Cameroun-Législatives et Municipales 2020 : Les résultats de la région de l’Ouest sont déjà… fabriqués

Depuis quelques heures au Cameroun, l’ambiance est à la fuite des documents concernant les élections législatives et municipales du 9 février dernier.

Aussi, après la publication attribuée à l’armée (la gendarmerie) des résultats de la région du Nord-ouest, ce sont les tendances des résultats des législatives et municipales de la région de l’Ouest qui ont  été subrepticement communiqués…, manifestement pour jauger la réaction des Camerounais, en l’occurrence les ressortissants de la région en question, coupable aux yeux du régime de constituer le fief de Maurice Kamto, l’adversaire le plus redouté de Paul Biya.

Ici, outre un taux de participation qui fait croire que pour le régime Rdpc il n’y a pas, en matière électorale, de frontière entre la réalité et la fiction, on peut s’amuser à compter le nombre d’inadéquations entre le nombre d’électeurs ayant participé aux élections et le nombre total de suffrages valablement exprimés en faveur de tous les candidats, d’où l’impression que parfois le nombre de votants est supérieur en valeur relative au taux normé de 100% (voir les parties surlignées des différents tableaux ci-dessous)..

On nage donc en plein vaudou statistique, mais on est plus sonné quand, dans le Noun que le Rdpc avait juré d’apprivoiser comme on le fait d’une bête sauvage, on se rend compte qu’en dehors de la circonscription électorale législative du Noun-Nord (Magba) où la victoire du Rdpc est déjà annoncée avec la prise de l’unique siège en jeu, la circonscription sœur ainée du Noun-centre où les affidés du régime essayent de « corriger » les résultats des urnes pour s’octroyer de gré ou de force un siège.

Déjà il faut noter que le jour du scrutin, des manœuvres en vue de substituer les urnes dument remplies dans les bureaux de vote par des urnes bourrées ont été à l’origine d’une énorme tragédie ayant couté la vie à des personnes qui auraient été chargées de traduire la perfidie dans les actes.

Pour l’essentiel, voici ce que l’on peut retenir de “l’importante documentation” mise à la disposition de la presse « à toutes fins utiles ». :

Bamboutos :  Le Rdpc rafle les 4 sièges et les 4 communes

À LIRE  Humeur: "Vive Paul Biya !!!" (Par Wilfried Ekanga)

Haut-Nkam : Le parti au pouvoir tombe aux législatives devant l’UMS de Pierre Kwemo, prend 2 des trois députés et 2 communes. Le MCNC de Monthe Jean fait aussi un poied de nez au parti au pouvoir en s’adjugeant la tête d’un  exécutif communal avec une majorité relative de 45,14%. Pour le reste, c’est le Rdpc qui s’approprie 4 des 7 communes du département.

Département de la Menoua : Le Rdpc rafle les 5 sièges et les 6 communes du département, ne laissant même pas une miette de Conseiller municipal à son ami Dzaketoupong Momo Jean de Dieu, pas du tout prophète chez lui, pas plus qu’il ne l’est nulle part ailleurs.

La Mifi : Ici, le Rdpc s’adjuge aussi les 2 sièges de députés et des communes de Bafoussam 2 et 3, pour se faire souffler l’une des trois communes de Bafoussam par le SDF.

Dans les hauts-Plateaux, ce sont les deux sièges de députés et les  4 communes que le parti au pouvoir s’arroge dans le département dont est ressortissant son cauchemar, Maurice Kamto, lequel département, fait au régime, avec un taux de participation de « 68% »,  l’honneur d’avoir boycotté le boycott de l’élection prôné par [son] fils, leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun.

Cet honneur du taux de participation n’est pas fait au grand parti de la démocratie marchante et avancée dans le Koung-Khi voisin, où seuls 48% des électeurs inscrits ont accompli leur devoir civique comme le grand président. Il n’en demeure pas moins qu’ici, fief du richissime homme d’affaires Fotso victor, le Rdpc de Biya arrache les deux sièges de députés et les 3 communes qu’il ne partage avec aucun concurrent.

Dans le Ndé où le Rdpc n’avait pas de concurrent, le parti de Paul Biya décroche tout naturellement les deux sièges de députés et les quatre communes

Dans le Noun en revanche département qu’un certain ministre délégué avait juré avec le zèle des nouveaux venus en politique de ramener dans le giron du régime en guise de reconnaissance pour sa cooptation au sein du gouvernement par Paul Biya , les choses sont tellement compliquées que les fabricants de victoires du Rdpc à l’Ouest semblent avoir perdu leur latin, que ce soit en terme de nombre d’électeurs inscrits, ou en termes de taux de participation et d’abstention, ou encore de suffrages exprimés. Pis encore, alors que les résultats des municipales dans ce département sont suffisamment indicateurs  des résultats aux législatives, on ne sait toujours pas au regard des tendances publiés par les manœuvriers de l’ombre du Rdpc, lequel des deux partis, l’UDC de Adamou Ndam Njoya et le Rdpc du président Biya, étaient en compétition pour les législatives.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Les statistiques d'Allô Fokou sont sans appel. Aux dernières...
Vous vous souvenez de l’apocalypse qui était annoncée en...
Voilà une nouvelle qui a eu de quoi contenter...

Autres actualités

Covid-19-Révélations : Les 100 faux pas du régime BIYA

Fermeture tardive des frontières, absence de période de confinement, bars, restaurants et discothèques restés ouverts, masques imposés tardivement, réouverture prématurée des écoles...
- Publicité -
Facebook Comments