L’armée camerounaise a tué 50 civils d’”Ambazonie”en février 2020 (ICG)

Cameroonvoice « Ce sont des chiffres au rabais, comme c’est devenu une habitude à International Crisis Group qui craint de se faire indexer pour soutien aux “terroristes”, mais ces statistiques ont le mérite de faire comprendre à ceux qui ont transformé les forces armées camerounaises en machine à tuer à huis-clos que leurs crimes sont connus de l’opinion nationale et internationale et que quand l’heure de rendre des comptes sera venue, quoiqu’ils freinent des quatre fers l’avènement de ce moment fatidique, il y aura de la matière pour leur faire payer leurs ignominies. ». Ces propos sont de Pauline Hilela épouse Moth, Délégué à la Mobilisation Internationale de l’Action Républicaine pour les Droits de l’Homme (ARDH), contactée mercredi par  Cameroonvoice pour commenter la dernière sortie de International  Crisis Group (ICG).

Une sortie datée d’hier, mercredi 4 mars 2020 qui aura consisté en la publication par l’ONG internationale International  Crisis Group () d’un rapport sur la situation dans le nord-ouest et le sud-ouest Cameroun, pendant la période de février 2020.

dont la mission est de prévenir et d’aider à résoudre les conflits meurtriers grâce à un travail de recherche sur le terrain, des analyses et des recommandations indépendantes.

« Dans les régions anglophones, les militaires ont lancé des raids sur les communautés soupçonnées d’accueillir des séparatistes, qui ont fait plus de 50 morts parmi les civils», écrit ICG dans ce rapport consultable sur son site, qui évoque le massacre de Ngarbuh appelé ici “Le Massacre de la Saint Valentin »« les militaires soutenus par la milice Fulani, le 14 février, auraient tué 23 civils dans le village de Ngarbuh », croit savoir encore l’ONG, là où les ONGs locales, relayées par des témoins, parlent de plus de 35 morts et de rescapés sous soins hospitaliers dont le pronostic vital est gravement entamé.

#ctaText??#  Cameroun : la montée des menaces rebelles dans le Septentrion

Au sujet du massacre de Ngarbuh, le son de cloche du gouvernement camerounais, donneur d’ordre des exactions commises par l’armée, est également pris en compte par ICG qui rapporte : « Le gouvernement déclare que ce malheureux accident est causé par une explosion lors d’affrontements avec des séparatistes alors que les Nations Unies, l’Union Européenne et les États-Unis ont demandé une enquête indépendante». International Crisis Group, ajoute que  du 3 au 5 février 2020, des affrontements entre l’armée et les séparatistes ont fait 5 morts à Bamali,  toujours dans la région anglophone du Nord-ouest.

En ce qui concerne l’autre région anglophone en crise, le Sud-ouest, UCG qui s’est penchée sur la situation sécuritaire et humanitaire relève : «Dans le Sud-Ouest, les séparatistes ont ouvert le feu sur un véhicule, tuant un civil dans le village d’Ekombe, le 3 février. Le 20 février les sécessionnistes ont aussi tué un chauffeur de camion dans la ville de Muyuka. Des militaires ont tué trois civils dans le village d’Ikata le 3 février, six séparatistes présumés ont été tués dans le village de Bakebe le 6 février, et au moins trois civils auraient été tués dans le village de Bakundu le 20 février ».

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

L’affaire Eric Christian Nya prend désormais une autre tournure....
Paul Biya gagne donc un salaire mensuel d'environ 29.000.000 francs...

Autres actualités

Urgent : 16 morts après un accident à Yaoundé

Au moins 16 personnes ont été tuées jeudi matin dans un accident sur une autoroute à Awae,...

Crise anglophone Médecins sans frontières quitte le Nord-ouest

Les autorités camerounaises ont accusé le groupe humanitaire d'aider des groupes séparatistes dans la région du nord-ouest, une accusation que le groupe...

Voici pourquoi Issa Hayatou a été suspendu par la Fifa

Mauvaise nouvelle pour le football camerounais. De source bien introduite, la Fifa annonce ce mardi 3 août 2021, que la Chambre de jugement...

Affaire Malicka : Martin Camus Mimb et son compagnon plaident coupables

C’est une information qui a été tenue secrète. Contrairement aux insultes formulées par leurs proches et sympathisants ; aux accusations de complots...

Rencontre Gbagbo-Ouattara : une lueur d’espoir, au-delà des jeux d’intérêts ? (Par Théophile Kouamouo)

Cet édito hebdomadaire est destiné aux abonnés payants de cette newsletter. Mais à titre exceptionnel, ce texte est rendu public. Pour...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :