En France, face à la presse, Maurice Kamto campe le paradigme de la civilisation et de l’humanisme en politique

«  Il n’y aura pas de changement autre que celui que veut le peuple ». Tel est le credo du leader du MRC à qui la presse pose la question de savoir ce qu’il fera au cours des cinq années que dureront les mandats des députés et conseillers municipaux qui sortiront des urnes le 9 février prochain, alors que le MRC a décidé de boycotter les élections y afférentes. Pour Maurice Kamto, son parti travaillera à éveiller les Camerounais sur l’impératif qu’il y a pour eux à se réapproprier le sens de l’orientation du destin de leur pays.

Une heure d’horloge et 41 minutes. C’est le temps pendant lequel le Pr. Maurice Kamto a tenu en haleine les journalistes et personnes invités à la conférence de presse qu’il donnait à paris en France jeudi, en prélude au grand meeting qu’il donne samedi 1er février dans la capitale française.

S’il a profité de cette rencontre avec les hommes de médias pour remercier tous ceux qui, Camerounais aussi bien de l’intérieur que de la diaspora, mais également les médias internationaux ayant prise sur les décideurs mondiaux, ont mis du leur, parfois avec acharnement, pour qu’après une année 2019 politiquement très compliquée au Cameroun, des personnes dont lui, puissent de nouveau circuler librement et être en mesure comme lui, de se tenir devant un auditoire comme celui de circonstance, et parler en homme libre, l’adresse du brillant homme politique et universitaire camerounais, avait aussi pour but de clarifier sa position, celle de l’organisation politique MRC qu’il dirige, sur la situation politique actuelle du Cameroun : boycott des élections couplées législatives et municipales, tragédie des régions anglophones, solution à la crise anglophone, d’une part, et d’autre part, à la crise politique née de la dernière présidentielle de 2018, le bannissement de fait du MRC poussé à la radicalité, l’option de ce parti pour l’alternance dans la paix et surtout l’éviction de la guerre comme moyen d’accession au pouvoir  avec sa cohorte de larmes, de sang, de pleurs et de grincements de dents.

#ctaText??#  "Biya doit partir" : Kamto lance le chassement dès le 22 septembre, Atanga Nji menace d'écraser toute révolte

En attendant que Cameroonvoice revienne plus amplement sur cette actualité, nos visiteurs peuvent déjà prendre connaissance de l’intégralité de l’entretien du Pr. Maurice Kamto avec la presse française, en cliquant sur la vidéo ci-après.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

53 immeubles au Cameroun et en France, 39 véhicules, 20 milliards… J.A. lève un...

Le magazine panafricain basé  à Paris en France a pu avoir accès  au dossier en justice de l’ancien tout-puissant ministre de la...

L’Hon. Albert Dzongang répond à Atanga Nji : «Les balles sont le quotidien de...

  L’ancien député, affirme que « Le 22 septembre c’est le déclenchement de la révolte de 99% d’opprimés...

Cameroun: “On s’adresse au président de la République que nous payons”. Me Alice Nkom...

"Je n'ai pas donné mandat au RDPC de gérer ma vie, mais à un monsieur qui est aujourd'hui mon mandataire...donc, ce que...
video

Syndrome Malien : Ces militaires qui rejoignent la résistance et appellent à une sortie...

10.000 (dix mille), 20.000 (vingt mille), 30.000 (trente mille), 40.000 (quarante mille), 50.000 (cinquante mille)… Les Camerounais doivent sortir massivement « pour renverser…...

Cameroun : Me Fabien Kegne écrit aux gouverneurs de Biya et Atanga Nji qui...

Dans une lettre adressée aux gouverneurs, Me Fabien Kengne, avocat au barreau du Cameroun, par ailleurs militant du Mouvement pour la renaissance...
- Publicité -
Facebook Comments