur du président Biya (incarnation de la plus haute institution du Cameroun)  à l’hôtel Meurice à Paris en France le 7 Décembre 2013, a annoncé sur les réseaux sociaux  qu’il « lance une Fatwa » contre Max Senior Ivoire.

« JE PROPOSE AUX AUTORITÉS CAMEROUNAISES UNE DÉCHÉANCE DE SA NATIONALITÉ. A TOUS LES PATRIOTES: CAPTUREZ CE VOYOU ET LIVREZ-LE À LA POLICE FRANÇAISE POUR EXPULSION IMMÉDIATE. INITIONS UNE PÉTITION. IL SQUATTE DANS UN VIDE GRENIER AU 7 IÈME ÉTAGE D’UN IMMEUBLE DÉSAFFECTÉ DANS LE 15 IÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS À CÔTÉ D’UN MONOPRIX. LA GARDIENNE DE CET IMMEUBLE INSALUBRE EST UNE PORTUGAISE.
NOUS LES PATRIOTES ALLONS LE TRAQUER. »
,

a écrit en substance l’ancienne brebis égarée retourné à la maison des… “patriotes”. Des termes d’une rare violence qui laissent penser que de sérieuses menaces planeraient de son fait sur cet activiste.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

C'est entre les lignes d'un télégramme produit en date...
L'aventure de la taxe sur les téléphones et les...

Autres actualités

Guinée Conackry : Que vaut la ” victoire” de Cellou Dalein Diallo ?

«Mes chers compatriotes, malgré les anomalies qui ont entaché le scrutin du 18 octobre et au vu des résultats sortis des urnes,...

Taxes sur les téléphones : Comment Paul BIYA a cédé

L'aventure de la taxe sur les téléphones et les tablettes numériques n'aura durée que trois jours finalement. Minette Libom, la ministre des...

La scène politique camerounaise en deuil : Woungly Massaga “Commandant Kissamba” a passé l’arme...

L'homme politique Camerounais René Jacques N'gouo WOUNGLY-MASSAGA dit "commandant KISSAMBA" est mort des suites de maladie. Il était né le...

Urgent : La gendarmerie de Bamenda Up Station en feu

C'est un coup sévère qui est porté à l'armée camerounaise sans doute par les combattants séparatistes. L'une des gendarmerie des...

Menaces du Colonel biyaïste Bamkoui à Sébastein Ebala «Si (le Bamiléké) Kamto prend le...

Cela se passe simplement de commentaires, et annonce combien les Camerounais doivent encore lutter pour sortir leur pays de la pire des...
- Publicité -
Facebook Comments