Cameroun : Après les 23 de Ngarbuh, 30 autres anglophones tués à Fungom et Bakundu, des habitations incendiées

C’est l’escalade non stop au Cameroun, où continue de se perpétrer des tueries de personnes en régions anglophones

Une semaine exactement après un massacre perpétré le 15 février par l’armée camerounaise à Ngarbuh  (région du Nord-ouest) qui a coûté leurs vies à 23 personnes dont 11 enfants en très bas âge, ou plutôt 32 selon des riverains, une autre tuerie de masse ayant fait 20 morts a été signalé dans une autre localité de cette même région anglophone du Nord-ouest, si l’on en croit une dépêche du journaliste camerounais en exil, Michel Mbiem Tong.

Le journaliste qui a séjourné plus de trois semaines dans un centre de torture au Cameroun en 2018 avant d’être transféré mourant à la prison de Kondengui, pour avoir soutenu que l’armée procédait à un génocide en zone anglophone, affirme que cette deuxième vague d’assassinats a eu lieu à Fungom, ou des soldats camerounais, avec l’aide d’une milice Bororo, ont massacré une vingtaine de personnes.

« De sources locales, écrit-il, une vingtaine de civils du village Fungom (Menchum, nord-ouest anglophone) ont été tués ce samedi 22 février 2020 au cours d’une invasion de l’armée camerounaise, appuyé par une milice bororo. Les mêmes sources parlent d’une dizaine de maisons incendiées. »

« Malgré le drame de Ngarbuh le 14 février dernier, l’armée poursuit dans sa lancée meurtrière avec l’aide de la communauté bororo que des voyous au pouvoir à Yaoundé présentent comme une communauté persécutée et victime de génocide alors qu’ils s’en servent pour combattre les populations bantoues en zone anglophone qui soutiennent les indépendantistes anglophones », informe-t-il sur la plateforme Deeper Truth.

Deux jours avant l’annonce du massacre de Fungom, c’est le massacre de 9 autres anglophones qui a été signalé le 20 février dans la localité de Bakundu (région du Sud-ouest).

Depuis fin 2016, les deux régions anglophones du Cameroun que sont le Nord-ouest et le Sud-ouest, demandent le retour à l’ancien système fédéral qui avait été à l’origine de leur réunification avec le Cameroun, avant que l’ancien président, Ahidjo Ahmadou Babatoura fomente le hold-up constitutionnel du 20 mai 1972 qui déboucha sur l’instauration de l’Etat unitaire. A défaut d’un retour à l’Etat fédéral, les anglophones, pensent à faire carrément sécession. Le gouvernement n’a jusqu’ici accepté aucune des deux options et leur impose en revanche un type de décentralisation prévue par la constitution de 1996, mais qui n’a jamais été mise en application. Face au refus des anglophones, l’armée et la police ont été envoyées sur le terrain pour les « ramener au calme », faisant des milliers de morts, d’arrestations, et de déportations au passage. Après l’arrestation en janvier 2018 au Nigeria des leaders politiques du mouvement sécessionniste, et leur extradition au Cameroun, des groupes armés se sont formés dans les milieux anglophones pour donner la réplique aux forces de défense et de sécurité camerounaises. Depuis lors, le nombre de personnes tuées est estimé à près de 40.000 (constitués pour plus des ¾ des populations civiles non armées et ne prenant part à aucun combat ). Officiellement, cependant, le gouvernement, la société civile, les ONG de défense des droits de l’homme, les humanitaires, les journalistes… continuent de faire des estimations au rabais, parlant tantôt de  2.000, de 3.000, ou 12.000 morts au plus, alors que chaque jour qui passe enregistre son lot de morts dans au moins la moitié des 65 communes que comptent les deux régions d’expression anglaise du pays.      

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Paul Biya gagne donc un salaire mensuel d'environ 29.000.000 francs...
L’affaire Eric Christian Nya prend désormais une autre tournure....

Autres actualités

Urgent : 16 morts après un accident à Yaoundé

Au moins 16 personnes ont été tuées jeudi matin dans un accident sur une autoroute à Awae,...

Crise anglophone Médecins sans frontières quitte le Nord-ouest

Les autorités camerounaises ont accusé le groupe humanitaire d'aider des groupes séparatistes dans la région du nord-ouest, une accusation que le groupe...

Voici pourquoi Issa Hayatou a été suspendu par la Fifa

Mauvaise nouvelle pour le football camerounais. De source bien introduite, la Fifa annonce ce mardi 3 août 2021, que la Chambre de jugement...

Affaire Malicka : Martin Camus Mimb et son compagnon plaident coupables

C’est une information qui a été tenue secrète. Contrairement aux insultes formulées par leurs proches et sympathisants ; aux accusations de complots...

Rencontre Gbagbo-Ouattara : une lueur d’espoir, au-delà des jeux d’intérêts ? (Par Théophile Kouamouo)

Cet édito hebdomadaire est destiné aux abonnés payants de cette newsletter. Mais à titre exceptionnel, ce texte est rendu public. Pour...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :