Cameroun : Et dire que TCHIROMA rêve encore !

Le sulfureux ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle de Biya est déterminé à faire son entrée au Parlement alors que le traitement qu’il inflige à ses compatriotes est regrettable (témoignages)

Issa Tchiroma a-t-il le profil pour être un portevoix ? il ne suffit pas d’attendre les résultats d’une élection contreproductive pour s’en convaincre. Des jeunes qui l’ont vu à l’œuvre répondent sans détours qu’il est méchant.   « Nous avons suivi une formation professionnelle en géotechnique au LABOGENIE de Yaoundé, formation qu’on a achevé en novembre 2018. Mais jusqu’à présent, nous ne disposons pas de nos attestations de réussite, ni des relevés de notes et encore moins de nos diplômes. » Expliquent-t-ils. A les en croire, les résultats définitifs n’ont jamais été affichés, alors que des responsables du LABOGENIE ont recruté certains de leurs enfants, des camarades de promotion  de ces derniers, et ils sont dans certains chantiers pour contrôler les travaux. Ces jeunes ont été patients pour ce qui est de cette démarche. « Nous nous sommes à plusieurs reprises rapprochés des responsables de la formation de notre promotion, ils nous ont fait savoir que tout était entre les mains du Ministère de l’emploi et de la formation professionnelle. Lorsque nous nous rendons au MINEFOP, on nous fait remplir une fiche de demande de retrait d’attestation de réussite et relevé de notes contre une somme de 1000f et on nous demande de repasser 2 à 3 mois après. » Indiquent ces jeunes. Après plusieurs rendez-vous infructueux en fin décembre, c’est en début janvier qu’ils vont aller s’enquérir de leur situation avec la page du procès-verbal qui portait leurs noms. « Ce jour-là, on nous avait dit que la machine était gâtée et qu’on ne pouvait pas nous servir. Or certains de nos camarades sont déjà en possession de leurs papiers, je ne sais pas quelle alchimie. » Raison avancée pour les dissuader ; mais pas la seule. On leur dira plus tard que des nominations sont en cours en janvier et qu’ils n’auront gain de cause qu’en février. Condamné à un an de calvaire, ils ont fini par comprendre qu’Issa Tchiroma se moque de la jeunesse. Et aux jeunes de se désoler « Le LABOGENIE n’employant que les enfants des cadres, qu’on nous donne au moins nos papiers et que nous partons nous chercher nous-mêmes. Est-ce trop demander? Nous n’avons pas quand même été formés gratuitement, entre la pension était de 400 milles à cette période parce qu’elle a triplé actuellement et les frais de taxi, la documentation, l’équipement, c’est plus d’un million que nos pauvres parents ont dépensé pour notre formation mais il est quasi impossible de postuler sans ces papiers. Qu’est-ce que ce système veut réellement aux jeunes de ce pays? Ne sommes-nous pas aussi des camerounais comme leurs enfants? Nous ne demandons pas grand-chose, juste d’entrer en possession de nos papiers, ça fait plus d’un an que ça dure et c’est déjà de trop. ». Pas étonnant que celui qui aspire à être député de Garoua 1er entend juste poursuivre son entreprise d’exploitation des autres.

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments